Mission Juno : les astronomes amateurs y participent aussi !

Les scientifiques qui travaillent sur la mission Juno font appel aux astronomes amateurs pour surveiller l’activité atmosphérique sur Jupiter.

Le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine, la sonde Juno procédera à sa mise en orbite autour de Jupiter au terme d’un voyage de près de cinq ans. La sonde se satellisera sur une orbite polaire très excentrique (sa distance à Jupiter variera de 5.000 à 2,8 millions de kilomètres) pour étudier pendant au moins un an la plus grosse planète du Système solaire.

juno

Dans le cadre du programme de la commission européenne « Horizon 2020 » et du projet « Europlanet 2020 Research Infrastructure », l’astronome amateur Marc Delcroix a organisé un atelier à l’Observatoire de Nice les 12 et 13 mai 2016 réunissant une vingtaine d’astronomes amateurs de toute l’Europe et une dizaine de professionnels.

groupe

Un événement exceptionnel qu’il nous raconte :

« Ce workshop était dirigé par Ricardo Hueso (astronome professionnel très lié au monde amateur), John Rogers (un amateur spécialiste de la planète Jupiter, membre de la Bristish Astronomical Association), et les professionnels François Colas (IMCCE, Pic du Midi) et Glenn S. Orton (JPL, USA).

glenn

Le premier thème abordé était centré sur la mission Juno et la science de Jupiter. Glenn Orton, responsable de la caméra Junocam, a notamment expliqué la mission, ainsi que le fonctionnement de la caméra Junocam qui va photographier Jupiter dans le visible, et comment le grand public pourra « voter » pour sélectionner les formations à observer sur la planète, en se basant sur les images des astronomes amateurs (à télécharger sur le site web de la mission). Il est important que les amateurs fournissent des observations avant et pendant la mission car elles permettent aux professionnels de replacer les observations de la sonde dans un contexte plus général.

peach

Les différents techniques et observations pour faire de la haute résolution on fait l’objet de nombreuses présentations, notamment par les amateurs planétaires renommés comme Damian Peach et Christopher Go, ainsi que par Emil Kraiikamp, concepteur du logiciel de traitement d’images Autostakkert.

Enfin nous avons abordé des sujets scientifiques plus généraux, notamment la détection d’impacts sur Jupiter, avec une présentation par moi-même et par John McKeon qui a eu la chance de filmer l’impact du 17 mars 2016. Cet atelier, qui a rassemblé la communauté astronomie planétaire internationale, a été riche d’informations et de rencontres : une initiative à reconduire ! »

lunette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *