Pourquoi utiliser un pointeur laser en astronomie ?

Son faisceau vert dirigé vers le ciel accompagne désormais les soirées astronomiques. Zoom sur le pointeur laser, un outil pédagogique mais dangereux.

Si vous avez déjà participé à une veillée en compagnie d’astronomes amateurs (par exemple à l’occasion des traditionnelles Nuits des étoiles), vous avez sans doute vu un animateur utiliser un pointeur laser vert (c’est la couleur qui a le meilleur indice de persistance rétinienne) pour accompagner ses explications. Avec ce petit faisceau parfaitement visible la nuit, il est en effet désormais très facile de montrer aux novices un astre en particulier ou de simuler la forme d’une constellation ; un outil pédagogique très apprécié par tous ceux qui sensibilisent le public aux beautés du ciel nocturne.

Le pointeur laser est un merveilleux outil pédagogique pour indiquer une zone du ciel nocturne mais son usage nécessite quelques précautions. © Jean-Baptiste Feldmann

Pour autant le pointeur laser ne doit pas être laissé entre toutes les mains en raison de sa dangerosité ; petit rappel concernant la réglementation actuelle et les règles de prudence qu’impose son utilisation. 

Rappelons d’abord le principe d’un laser : acronyme de l’anglais Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation, le laser est un dispositif qui permet aux photons de se propager en phase et non arbitrairement comme c’est le cas dans une source lumineuse classique. On obtient alors un faisceau lumineux étroit extrêmement directionnel.

La réglementation française classe les lasers en cinq catégories :

  • ceux (sans danger) que l’on trouve dans les imprimantes ou les lecteurs CD constituent la classe 1
  • ceux d’une puissance inférieure ou égale à 1 mW dont la longueur d’onde varie de 400 à 700 nm sont regroupés dans la classe 2
  • ceux dont la puissance est comprise entre 1 et 5 mW forment la classe 3A
  • ceux dont la puissance est comprise entre 5 et 500 mW forment la classe 3B
  • tous ceux qui sont plus puissants constituent la classe 4

En raison de la puissance de leur faisceau, les lasers de classe 3B sont les mieux adaptés pour montrer les beautés du ciel nocturne ; selon le décret n° 2012-1303 du 26 novembre 2012 leur emploi est autorisé uniquement dans le cadre d’une démarche scientifique destinée à améliorer les connaissances, ce qui est le cas des animations en astronomie.

Tout animateur équipé d’un tel instrument est le seul habilité à l’utiliser ; il ne doit bien entendu jamais diriger le faisceau de son pointeur en direction d’une personne, d’un animal, d’un avion… ni le laisser en libre accès ; en le tenant avec le bras tendu vers le ciel, il sera certain que personne ne viendra se mettre en danger en coupant le rayon lumineux. Ces quelques règles élémentaires de prudence respectées, il pourra continuer à partager sa passion !

2 réflexions sur “ Pourquoi utiliser un pointeur laser en astronomie ? ”

    1. Bonjour, oui, en général ce sont des pointeurs d’animation qui ont été fixés en parallèle sur un tube optique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *