Paysages lunaires à explorer (1) : Platon et Vallis Alpes

Une simple lunette astronomique ou un petit télescope permettent de merveilleuses observations lunaires. Découvrons la région de Platon et Vallis Alpes.

Trop souvent délaissée, la Lune est un sujet d’observations astronomiques infinies. Son diamètre apparent et son éclat permettent à tous les débutants d’y pointer facilement un instrument. Si une paire de jumelles bien calée offre déjà de belles possibilités, l’emploi d’une lunette astronomique ou d’un télescope vous ouvrent les portes d’un monde minéral étonnant où les reliefs changent d’aspect tout au long de la lunaison (les ombres s’allongent ou raccourcissent selon la hauteur du Soleil).

Cette première chronique dédiée aux paysages lunaires à explorer nous entraîne dans l’hémisphère nord lunaire du côté de Platon et Vallis Alpes, une région à observer aux 9ème et 22ème jours de la lunaison avec un éclairage rasant.  

Platon (nommé ainsi par l’Union Astronomique Internationale en l’honneur du célèbre philosophe grec) est un cratère d’impact de 100 km de diamètre situé au nord-est de la mer des Pluies, bien plus au nord que Copernic. En raison de son albédo très sombre (le fond du cratère est plus foncé que les mers environnantes), Platon est également surnommé le grand Lac noir.

Vallis Alpes ressemble à une longue cicatrice de 166 km de long avec une largeur maximale de 10 km qui coupe le massif des Montes Alpes (dont les sommets s’élèvent de 1.800 à 2.400 m d’altitude) et relie le bassin de Mare Imbrium à celui de Mare Frigoris. Les observateurs armés de gros télescopes pourront tenter d’apercevoir, quand l’atmosphère terrestre est calme, une petite crevasse de 600 m de large (le lit d’une très ancienne rivière de lave) qui serpente sur toute la longueur au fond de Vallis Alpes.

L’astronome amateur Alain Brodin (qui avait déjà photographié deux grosses taches solaires en juillet 2016) est l’auteur de ce cliché extrait d’une vidéo réalisée à l’aide d’un boîtier Canon 600D placé derrière un télescope Maksutov 150/1800.

PS : sur les images de cet article la Lune est orientée telle qu’elle apparaît à l’œil nu, dans une paire de jumelles ou une longue-vue terrestre. Dans une lunette ou un télescope les images sont renversées (SUD en haut et EST à gauche).

4 réflexions sur “ Paysages lunaires à explorer (1) : Platon et Vallis Alpes ”

  1. Merci encore de me faire cette honneur , oui la Lune est un astre attrayant pour ses différentes facettes .
    Merci JB

    Amicalement .
    Alain

      1. J’ai pas de chance en ce moment avec le temps ici , surtout lorsque je suis en repos , mais dès que je peut refaire du solaire ou lunaire , j’espère faire de nouveau beau clichés pour tes parutions .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *