Du mont Elbrouz jaillissent les étoiles de la Voie lactée

Plus haut sommet d’Europe, le mont Elbrouz, dans le Caucase, est un ancien volcan qui semble cracher la Voie lactée devant l’objectif de Boris Dmitriev. 

5642 mètres : c’est l’altitude du mont Elbrouz, le point culminant d’une chaîne de montagnes située dans le nord du Caucase, en Russie. Autant dire que son sommet reste difficile d’accès en raison des conditions climatiques, ce qui explique qu’il ne fut vaincu qu’en 1874.

Si ce volcan est aujourd’hui endormi, cela n’a pas toujours été le cas. Selon la mythologie grecque c’est au sommet du mont Elbrouz que le titan Prométhée aurait été attaché par Zeus après avoir désobéi au roi des dieux en offrant le feu aux hommes.

En vidéo : 3 éruptions volcaniques majeures ayant marqué l’histoire

Le sommet du mont Elbrouz a la particularité de posséder deux pics symétriques, lui donnant de loin la forme caractéristique d’un cratère volcanique. Le véritable cratère, qui se trouve en réalité en haut du pic oriental, est comblé par la neige et la glace.

elbrus

L’image ci-dessus a été réalisée par le photographe Boris Dmitriev. Il s’est installé de telle sorte que la Voie lactée semble sortir de la gueule du volcan en une gigantesque éruption. Dans cette région désertique, sans aucune pollution lumineuse, le ciel étoilé montre toute sa beauté.

6 réflexions sur “ Du mont Elbrouz jaillissent les étoiles de la Voie lactée ”

  1. je suis toujours émerveillé de la patience des astrophotographes,
    je n’ose imaginer le temps passé , le nombre d’images et l’assemblage…! épatant…!

  2. Nul autre volcan n’eu un plus grand rôle pour l’humanité (si ce n’est peut-être le mont Toba d’Indonésie ayant failli causé son extinction).
    .
    Portant dans l’antiquité le nom d’Atlas (Allah en arabe)
    signifiant en akkadien “Le plus haut”, il soutenait, selon les mythes attachés, la voûte céleste sur ses épaules, entre lesquelles étaient enchaîné son frère Prométhée Phosphoros “Le prévoyant porteur de lumière”, au foie quotidiennement dévoré par le Phoenix (oiseau rouge), pour avoir osé dérober le “Feu de la connaissance” aux dieux dans le but de délivrer l’humanité asservie par les chaînes de l’obscurantisme, jusqu’à ce que Gilgamesh / Herakles le délivre enfin.
    .
    A ses pieds fertiles s’étendaient la cité d’Atrahasis (signifiant “Plus haut des sages” déformée en “Atlantis” par les grecs) et dirigée par Poséidon, dieux des séismes, des sources, des tempêtes et des chevaux.
    .
    “Atlantide” signifiant la descendance d’Atlas (et d’Hespéris, “déesse du couchant” dont les merveilleux “vergers clos” (pairidaēza), plus connus sous le nom de “Jardin des Hespérides”, côtoyaient les fameux “Champs Elysées” où les héros drainés de tout les coins du monde connu, reposaient dans la “terre noire” (Tcherno-Zemlia / Tchernoziom) en échange d’une pièce d’or placé dans leur bouche pour payer leur voyage à bord des navires amenant le blé des terres situées au delà des colonnes des “Symplégades” (falaise qui s’entrechoquent) et les pâturages de Yalta où coulaient des rivières de lait et de miel, s’étendaient de la mer d’Azov à la cité de Symbolon, actuelle base de sous-marin de Balaklava) où se trouvaient les fleuves sous-terrains Styx (Rejeté) et Lếthê (fleuve de l’oubli) débouchant par la “porte des enfers” et leurs neufs cercles, au sein du désert des Tatars, sur les rives du marécage situé autrefois dans le bassin de l’actuel “Mer Noire” avant que l’effondrement de l’Isthme du Bosphore Thrace (Passage des troupeaux) se trouvant à l’emplacement de l’actuelle Byzance / Constantinople / Istanbul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *