Polymèle : mission d’observation exceptionnelle au Sénégal

Une coopération internationale a permis d’observer avec succès une occultation d’étoile par Polymèle. Cet astéroïde doit être survolé par une sonde en 2027.  

Des Troyens pour Lucy :

En octobre 2021, la NASA a prévu de lancer Lucy. Cette sonde doit survoler pas moins de six astéroïdes entre 2027 et 2033. Si Donaldjohanson est un membre de la ceinture principale, les cinq autres sont des astéroïdes troyens. Ces derniers se situent aux points de Lagrange L4 et L5 de Jupiter.

Trajectoire de la sonde américaine Lucy. © Southwest Research Institute

Lucy ira successivement à la rencontre de 3548-Eurybate (dont on a découvert une lune en janvier 2020), 15094-Polymèle, 11351-Leucos, 21900-Oros et 617-Patrocle-Ménétios (un autre astéroïde double).

Des occultations très utiles :

Une manière élégante d’en savoir un peu plus sur un astéroïde avant d’aller lui rendre visite consiste à observer son passage devant une étoile. En mesurant la durée d’occultation de l’étoile depuis différents endroits on peut déterminer la forme et l’albédo (l’éclat) de l’astéroïde (lire également Pour New Horizons, les astronomes traquent 2014 MU69). Ce fut le cas pour Polymèle dans la nuit du 23 au 24 septembre. Un phénomène qui n’était observable que depuis les environs de la ville sénégalaise  de Kaolack.

En 2017 des astronomes avaient observé des occultations d’étoiles par 2014 MU69, un petit corps rocheux qu’a survolé deux ans plus tard la sonde New Horizons. © J. Jewell
Une première au Sénégal :

L’Afrique de l’Ouest semble portée par un vent de développement astronomique. Après le Burkina Faso et son astrophysicienne Marie Korsaga, c’est le Sénégal qui a levé les yeux vers le ciel.  L’observation de cette occultation était parrainée par la NASA qui a envoyé 1,5 tonne de matériel dont 19 télescopes. La mission a été financée en grande partie par l’IRD et le CNRS. Une équipe franco belge de six chercheurs s’est rendue sur place pour travailler avec une trentaine d’astronomes sénégalais. Trois jours de préparation et de répétition avant la nuit de l’occultation, du 23 au 24 septembre.

Jusqu’à la dernière minute des pluies diluviennes ont laissé craindre le pire. Finalement l’un des trois sites sur lesquels se sont répartis les observateurs a bénéficié d’une météo clémente. Le groupe a pu enregistrer en vidéo l’extinction de l’étoile pendant un peu plus d’une seconde par Polymèle, distant de plus de 700 millions de kilomètres.

Exemple de simulation de l’occultation d’une étoile par un petit astéroïde. La courbe de lumière et ses oscillations sont données en rouge. Crédit : Observatoire de Paris, Lesia
Bilan très positif :

Comme le souligne le Coordonnateur de la Mission Maram Kaïré, président de l’ASPA (Association Sénégalaise pour la Promotion de l’Astronomie) et auteur des clichés ci-dessous, “cette mission a été une très belle collaboration entre les scientifiques sénégalais et le membres de l’équipe franco-belge. Les riches échanges lors des journées de préparation ont permis de tisser des liens durables entre les scientifiques qui ne peuvent qu’être bénéfiques au développement de la coopération entre les différents pays.”

  • Composition de l’équipe sénégalaise : Maram Kaïré, Lat Tabara Sow, Baidy Demba Diop, Omar Diou, Dembo Diakhite, Diène Ndiaye, Labaly Toure, Mactar Faye, Diogoye Diouf, Gualbert Seraphin Dorego, Abdoulaye Ba, Modou Jamal Mbaye, Mansour Sylla, Thierno Diop, Riad Kawar, Mamadou Balde, Abdoulaye Sow, Cheikh Ab Niang, Alarba Kande, Thierno Ba Thier, Marame Ngom, Mohamadou Ndiaye, Ilam Mee Loubane, Aissata Thiam, Samba Guorgui Mane, Omar Marigo, Makhoudia Fall, Mor Cisse.
  • Composition de l’équipe franco-belge : David Baratoux, Francois Colas, Sylvain Bouley, Katrien Kolenberg, Mamadou N’Diaye, Eric Lagadec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *