En vidéo : quand André Brahic défendait l’homo rigolus

L’astrophysicien français André Brahic est mort des suites d’un cancer le 15 mai à l’âge de 73 ans. Portrait d’un grand vulgarisateur.

Né en 1942 à Paris, l’astrophysicien André Brahic était connu comme un scientifique de renom doté d’un don de vulgarisation peu commun. Il avait participé aux deux principales missions d’exploration du Système solaire, la mission Voyager dans les années 1980 (aux côtés de l’exobiologiste Carl Sagan) et l’actuelle mission Cassini-Huygens autour de Saturne. Il était célèbre pour avoir découvert avec son équipe les 5 anneaux de Neptune en 1984, baptisés Galle, Le Verrier, Lassell, Arago et Adams. Il était aussi l’auteur de plusieurs ouvrages, dont « De feu et de glace » (2010) et « La science, une ambition pour la France » (2012).

brahic

André Brahic a conquis des générations d’auditeurs par sa verve et son enthousiasme communicatif ; nombreux sont ceux qui se souviendront de ses conférences interminables (il arrivait toujours avec plusieurs centaines d’images qu’il espérait présenter), arpentant à grands pas l’estrade tout en débitant son exposé qu’il entrecoupait de notes d’humour.

Continuer la lecture

Les premiers nuages noctiluques sont de retour

Le 10 mai ont été photographiés les premiers nuages noctiluques. Une apparition très précoce pour ces nuages nocturnes lumineux attendus en été.

Il se passe chaque été quelque chose d’étrange et de merveilleux dans le ciel au-dessus des pôles terrestres. Des nuages de très haute altitude prennent une couleur d’un bleu électrique alors que le Soleil est passé depuis longtemps sous l’horizon.

Les nuages noctiluques (noctilucent clouds ou NLC en anglais) ou nuages polaires mésosphériques se forment à 80 km d’altitude. Dans un environnement glacé (-130° C) la vapeur d’eau se condense autour des poussières d’étoiles filantes ou d’éruptions volcaniques pour former des cristaux de glace. Ce sont ces cristaux qui renvoient la lumière des derniers rayons solaires. La vidéo ci-dessus nous montre l’activité de ces nuages noctulescents saisie en 2007 par le satellite américain AIM (Aeronomy of Ice in the Mesosphere).   Continuer la lecture