Rotation d’étoiles en Bresse au cours d’une nuit d’été

Avec le logiciel StarMax il est très facile de faire une rotation d’étoiles. Exemple avec ce cliché réalisé le 14 août après le coucher de la Lune gibbeuse.

La Terre tourne, pas le ciel :

La Terre tourne sur elle-même autour d’un axe imaginaire, un mouvement à l’origine de l’alternance des jours et des nuits. Cette rotation explique pourquoi nous voyons le Soleil et la Lune se lever à l’EST et se coucher à l’OUEST environ 12 heures plus tard. Si vous admirez le ciel nocturne vous noterez les mêmes déplacements des étoiles : les constellations semblent circuler d’EST en OUEST également. Ces déplacements ne sont bien entendu qu’apparents puisque c’est notre planète qui tourne en réalité. L’axe imaginaire de rotation de la Terre se prolonge en direction du pôle nord céleste marqué par une étoile, la Polaire.

Rotation d’étoiles en Bresse au cours d’une nuit d’été. © Jean-Baptiste Feldmann

Durant la nuit les astres semblent tourner autour de l’étoile polaire dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, un phénomène facile à photographier.

Guide pratique :

Si vous photographiez le ciel nocturne avec une longue pose de plusieurs minutes, les étoiles laisseront des petits traits lumineux en raison du mouvement de la Terre. La même expérience retentée en direction du pôle céleste montrera non pas des traits lumineux mais de petits arcs de cercle. On pourrait envisager en théorie de faire une pose très longue de plusieurs dizaines de minutes pour amplifier cet effet (pose B sur le boîtier avec un déclencheur à fil bloqué). En pratique le bruit électronique du capteur et la luminosité du fond du ciel (surtout en cas de pollution lumineuse) ne permettent pas d’obtenir un bon résultat. Le mieux consiste à enchaîner des dizaines de poses de 30 à 60 secondes. On les additionne ensuite avec l’excellent logiciel StarMax et le tour est joué.

Secrets d’une image :

Ce cliché à été réalisé en fin de nuit le 14 août en Bresse. La Lune gibbeuse venait de se coucher, laissant la place au spectacle offert par les Perséides. Sur 70 prises de vues d’une durée unitaire de 45 secondes j’ai retenu 55 images. Les premiers clichés ne sont pas exploitables à cause de l’éclat lunaire ainsi que les derniers à cause du jour naissant. J’ai utilisé un objectif Samyang de 12 millimètres de focale ouvert à 4 et un boîtier Nikon D 7100, sensibilité réglée sur 2000 iso. J’ai installé plusieurs éléments au premier plan. Je me suis promené dans ce décor avec ma lampe frontale rouge pendant que les poses s’enchaînaient et voilà le résultat !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *