Trois heures de poses pour voir tourner le ciel nocturne

Le ciel nocturne est en mouvement si on le photographie longuement. Apparence que tout cela puisque c’est la Terre qui tourne.

Et pourtant elle tourne :

Si vous observez les constellations qui jalonnent le ciel nocturne, vous constaterez sans difficulté qu’elles effectuent un mouvement apparent d’EST en OUEST durant la nuit. Le phénomène concerne également le Soleil, la Lune et les planètes. C’est bien entendu le mouvement de rotation de la Terre sur elle-même qui est responsable de ce déplacement apparent. En se tournant vers le pôle nord céleste (matérialisé par l’étoile polaire) on constate que l’ensemble des étoiles semble pivoter autour de ce repère durant la nuit. Les constellations les plus proches de ce point sont visibles toute l’année à toute heure de la nuit. Elles sont dites circumpolaires.

Traces laissées par les étoiles au cours de 3 heures de poses photographiques en pointant l’appareil en direction du pôle nord céleste (en bas au centre). © Jean-Baptiste Feldmann

La photographie permet d’immortaliser ce mouvement apparent à condition d’accumuler un nombre conséquent de poses.

Recette pour une rotation d’étoiles :

On pourrait imaginer mettre son boîtier photo en pose B et réaliser une seule et unique très longue pose. Malheureusement la pollution lumineuse et le bruit électronique du capteur finiraient par faire monter la luminosité du fond du ciel, noyant ainsi la plupart des étoiles. Le plus simple est de réaliser une grande quantité de poses courtes (entre 30 et 60 secondes) et de les additionner avec un logiciel comme StarMax. Dans la pratique on est souvent limité par l’arrivée de nuages, la condensation sur l’optique ou encore la panne de batterie du boîtier.

Détails techniques :

Aucun de ces inconvénients ne s’est présenté dans la soirée du 17 décembre. Un air doux et sec soufflait sur la Bresse, maintenant un ciel dégagé et une atmosphère sans humidité. 250 poses de 45 secondes ont été réalisées à une sensibilité de 2000 iso. Le tout avec un boîtier Nikon D7100 et une focale de 27 millimètres. Notez la présence de l’étoile polaire en bas au centre de l’image recadrée. Comme cet astre ne se trouve pas exactement dans l’axe de rotation de la Terre, il trace un petit arc de cercle autour de ce point. Ce cliché pourrait s’intituler l’éventail cosmique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *