Comète interstellaire Borisov : elle avait déjà été détectée en 2018

2I/Borisov, la comète interstellaire découverte par Gennady Borisov en août 2019 avait déjà été détectée par des télescopes automatiques huit mois plus tôt. 

Une grande voyageuse :

Le 30 août dernier l’astronome amateur russe Gennady Borisov repérait un nouvel astre chevelu sur des images acquises avec un télescope de 65 centimètres. L’astre en question fut nommé C/2019 Q4 dans un premier temps. Puis on calcula les paramètres orbitaux : ils révélèrent que cet astre chevelu venait de l’extérieur du Système solaire. La comète interstellaire en question fut ensuite rebaptisée 2I/Borisov. Le 12 octobre 2019 le télescope spatial Hubble nous dévoilait en images cette étonnante visiteuse qui passionne les astronomes.

Images de la comète 2I/Borisov prises le 12 octobre 2019 par le télescope spatial Hubble. © Nasa/ESA/D. Jewitt (UCLA)

Une récente étude publiée sur arXiv révèle que la comète interstellaire est présente sur plusieurs clichés réalisés avant la date de sa découverte officielle.

Première détection en décembre 2018 :

Lorsque G. Borisov a découvert sa comète, elle se trouvait environ à 3 Unités astronomiques (UA) du Soleil. Une équipe dirigée par Quanzhi Ye de l’Université du Maryland a eu l’idée de rechercher à l’aide d’un logiciel des traces antérieures de l’astre chevelu. Ils ont analysé pour cela un peu plus de 200 images correspondant à l’orbite passée de la comète. Ces clichés provenaient de 3 réseaux de télescopes automatiques : Catalina Sky Survey , Pan-STARRS et le Zwicky Transient Facility.

Premières détections de la comète 2I/Borisov plusieurs mois avant sa découverte. © Quanzhi Ye/Catalina Sky Survey/Pan-STARRS/Zwicky Transient Facility

La plus ancienne détection remonte au 13 décembre 2018. 2I/Borisov était alors à 8 UA du Soleil. On retrouve ensuite la comète sur plusieurs images réalisées début 2019. Par contre elle est invisible sur les clichés du mois de novembre. Ces résultats permettent de fournir des informations supplémentaires sur cet astre chevelu :

  • la taille de son noyau ne peut excéder 7 kilomètres (sinon il aurait été repéré sur les images du mois de novembre 2018)
  • la comète serait devenue active (sublimation de la glace sous l’action du rayonnement solaire) entre 5 et 7 UA. C’est un comportement similaire à ce qu’on observe sur les comètes du Système solaire
  • la surface active sur la comète serait comprise entre 0,5 et 10 km²
  • enfin ces différentes images permettent d’affiner les calculs de la trajectoire de 2I/Borisov
À savoir :

Plusieurs équipes d’astronomes étudient 2I/Borisov. À l’aide de spectrographes installés sur de grands télescopes ils ont analysé la composition chimique de la comète. Comme expliqué dans cet article, ils ont détecté la présence de molécules CN ainsi que celles du carbone diatomique (C2). L’estimation du rapport des abondances de ces deux molécules s’est révélé comparable à celui observé dans une famille de comètes associées à Jupiter. Le plus célèbre représentant de cette famille est la comète périodique de Encke.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *