Le planétarium, une alternative pour découvrir les étoiles

Que faire quand on habite en ville et qu’on a envie de découvrir le ciel étoilé ? Une séance de planétarium offre déjà d’intéressantes possibilités.

Tout le monde n’a pas la chance d’habiter en pleine campagne ou à la montagne, loin de toute pollution lumineuse et de pouvoir admirer depuis le pas de sa porte la Voie lactée ou même la lumière zodiacale. Il y a quelques mois une publication de la revue Science Advances intitulée The new world atlas of artificial night sky brightness avait tiré la sonnette d’alarme, rappelant que plus de 80% de la surface de notre planète était touchée par la pollution lumineuse, un chiffre qui grimpait à 99% pour l’Europe !

planetarium1

Pour ceux dont le ciel nocturne se résume à un voile lumineux, il reste la possibilité d’aller faire un tour dans un planétarium.

Un planétarium est constitué d’une salle circulaire surmontée d’un dôme hémisphérique sur lequel on projette l’image du ciel nocturne. Le procédé a été imaginé au début du XXe siècle par l’astronome allemand Max Wolf, alors directeur de l’Observatoire de Heidelberg, puis réalisé par la firme Carl Zeiss dont les projecteurs équipent toujours certains planétariums comme celui de Reims.

L’Association des Planétariums de Langue Française (APLF) recense toutes les structures fixes (planétariums sous un dôme) et mobiles (planétariums gonflables) qui vous accueillent en France. Du plus haut (ouvert à l’Observatoire du Pic du Midi) au plus grand (à la Cité des sciences et de l’industrie, qui accueille aussi les RCE tous les deux ans), il y en a pour tous les goûts. Certains sont équipés d’un dispositif opto-mécanique traditionnel (projecteurs Zeiss par exemple) alors que d’autres ont fait le choix du numérique, un moyen de proposer régulièrement de nouveaux spectacles.

Les planétariums sont de merveilleux outils de vulgarisation qui permettent de découvrir l’espace qui nous entoure en étant confortablement installé. Il ne faudrait pas pour autant qu’ils deviennent des sortes de musées où l’on se rendrait pour découvrir une espèce disparue, le ciel étoilé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *