ESO 137-001, la galaxie qui perd son gaz et sa poussière

En traversant les régions centrales de l’amas de galaxies Abell 3627, la galaxie ESO 137-001 se fait dépouiller de son gaz et de sa poussière.

Une galaxie déchiquetée :

Le spectacle se déroule à plus de 200 millions d’années-lumière dans l’amas de la Règle. Cet amas de galaxies visible depuis l’hémisphère sud porte également le nom de Abell 3627. Fonçant à près de 7 millions de kilomètres à l’heure, la galaxie spirale ESO 137-001 traverse les régions centrales de l’amas.

La pression dynamique déshabille la galaxie ESO 137-001 dans l’amas de galaxies Abell 3627. © ALMA (ESO/NAOJ/NRAO)/ P. Jachym (Czech Academy of Sciences) et al.

On pourrait s’attendre en toute logique à voir cette galaxie être déformée par les interactions gravitationnelles avec ses consœurs. Mais un second phénomène intervient : la pression exercée par le gaz chaud présent au sein de l’amas, ou pression dynamique.

Le rôle de la pression dynamique :

Les astronomes ont découvert que l’intérieur d’un amas de galaxies ou milieu intra-amas (MIA) n’est pas vide. On y trouve un gaz très chaud (plusieurs millions de degrés).  Ce gaz chaud exerce une pression sur le gaz et la poussière de la galaxie qui le traverse. En toute logique la puissance de cette pression dynamique est proportionnelle à la vitesse de la galaxie qui traverse ce MIA.

Le résultat est spectaculaire dans le cas de ESO 137-001. De larges traces de gaz (en violet) et de poussière (en orange) forment une immense traînée longue de 400.000 années-lumière, donnant à la galaxie un air de méduse cosmique. Ainsi dépouillée de sa poussière et de son gaz, ESO 137-001 n’offre plus les conditions requises pour permettre la naissance de nouvelles étoiles.

À savoir :
  • l’astronome américain George Ogden Abell (1927–1983) est connu pour son catalogue de près de 4.000 amas de galaxies établi à partir de ses observations dans le cadre du Palomar Observatory Sky Survey
  • l’amas Abell 3627 est difficile à observer dans les longueurs d’onde optiques. Situé à proximité du plan galactique de la Voie lactée, il est obscurci par la poussière interstellaire
  • les galaxies se regroupent en amas. Notre amas local par exemple se compose d’une trentaines de galaxies. Les deux plus imposantes sont notre Voie lactée et la célèbre galaxie d’Andromède
  • le milieu intra-amas est un plasma constitué principalement d’atomes d’hydrogène et d’hélium entièrement ionisés. Sa température élevée provient de l’énergie potentielle gravitationnelle libérée lors de la formation des amas de galaxies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *