Paysages célestes à explorer (7) : le Golfe des Iris

Une simple lunette astronomique ou un petit télescope permettent de merveilleuses observations lunaires. Partons à la découverte du Golfe des Iris.

Cette septième chronique dédiée aux paysages lunaires à explorer nous entraîne dans l’hémisphère nord lunaire à l’OUEST de Platon et Vallis Alpes, pour découvrir le Golfe des Iris (Sinus Iridum) que l’on peut observer avec un éclairage rasant aux 10ème et 24ème jours de la lunaison. Le Golfe des Iris apparaît déjà dans une paire de jumelles bien calée mais une lunette astronomique ou un petit télescope en montreront toute la richesse.

L’image ci-dessous réalisée par l’astronome amateur Philippe Mouniguet (caméra ZWO 178 mc et télescope C11 XLT) va nous guider pour cette nouvelle escapade lunaire.

Il y a un peu plus de 3 milliards d’années, un astéroïde d’environ 15 km de diamètre est venu frapper le remblai extérieur du bassin de la mer des Pluies (Mare Imbrium). L’impact a creusé un cratère de 260 km de diamètre dont la partie la plus basse a ensuite été remplie par la lave, donnant alors naissance au golfe que nous observons. Ce golfe est limité par deux promontoires, Héraclide à l’OUEST et Laplace à l’EST.

Une fois que vous aurez admiré les remparts du golfe (mention spéciale pour Laplace qui se présente sous la forme d’une falaise haute de 2.500 mètres plongeant dans la mer des Pluies), découvrez quelques jolies formations autour : le duo de cratères Helicon et Le Verrier (une vingtaine de kilomètres de diamètre), le cratère disloqué Maupertuis, les arènes de Bianchini et Sharp (40 km) et les monts Recti, un curieux massif montagneux aux sommets alignés long de 90 km pour une hauteur maximale de 1.800 mètres.

Notez que c’est à l’OUEST d’Héraclide que s’est posée la sonde soviétique Luna 17 en novembre 1970 : elle libéra un petit véhicule à 8 roues, Lunakhod 1, qui effectua en onze mois une dizaine de kilomètres dans la mer des Pluies (l’engin était piloté depuis la Terre) et envoya plus de 20.000 photographies au cours de ce périple.

Paysages lunaires déjà explorés :

PS : sur les images de cet article la Lune est orientée telle qu’elle apparaît à l’œil nu, dans une paire de jumelles ou une longue-vue terrestre. Dans une lunette ou un télescope les images sont renversées (SUD en haut et EST à gauche).

2 réflexions sur “ Paysages célestes à explorer (7) : le Golfe des Iris ”

    1. Merci pour cette belle image, Philippe. Je suis preneur d’autres photos d’explorations lunaires pour étoffer la rubrique, n’hésite pas à me le faire savoir en MP sur Facebook 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *