Les météorites, pierres sacrées à l’époque de Toutânkhamon

Le célèbre Toutânkhamon possédait un poignard dont le fer était d’origine extraterrestre. Les anciens Égyptiens vénéraient déjà les météorites.

Un magnifique  poignard :

L’histoire commence en 1925, trois ans après la découverte de la tombe de Toutânkhamon par Howard Carter. Sous les bandelettes de la célèbre momie, contre la cuisse, Carter trouve un poignard long de 34 centimètres. C’est une arme superbe dont le pommeau est en cristal de roche. Le manche en or est décoré de différents motifs dont la fleur de lotus, symbole de protection et de renaissance. L’arme est glissée dans un étui lui aussi en or décoré avec une tête de chacal et des motifs de plumes et de lys.

Le poignard d’origine météoritique de Toutânkhamon. © Egyptian Museum/ D. Comelli

Mais c’est la lame qui intrigue les chercheurs : comment fait-elle pour ne pas être rouillée, 34 siècles après sa réalisation ? Ce n’est possible que si le fer choisi est exempt d’oxygène.

Du fer extraterrestre :

Sur Terre le minerai de fer est très rarement métallique : on le trouve principalement sous forme d’oxyde dans les roches terrestres. Il faut le chauffer à très haute température pour séparer l’oxygène du fer. La technique commence à être maîtrisée par les Égyptiens… 600 ans après la mort du pharaon !

Il aura fallu attendre 2015 pour avoir la réponse à cette passionnante question. Les autorités égyptiennes ont toujours refusé que ce trésor quitte le Musée du Caire où il est conservé. Mais une nouvelle technique non invasive et transportable a fait son apparition, la spectrométrie de fluorescence des rayons X. Daniela Comelli (Université polytechnique de Milan) et ses collaborateurs publient leur étude dans la revue Journal of Meteoritics and Planetary Science. Verdict de l’examen : la composition de la lame du poignard de Toutânkhamon est typique du fer d’origine météoritique avec deux fois plus de nickel que dans un minerai terrestre, ainsi que de faibles quantités de cobalt, de phosphore, de carbone et de soufre.

Une célèbre météorite ferreuse, celle de Tamentit. C’est un caillou extraterrestre de 510 kg d’une valeur inestimable visible au parc Vulcania en Auvergne. © Jean-Baptiste Feldmann
Le fer du ciel :

Vient alors une autre question : les prêtres de l’Egypte antique connaissaient-ils l’origine de ce métal si particulier ? La réponse se trouve peut-être dans des hiéroglyphes du 13ème siècle avant notre ère. Il existe en effet un terme égyptien qui fait référence au fer météoritique, le « fer du ciel ». Les anciens Égyptiens ont-ils ramassé les morceaux d’une météorite qu’ils auraient vu tomber pour attribuer à ce fer une origine céleste ? Ce n’est pas impossible : en 2000 on a retrouvé à Marsa Matruh, non loin de l’ancienne Alexandrie, la météorite de Kharga dont la composition est comparable à celle de la lame du poignard de Toutankhamon. Il y a trente-quatre siècles les Égyptiens vénéraient déjà les météorites…

Une réflexion sur “ Les météorites, pierres sacrées à l’époque de Toutânkhamon ”

  1. Difficile de s’y retrouver : Les égyptiens des pharaons ne , connaissaient que le cuivre (c’est ce qu’ il y a dans les ouvrages) .
    Avec ce poignard ils savaient utiliser du fer (terrestre ou non) et « l’usiner » . Cela ne remet il pas en cause les outils utilisés pour la construction des pyramides ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *