Événement de la Toungouska : c’était il y a 110 ans

Le 30 juin 1908 la plus grosse explosion d’une météorite se produisit dans l’atmosphère au-dessus de la rivière Toungouska dans la forêt sibérienne.

Le 30 juin 1908 les paysans vivant sur les plateaux de Sibérie centrale ont sans doute cru que le ciel leur tombait sur la tête. Vers 7 heures du matin, un objet trop brillant pour être observé à l’œil nu traversa le ciel avant de se désintégrer dans un bruit formidable : l’explosion fut entendue à 1.000 km de là et s’accompagna d’un séisme de magnitude 5 que l’on enregistra jusqu’aux États-Unis.

Carte montrant l’ampleur de l’événement de la Toungouska le 30 juin 1908. © Wikipédia

La carte ci-dessus donne une idée de l’ampleur de l’événement : en rouge une zone centrale de 40 km de diamètre entièrement dévastée, en orange de forts dégâts à 100 km à la ronde et en dégradé bleu la portée du bruit généré par l’explosion.

Les témoignages recueillis sur place 19 ans plus tard lors de la première expédition scientifique font froid dans le dos : il est question de chasseurs projetés en l’air et tués à moins de 20 km de l’épicentre ainsi que de chiens et de rennes brûlés vifs, ou encore de nomades jetés à terre à 40 km de là, sans parler des 60 millions d’arbres calcinés ou couchés comme des allumettes.

On peut se rendre compte de ce que les habitants de la Toungouska ont pu ressentir en regardant les images enregistrées lors d’une autre désintégration de météorite dans le ciel de l’Oural au-dessus de la ville de Tcheliabinsk le vendredi 15 février 2013 :

Si la masse de la météorite de Tcheliabinsk a été estimée à 12.000 tonnes, celle de la Toungouska pourrait avoir été cinq fois plus massive. Car c’est bien une météorite qui a rencontré la Terre en juin 1908 : bien que l’idée de la désintégration d’une comète ait longtemps eu les faveurs des scientifiques, une étude publiée en 2013 révèle que la collecte de fragments de roche dans la tourbe a confirmé la présence de formes cristallines que l’on retrouve dans les astéroïdes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *