Mars, la planète qu’on peut (parfois) toucher du doigt

Tous les 15 ans environ la planète Mars est au plus près de la Terre (c’est le cas en 2018) et on peut presque la toucher du doigt. Explications.

Cela ne vous a pas échappé : en 2018 la Planète rouge (une couleur provoquée par la présence d’oxyde de fer à sa surface) était particulièrement visible dans le ciel au moment de son opposition en juillet, et c’est encore le cas sur cette image réalisée trois mois plus tard en présente de la Lune (un rapprochement apparent qui s’est produit le 18 octobre) ; l’occasion de toucher du doigt la planète si chère à Camille Flammarion. Un spectacle qui ne s’était pas produit depuis 2003. Pourquoi un tel intervalle de 15 ans ? Explications.

Le 18 octobre la Planète rouge (au bout du doigt) se trouvait à proximité de la Lune. Trois mois après sa spectaculaire opposition le 27 juillet elle est encore assez brillante pour être repérée par les néophytes en début de nuit. @ Jean-Baptiste Feldmann/CIELMANIA

Les oppositions martiennes (c’est le moment où la Terre s’interpose entre le Soleil et Mars) se produisent à un intervalle de 2 ans et 49 jours. 

Mais toutes les oppositions ne se ressemblent pas : en raison de la forte excentricité de l’orbite de Mars, la distance entre deux oppositions peut varier jusqu’à 43 millions de kilomètres ! La plus courte distance correspond aux oppositions périhéliques qui se produisent l’été (le périhélie martien a lieu le 16 septembre) : Mars peut atteindre un diamètre apparent de 25 secondes d’arc (grossie une centaine de fois elle présente le même diamètre apparent que la Lune vue à l’œil nu).

Lors des oppositions périhéliques Mars circule dans les constellations du Sagittaire et du Capricorne, elle est donc assez basse depuis les sites d’observation français.

Les oppositions aphéliques se produisent en février ou mars ; la Planète rouge est plus éloignée (donc son diamètre apparent est plus petit) mais elle circule dans les constellations du Cancer ou du Lion ce qui permet de l’observer plus haute dans le ciel, donc moins sujette à la turbulence atmosphérique.

Une réflexion sur “ Mars, la planète qu’on peut (parfois) toucher du doigt ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *