MATISSE, l’instrument français qui va équiper le VLT

C’est à l’Observatoire de Nice qu’a été construit MATISSE, un instrument qui va permettre de combiner les images obtenues par les 4 télescopes du VLT. 

C’est dans le désert chilien d’Atacama que l’Observatoire européen austral (ESO) a décidé d’implanter le Very Large Telescope dans les années 1990 en complément de l’Observatoire de la Silla lancé 30 ans plus tôt. Le VLT est un ensemble de 4 télescopes de 8 mètres de diamètre et de 4 télescopes auxiliaires de 1,8 mètre qui peuvent être utilisés séparément mais qu’on peut aussi coupler dans sa version interférométrique, le VLTI (Very Large Telescope Interferometer).

La technique de l’interférométrie consiste à mélanger les faisceaux provenant de plusieurs télescopes, ce qui permet d’obtenir la résolution d’un instrument virtuel dont le diamètre est égal à la distance séparant les télescopes (dans le cas du VLT cette distance est de 200 m).

Jusqu’à présent on pouvait combiner 2 télescopes du VLT dans la bande de 8 à 13 microns avec l’instrument MIDI et 3 dans la bande de 1,1 à 2,4 microns avec l’instrument AMBER. Grâce à MATISSE (Multi AperTure mid-Infrared SpectroScopic Experiment) il sera désormais possible de combiner simultanément les données de 4 télescopes dans le domaine spectral de l’infrarouge moyen, entre 3 et 13 microns, ce qui permettra d’étudier la formation des très jeunes systèmes planétaires cachés dans la poussière de la Voie lactée.

C’est dans les sous-sols du vénérable Observatoire de Nice qu’a été patiemment construit MATISSE pendant une décennie : 5 ans pour imaginer l’instrument et 5 ans pour concevoir, assembler et tester les différents éléments (détecteurs infrarouges, cryostats, bloc optique composé notamment de 200 petits miroirs actionnés par des moteurs…).

Une partie de l’équipe qui a travaillé sur la conception et la réalisation de MATISSE.

L’instrument étant désormais opérationnel, il va être entièrement démonté puis emballé avant de partir au mois d’octobre en direction du Chili où il sera ensuite remonté.

MATISSE (à droite) en phase de tests.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *