Partie de cache-cache pour la lumière cendrée

Retour sur la fin de nuit du 6 octobre alors que la vieille Lune accompagnée de la lumière cendrée jouait à cache-cache avec les nuages.

Avez-vous déjà entendu parler de la lumière cendrée ? Cette douce clarté, environ 10.000 fois plus faible que la Pleine Lune, permet de distinguer le reste du disque lunaire juste avant ou après la Nouvelle Lune, quand le croissant est assez fin pour ne pas trop nous éblouir. Alors que ce croissant reçoit directement les rayons solaires, le reste de la surface lunaire est très légèrement éclairé par la lumière solaire que la Terre renvoie dans l’espace (les océans et les nuages terrestres jouent un peu un rôle de miroir).

Le disque lunaire semble gris clair comme de la cendre, ce qui explique le nom de lumière cendrée.

Pour photographier la faible lueur de la lumière cendrée, vous avez deux possibilités : soit faire une pose photographique assez longue en fixant votre boîtier photo sur une monture équatoriale motorisée pour compenser la rotation de la Terre, soit utiliser une très haute sensibilité.

C’est cette seconde option qui a été choisie pour réaliser ce cliché où notre satellite naturel joue à cache-cache avec les nuages : 1 seconde de pose à 6200 iso avec un boîtier Nikon D7100 installé sur pied photo, objectif de 300 mm de focale ouvert à 5,6.

2 réflexions sur “ Partie de cache-cache pour la lumière cendrée ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *