Une bulle cosmique pour les télescopes Chandra et Hubble

En combinant les images des télescopes spatiaux Chandra et Hubble, les astronomes ont reconstitué l’aspect du rémanent de supernova SNR 0509-67.5.

Un télescope pour les rayons X :

Subrahmanyan Chandrasekhar fut l’un des pionniers de l’astrophysique du XXe siècle. C’est donc en son honneur qu’a été nommé l’observatoire spatial Chandra. Il a été lancé en 1999 (9 ans après le télescope Hubble) par la navette spatiale Columbia. Son télescope est dédié à l’étude des émissions de rayons X. Ces rayons sont émis par quelques-unes des sources célestes les plus énergétiques (trous noirssupernovae, étoiles à neutrons…).

Le rémanent de supernova SNR 0509-67.5 dans le Grand Nuage de Magellan. © NASA/CXC/SAO/Hubble Heritage Team

SNR 0509-67.5 (pour SuperNova Remnant ou rémanent de supernova) est le reste d’une étoile massive qui a explosé il y a 400 ans.

Proches voisines galactiques :

Ce rémanent est localisé dans le Grand Nuage de Magellan (LMC pour Large Magellanic Cloud). Il s’agit d’une galaxie naine satellite de la Voie lactée visible dans la constellation du Toucan. Il vous faudra donc descendre vers les latitudes australes pour l’admirer. Tout comme le Petit Nuage de Magellan, le LMC fut observé par le navigateur portugais Fernand de Magellan. Ce dernier réalisa un grand tour de l’Amérique du Sud entre 1519 et 1522. En hommage à cette périlleuse traversée on donna son nom à ces deux galaxies. Pourtant cet honneur aurait pu revenir à Al-Soufi car cet astronome perse les avaient signalées 500 ans plus tôt. Le LMC se situe à environ 160.000 années-lumière de la Terre.

Une bulle en expansion :

Depuis l’explosion de SNR 0509-67.5, la matière expulsée ne cesse de s’étendre à la vitesse vertigineuse de plus de 5.000 km/sec. Elle est poussée par une onde de choc chauffée à plusieurs millions de degrés. La bulle que nous observons actuellement s’étend sur une superficie équivalente à 23 années-lumière. Le cliché ci-dessus combine une image prise par Chandra (le gaz chaud en vert-bleu) et une image prise par le télescope spatial Hubble (le bord de l’explosion en rouge et les étoiles visibles dans le champ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *