Pour mesurer la qualité du ciel, comptez les étoiles dans Pégase

Le Carré de Pégase est un astérisme facilement reconnaissable en début de nuit hivernale. Utilisez-le pour mesurer la qualité de votre ciel.

Un grand Carré dans le ciel hivernal :

Pégase est la septième constellation du ciel par la taille. Elle est assez facile à identifier grâce à la forme caractéristique du grand Carré. Les étoiles qui délimitent ce quadrilatère sont Markab (α Pegasi), Schéat (β Pegasi) et Algénib (γ Pegasi). Le quatrième jalon appartient à la constellation voisine d’Andromède. Il s’agit de Alpheratz ou Sirrah (α Andromedae).  Le reste de la constellation s’étend un peu au-delà d’Enif.

Comment retrouver le grand Carré de Pégase dans le ciel d’hiver. © Stelvision

En ce mois de janvier Pégase est une constellation haut placée en début de nuit qui bascule vers l’ouest. Vous le constaterez en consultant la carte du ciel de Stelvision. S’il n’y a pas d’objet céleste spectaculaire à y observer (à part la galaxie d’Andromède voisine), le Carré vous offre l’opportunité de mesurer la qualité de votre ciel.

Estimons la magnitude limite :

Nous sommes tous plus ou moins confrontés au problème de la pollution lumineuse. Et malgré quelques timides avancées, l’avenir est assez préoccupant (voyez par exemple les perturbations provoquées par la constellation de satellites Starlink). Comment mesurer la qualité de notre ciel ? On peut utiliser un petit boîtier équipé d’un capteur photosensible permettant de mesurer la noirceur du ciel nocturne. Ce dispositif est appelé SQM pour Sky Quality Meter. Une autre technique gratuite plus ancienne consiste à compter le nombre d’étoiles visibles dans un coin du ciel. C’est la méthode employée depuis des décennies par les observateurs de météores regroupés au sein de l’IMO. Elle permet d’estimer la Magnitude Visuelle Limite à l’Œil Nu ou MVLON (prononcez mavlone).

Estimer la magnitude limite permet de comparer la qualité du ciel entre différents sites. Une donnée primordiale pour espérer faire de bonnes photos. © Jean-Baptiste Feldmann
Comment procéder :

Le Carré de Pégase est idéal pour faire ce test, surtout à cette époque de l’année où il haut dans le ciel. La procédure est très simple. Installez-vous confortablement sur votre site d’observation et laissez vos yeux s’accoutumer au moins quinze minutes à l’obscurité. Il vous suffit alors de dénombrer toutes les étoiles visibles à l’intérieur du quadrilatère sans compter les quatre astres qui en marquent les angles. Voici la magnitude limite atteinte selon le nombre d’étoiles observées :

  • 2 étoiles / mag. 4,6                                           4 étoiles / mag. 5
  • 5 étoiles /mag. 5,2                                            6 étoiles / mag 5,4
  • 7 étoiles / mag. 5,5                                           8 étoiles / mag. 5,7
  • 12 étoiles / mag. 5,9                                       17 étoiles / mag. 6,2
  • 19 étoiles / mag. 6,3

On considère que dans un site de campagne exempt de pollution lumineuse, un observateur doté d’une bonne vue peut observer au moins huit étoiles. Par une très belle nuit sans Lune dans une Réserve de ciel étoilé on peut dénombrer plus de quinze étoiles.

À savoir :

Dans la mythologie grecque Pégase est un cheval blanc ailé qui naquit du sang de la gorgone Méduse quand celle-ci fut décapitée par le vaillant Persée. Si le grand Carré ne présente pas d’astre particulièrement spectaculaire, on peut quand même s’y attarder pour repérer juste en bordure 51 Pegasi, l’étoile autour de laquelle on a découvert la première planète extrasolaire en 1995.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *