La Super Lune du 3 décembre et la girafe bourguignonne

En partant à la recherche de la Super Lune de ce dernier mois de l’année, j’ai rencontré une girafe ! Mais au fait, c’est quoi la Super Lune ?

Le 3 décembre avait lieu la Super Lune, la plus grosse Pleine Lune de l’année 2017. Comme je vous l’avais expliqué dans les éphémérides,  cette Pleine Lune du castor se trouvait à 358.000 km de nous, ce qui lui conférait un diamètre apparent de 33,4 minutes d’arc. Par comparaison la Pleine Lune des fraises du mois de juin dernier qui était la plus éloignée avec un peu plus de 406.000 km était 12% moins grosse.

Le montage ci-dessus permet de se rendre compte de la différence de diamètre apparent entre la Pleine Lune au périgée à gauche (celle de décembre) et à l’apogée (celle de juin). Pour être complet sachez que la Pleine Lune suivante, celle du 2 janvier 2018, sera encore un peu plus grande (33,5 minutes d’arc), et sera donc la Super Lune de 2018.

Ce qui rend si spectaculaire la Super Lune en hiver à nos latitudes, c’est qu’elle a lieu à une époque où notre satellite naturel traverse le ciel presque au zénith, ce qui en fait un lampadaire éblouissant (au contraire de la Pleine Lune d’été qui navigue assez bas sur l’horizon SUD). Et il aura fallu l’arrivée d’une couche de brouillard atténuant temporairement l’éclat de ce phare céleste pour réaliser le cliché ci-dessous.

Parti à la rencontre de cette Super Lune pour immortaliser son lever, j’ai croisé une girafe en résine dans les jardins du château de Gilly, une belle demeure bourgeoise qui hébergea jusqu’à la Révolution française les abbés qui avaient la charge de la communauté monastique de Cîteaux (l’abbaye de Cîteaux, fondée en 1098 par Robert de Molesmes, était le berceau de l’Ordre Cistercien).

Ce château est un hôtel-restaurant depuis 1987 et ses jardins à la française accueillent quelques jolies sculptures comme cette girafe en résine réalisée par l’atelier Binôme. Je vous rassure, ce bel exemplaire de Giraffa camelopardalis n’est pas en train de fumer : cet effet saisissant est produit par le brin de nourriture qu’il tient dans la bouche, lequel se balançait au gré du vent pendant la longue pose photographique !

2 réflexions sur “ La Super Lune du 3 décembre et la girafe bourguignonne ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *