Les pluies d’étoiles filantes existent aussi sur Mercure

Les Terriens observent régulièrement des pluies d’étoiles filantes. La sonde MESSENGER vient de prouver que le même phénomène existait sur Mercure.

Si vous sortez régulièrement observer le ciel nocturne, vous avez déjà observé des étoiles filantes, des petites particules qui se consument en traversant rapidement notre atmosphère, provoquant un phénomène lumineux très bref appelé météore. La plupart sont des météores sporadiques, des poussières errant dans le Système solaire (la meilleure façon de visualiser ces poussières est d’admirer la lumière zodiacale, voir image ci-dessous).

lumiere-zodiacale

Parfois le nombre de météores semblant jaillir de la même région céleste (le radiant) augmente considérablement : la Terre coupe alors l’orbite d’une comète qui a laissé dans son sillage un grand nombre de particules.

Ces essaims d’étoiles filantes portent le nom de la constellation d ‘où ils s’échappent ; on peut citer par exemple les Perséides (associées à la comète 109P/Swift-Tuttle, radiant dans la constellation de Persée) et les Taurides (poussières abandonnées par la comète 2P/Encke, radiant dans la constellation du Taureau).

encke2

C’est au cours de la 47e rencontre de la Division des sciences planétaires de l’AAS (American Astronomical Society) que des chercheurs qui dépouillent les résultats amassés par la sonde MESSENGER ont annoncé l’existence de pluies d’étoiles filantes sur Mercure.

Messenger (MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry and Ranging) est un orbiteur de plus d’une tonne qui avait été lancé par la NASA le 3 août 2004. Satellisé autour de Mercure le 18 mars 2011, il a terminé sa mission le 30 avril 2015 en s’écrasant sur la première planète du Système solaire.

En étudiant l’atmosphère extrêmement ténue de Mercure, les instruments de MESSENGER y ont détecté le calcium libéré lors de la vaporisation des poussières qui viennent frapper la surface de la planète. Prévu par les chercheurs, un niveau de calcium stable correspond à l’activité des météores sporadiques.

Mais on a aussi découvert des pics périodiques du niveau de calcium. Ces pics se produisent quand Mercure croise des nuages de particules abandonnées sur une orbite correspondant à celle de la comète 2P/Encke, déjà responsable sur Terre de 3 pluies d’étoiles filantes en juin et novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *