Oméga du Centaure n’est sans doute pas un amas globulaire

On le considère depuis sa découverte comme le plus grand amas globulaire de la Voie lactée. Mais Oméga du Centaure en est-il vraiment un ?

Une pelote de 10 millions d’étoiles :

Il y a dans la constellation australe du Centaure un objet céleste qui ne laisse personne indifférent. Âgé d’environ 12 milliards d’années, NGC 5139 se situe à 15.000 années-lumière de nous. Son nom, Omega Centauri, fait penser à celui d’une étoile. C’est en effet ce que crut Edmond Halley quand il l’observa en 1677. Quelques décennies plus tard John Herschel corrigea cette erreur. À première vue il s’agit d’un amas globulaire constitué de 10 millions d’étoiles. Elles tiennent dans un volume apparent équivalent à celui de la Pleine Lune.

Depuis quelques années ce statut d’amas globulaire est remis en cause. Plusieurs indices laissent penser qu’Oméga du Centaure est en réalité le noyau d’une ancienne galaxie.

Amas ouverts ou amas globulaires :

Les astronomes distinguent deux grandes familles d’amas d’étoiles : les amas ouverts et les amas globulaires. Les premiers regroupent quelques centaines de jeunes étoiles. Ils se situent au maximum à quelques milliers d’années-lumière, à l’intérieur de la Voie lactée. Au fil du temps ces amas se désagrègent. Les plus beaux exemples sont les Hyades et les Pléiades.

Les Hyades et les Pléiades derrière le moulin de Verzenay. © Jean-Baptiste Feldmann

Les amas globulaires gravitent beaucoup plus loin, dans le halo de notre Galaxie (autour de laquelle on en dénombre 200). C’est par leur étude que l’astrophysicien américain Harlow Shapley est arrivé à situer le Soleil au sein de la Galaxie en 1918. Ces amas abritent des dizaines de milliers ou des millions d’étoiles. Étroitement liés par la gravité, ils sont toujours homogènes au bout de plusieurs milliards d’années.

Oméga du Centaure est-il vraiment un amas globulaire ? © Michael Miller/Jimmy Walker
Des indices en faveur d’une galaxie naine :

Si son aspect visuel rappelle celui des amas globulaires, Oméga du Centaure présente quelques singularités :

  • D’une part il contient plusieurs populations d’étoiles. Leur formation étalée dans le temps et leur diversité contredit le scénario qui prévoit que les étoiles d’un amas globulaire ont le même âge et la même composition
  • D’autre part on a identifié un courant d’étoiles originaires de l’amas, courant qui est attiré par notre Voie lactée. Il pourrait s’agir des restes d’une galaxie naine voisine dont il ne subsisterait que le cœur, Omega Centauri
  • Il existe un dernier indice en faveur de l’hypothèse d’une galaxie naine. Les astronomes ont mesuré les déplacements de 100.000 étoiles de l’amas. Leurs mouvements trop rapides ne peuvent s’expliquer que par la présence d’un trou noir. Un objet céleste exotique comme on en trouve au cœur des galaxies, pas des amas globulaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *