En vidéo : séance d’astrophotographie hivernale

Comment s’organise une séance d’astrophotographie quand on ne dispose pas de son propre observatoire ? Réponse dans ce joli time-lapse réalisé en hiver.

Beaucoup d’astronomes amateurs sont dans l’obligation de se déplacer quand ils veulent observer le ciel nocturne ; peu nombreux sont en effet ceux qui ont la chance d’habiter dans un endroit épargné par la pollution lumineuse et de pouvoir y construire un petit observatoire.

Ces migrations crépusculaires demandent une bonne dose d’organisation : il est indispensable d’avoir repéré à l’avance un site adapté (à la fois accessible pour l’astronome mais loin de toute lumière parasite, phares de voitures compris) et de s’assurer avant de partir que le ciel restera dégagé pour la nuit. Pas question non plus d’oublier le moindre accessoire qui pourrait compromettre la soirée : l’utilisation d’une check-list est de rigueur !

On doit le time-lapse ci-dessus à Dominique Joubert, un retraité qui s’adonne à sa passion pour l’astrophotographie dans les massifs montagneux autour de Grenoble.

Ses images nous racontent en accéléré son installation dans la neige un soir de janvier 2015 où il avait choisi d’imager une objet astronomique célèbre dans la constellation d’Orion, la nébuleuse de la Tête de Cheval Barnard 33. Cette nébuleuse obscure située à 1800 années-lumière se détache devant la nébuleuse en émission IC 434 dont l’hydrogène est ionisé par Sigma Orionis. La brillante étoile que l’on voit à gauche est Alnitak, en dessous de laquelle se trouve la nébuleuse de la Flamme NGC 2024.

joubert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *