Exoplanètes : des indices sur un spectre stellaire de 1917

En examinant un spectre de l’étoile de van Maanen pris en 1917, un chercheur a découvert des indices en faveur de l’existence d’exoplanètes. 

Le 6 octobre 1995 les chercheurs suisses Michel Mayor et Didier Queloz découvraient la première planète extrasolaire, 51 Pegasi b, à l’aide du télescope de 1,93 m de l’Observatoire de Haute-Provence. Mais la première preuve de l’existence d’exoplanètes est peut-être beaucoup plus ancienne.

En vidéo : qu’est-ce qu’une exoplanète ?

En 1917 l’astronome néerlando-américain Adriaan van Maanen (1884 – 1946) découvre dans la constellation des Poissons une naine blanche située à un peu plus de 14 années-lumière du Soleil. Le spectre de cet astre, qui prend le nom d’étoile de van Maanen, est enregistré sur une plaque de verre peu après à l’Observatoire du mont Wilson par Walter Adams (1876 – 1956), l’astronome qui en deviendra le directeur quelques années plus tard.

Ce spectre est archivé comme 250.000 autres plaques et ne revoit le jour que dernièrement à la demande de Jay Farihi (University College of London), un chercheur qui conduit une étude sur les exoplanètes autour des naines blanches (voir sa publication sur Arxiv).

spectre

En examinant le spectre de l’étoile de van Maanen réalisé en 1917, Jay Farihi a la surprise de découvrir deux raies d’absorption (voir ci-dessus) comme on en observe dans les spectres des naines blanches dites « polluées », des astres entourés de vastes anneaux composés de débris planétaires mais également d’astéroïdes (voir par exemple les observations de la naine blanche WD 1145+017 réalisées en 2014 par le télescope spatial Kepler), de comètes et même de planètes. Continuer la lecture

Suivez AR 2529, la belle tache solaire en forme de cœur

Apparue depuis quelques jours, une très grosse tache solaire en forme de cœur numérotée AR 2529 est visible à l’œil nu avec un filtre.

Observée pour la première fois sur le bord de notre étoile le 9 avril, la tache AR 2529 est actuellement surveillée par de nombreux télescopes solaires. C’est d’abord sa taille qui attire l’attention : actuellement cinq fois plus grande que la Terre, AR 2529 est visible sans instrument à l’aide d’un filtre.

En vidéo : de superbes images du Soleil pour fêter les 5 ans du satellite SDO

Si l’horizon est assez absorbant vous la verrez peut-être même au lever ou au coucher du Soleil sans filtre. Mais attention, c’est une observation à tenter uniquement si la lumière solaire est considérablement atténuée et que l’éclat de notre étoile ne vous éblouit pas !

tache_soleil2

Notez que depuis le 13 avril cette tache a une jolie forme de cœur qui va sans doute se modifier progressivement.

tache_soleil3

Rappelons que les taches solaires (numérotées dans l’ordre d’apparition par la NOAA, National Oceanic and Atmospheric Administration, AR signifiant Active Region) sont des anomalies magnétiques moins chaudes que le reste de la surface du Soleil, ce qui les rend plus sombres. Ces taches sont à l’origine d’éjection de matière solaire dans l’espace qui se traduit sur Terre par de très belles aurores boréales.

tache_soleil

Vous pouvez suivre sans danger l’évolution de la tache AR 2529 sur la page des satellites solaires SOHO (SOlar and Heliospheric Observatory) ou SDO (Solar Dynamics Observatory).

tache