D’où viennent les noms des formations lunaires ?

C’est au XVIIe siècle, avec l’apparition du télescope, que les astronomes vont donner des noms (toujours en usage) aux différentes formations lunaires.  

Si vous regardez une carte lunaire, vous serez sans doute surpris par certaines désignations comme le Marais de la Putréfaction, la Mer des Humeurs ou encore l’Océan des Tempêtes. D’où viennent donc ces noms et qui furent les premiers maîtres de la sélénographie, la science qui se consacre à l’étude des formations lunaires ?

Carte lunaire de Grimaldi et Riccioli parue dans l’Almagestum Novum en 1651.

En 450 avant notre ère, le philosophe grec Démocrite envisage l’existence des reliefs lunaires en imaginant « des montagnes élevées et des vallées creuses ». Il faut ensuite attendre 1603 pour trouver le premier dessin de la Lune effectué sans instrument par William Gilbert, mais la sélénographie prend véritablement son essor après l’invention de la lunette astronomique.

En juillet 1609 Thomas Harriot réalise le premier croquis de la Lune vue derrière une lunette grossissant une dizaine de fois, puis c’est au tour de Galilée en 1610. Ses dessins, de bien meilleure facture, sont publiés dans un célèbre ouvrage, Sidereus Nuncius.

Trois cartes de la Lune vont ensuite poser les fondements de la nomenclature lunaire :

  • La carte de Michel Florent Van Langrens en 1645 attribue aux plus importantes formations lunaires des noms issus de la royauté et ceux des saints catholiques (les petits cratères ont droit à des noms d’astronomes et de mathématiciens). Quant aux (fausses) mers lunaires elles reçoivent des noms latins de mers et d’océans terrestres.
  • La carte d’Hévélius, publiée dans son Selenographia deux ans plus tard, ignore la nomenclature de Van Langrens : les formations lunaires portent les noms (grecs ou latins) des formations terrestres équivalentes.
  • En 1651 paraît l’Almagestum Novum de Riccioli et Grimaldi. Les deux jésuites italiens choisissent la nomenclature toujours en usage aujourd’hui : pour les cratères des noms d’astronomes et de personnages célèbres, pour les « mers » des noms en latin en rapport avec la météorologie (Mers des Pluies, des Nuages ou du Froid) ou les traits de caractères (Mers des Humeurs, des Crises, de la Sérénité…).

2 réflexions sur “ D’où viennent les noms des formations lunaires ? ”

  1. Bonjour Jean-Baptiste,
    J’ai un faible pour la Mer de la Tranquillité… est-il possible de nous instruire à son sujet… La lune serait une de mes passions si j’étais astrophysicien… Il me semble qu’il y a tant à dire sur la lune, vaste sujet inépuisable! Merci beaucoup .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *