La constellation d’Orion, un joyau à découvrir en fin de nuit

La constellation d’Orion fascine les hommes depuis des millénaires et les photographes depuis que leurs capteurs sont assez sensibles pour l’immortaliser. 

Un chasseur puni :

Elle est de retour ! La constellation d’Orion, sans conteste la plus belle de toutes, est désormais visible avant l’aube. Elle nous raconte l’histoire d’un chasseur arrogant. Il mourut foudroyé par le venin d’un scorpion (lire à ce sujet Pompéi : une mosaïque illustre le mythe d’Orion et du Scorpion). Dans la mythologie grecque le chasseur géant Orion passait son temps à se vanter de ses prouesses. Exaspérée, Héra, sœur et femme de Zeus, lui envoya un scorpion qui le piqua et le tua.

La constellation d’Orion s’élève à l’aube en fin d’été. © Jean-Baptiste Feldmann

Pour savoir quand la constellation est observable, je vous conseille de regarder la carte du ciel de Stelvision correspondant à votre site et à votre heure d’observation.

Visite guidée :

Différentes étoiles délimitent le vaniteux chasseur : ses épaules sont représentées par Bételgeuse et Bellatrix. Alnitak, Alnilam et Mintaka marquent la taille (le baudrier). Saïph et Rigel symbolisent les pieds du chasseur. Le glaive suspendu au baudrier contient la célébre nébuleuse d’Orion (Messier 42). C’est une nébuleuse diffuse visible à l’œil nu. Elle ressemble à une aile de papillon quand on l’observe dans une paire de jumelles ou une petite lunette astronomique. Notez également que des nébulosités se devinent autour d’Alnitak : c’est là que se cache Barnard 33, l’étonnante nébuleuse de la Tête de cheval.

Un autre regard sur Orion. © Jean-Baptiste Feldmann
Deux images différentes :

Je vous propose deux clichés très différents techniquement. En haut j’ai photographié la constellation au cours d’une pose de 30 secondes avec un objectif de 50 millimètres de focale ouvert à 4. Boîtier Nikon D7100, sensibilité 3200 iso. Pour compenser la rotation de la Terre, l’appareil photo était installé sur une monture Vixen Polarie.

L’image du bas est faite avec le même boîtier, le même objectif et une sensibilité de 250 iso. Pas de suivi, j’ai réalisé une pose fixe de 3 minutes en modifiant la mise au point toutes les 45 secondes (de 3 mètres à l’infini) : outre l’aspect esthétique, ce procédé permet d’étaler l’image des astres et de mieux voir leurs couleurs (la couleur orange de la supergéante Bételgeuse est bien mise en évidence).

2 réflexions sur “ La constellation d’Orion, un joyau à découvrir en fin de nuit ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *