Mars : la fonte de la calotte polaire vue par les amateurs

C’est un spectacle étonnant réservé aux plus talentueux des astronomes amateurs : la calotte polaire sud martienne est en train de fondre.

Mars se rapproche :

Depuis plusieurs semaines les astronomes amateurs pointent leurs instruments en direction de la planète Mars qui ne cesse de se rapprocher. Nous allons en effet assister à une opposition particulièrement favorable en octobre. Une superbe mise en bouche avant l’arrivée du rover Perseverance dans le cratère Jezero en février 2021.

Des conditions favorables :

Il s’écoule un peu plus de deux années entre chaque opposition de Mars. Celle d’octobre 2020 est très intéressante pour les observateurs de l’hémisphère nord avec une magnitude de -2,5. Un diamètre apparent supérieur à 22 secondes d’arc sera décisif pour admirer la Planète rouge si chère à Percival Lowell. Mais c’est surtout son passage au méridien à plus de 50° de hauteur qui permettra d’obtenir des vues détaillées en s’affranchissant d’une partie de la turbulence atmosphérique.

Zoom sur l’hémisphère sud :

Le phénomène le plus spectaculaire à observer est la fonte de la calotte polaire sud. C’est cette tache blanche éclatante que l’on voit sur les clichés présentés dans cet article. Sur Mars l’été a débuté le 2 septembre dans l’hémisphère sud et la calotte polaire rétrécit semaine après semaine. En 2020 l’inclinaison de la Planète rouge ne nous permet pas d’observer la calotte polaire nord plongée dans l’hiver.

Calottes permanentes ou saisonnières  :

C’est à la fin du XVIIe siècle qu’on a observé pour la première fois deux taches blanches aux pôles de Mars, les calottes polaires. Les calottes hivernales (ou saisonnières) sont bien entendu les plus étendues. L’été il reste une calotte permanente (ou résiduelle) beaucoup moins importante en superficie. La calotte résiduelle, composée de couches de glace et de poussière, mesure plusieurs kilomètres d’épaisseur. La couche de glace carbonique qui vient s’ajouter par dessus l’hiver ne dépasse pas un ou deux mètres d’épaisseur. C’est cette dernière que les amateurs voient se sublimer (elle se transforme directement en gaz) depuis plusieurs semaines au pôle Sud martien.

Une calotte polaire sud décentrée :

La calotte polaire sud présente une bizarrerie : alors que l’hiver elle est à peu près symétrique, l’été la calotte résiduelle est décalée d’environ trois à quatre degrés. D’après les données acquises par la sonde européenne Mars Express, cette anomalie s’expliquerait par une circulation particulière des vents.

Mars en direct ou presque :

Grâce au talent de quelques astronomes amateurs bien équipés, on peut suivre presque en direct (par exemple sur la page Facebook de l’International Society of the Mars Observers) les transformations du paysage martien : fonte de la calotte polaire sud, mais aussi apparition de nuages de givre ou d’éventuelles tempêtes de poussière. Des images qui auraient fait rêver Percival Lowell ou Camille Flammarion.

2 réflexions sur “ Mars : la fonte de la calotte polaire vue par les amateurs ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *