Volcans d’Afrique

Jeudi 26 mars dernier, j’étais invité par le Centre Universitaire du Temps Libre (CUTL) de Maintenon (28130), à donner une conférence à la Salle des fêtes de Saint-Piat, sur le thème des Volcans d’Afrique.

Les volcans d’Afrique sont nombreux et variés : sur le continent ou dans les îles tout autour, coulées, fontaines, lacs de lave ou panaches de cendres…

La « corne de l’Afrique »

Au niveau du « Triangle des Afars », entre l’Éthiopie et la République de Djibouti, trois structures géologiques majeures se rejoignent :

– la zone transformante du Jourdain, avec le lac de Tibériade, la mer Morte (dont le niveau se situe largement en-dessous de zéro : – 422 m), jusqu’au golfe d’Aqaba et le golfe de Suez (W), se prolonge par la mer Rouge ;

– la dorsale océanique de Carlsberg de l’océan Indien, pénètre dans golfe d’Aden jusque dans la région de Tadjoura ;

– le fossé du Rift est africain et ses grands lacs d’effondrement : lac Albert, lac Édouard… Le lac Tanganyika (altitude 775 m), de 677 km long, a une profondeur maximale de 1433 m ; son fond se situe donc sous le niveau de la mer ! Le lac Malawi (anciennement Nyassa) mesure 580 km de long, pour une profondeur maximale de 706 m.

En Éthiopie, nous retrouvons le lac de lave permanent du volcan Erta Ale, l’un des rares au monde. En 2004, il s’était recouvert d’une pellicule de roche durcie et nous avons pu y descendre, avec Nicolas Hulot et l’équipe de Ushuaïa-Nature pour des prélèvements de la lave sous-jacente.

Non loin, se situe l’étrange site hydrothermale de Dallol, avec ses eaux acides multicolores. Comme le précisait Nicolas : « On se croirait sur la planète Mars ! ».

Un autre lac de lave occupe le cratère du Nyiragongo, en République démocratique du Congo.

Bardintzeff.DJ.10.13.signe

Le lac de lave de l’Erta Ale en janvier 2003 (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

L’explosion de la montagne Pelée

La montagne Pelée (1397 m), située en Martinique aux Antilles, est un volcan tristement célèbre pour sa terrible éruption du 8 mai 1902. Une formidable nuée ardente (nuage brûlant de gaz, cendres, ponces) d’une température de 500 degrés, progressant à 500 km/h, détruisit la ville de Saint-Pierre et ses environs, faisant 28 000 victimes. Ce type de dynamisme éruptif explosif, constituant une référence, est maintenant qualifié de « péléen ».

Continuer la lecture

Conférence à Anse

Invité à prononcer une conférence, lors de l’Assemblée Générale de l’Espace Pierres Folles, au Domaine des Communes à Anse (69480) le 23 janvier 2015.

Le thème retenu : « Volcan utile, volcan nuisible ». Mais, rattrapé par l’actualité, il a bien sûr été aussi question des éruptions alors en cours à Holuhraun en Islande et au Fogo au Cap-Vert.

Continuer la lecture

Image de volcan : Tungurahua, Équateur

Le Tungurahua est un volcan majestueux de l’Équateur, qui culmine à 5 016 mètres. Il est en éruption quasi continue depuis 1999 et émet d’imposants panaches de cendres qui montent à plusieurs kilomètres de haut (jusqu’à l’altitude 13-14 km en 2007-2008). Il est aussi le siège de coulées boueuses (lahars).

Bardintzeff.EQU 5.19.signe

Le Tungurahua le 1er novembre 1999 (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

Image de volcan : Devils Tower, USA

Devils Tower, littéralement « la Tour du diable », est un étrange piton volcanique situé au nord-est de l’état du Wyoming aux USA.

Haute de 268 ou 386 m (selon le point de repère de base), elle culmine à 1558 m. C’est le premier « National Monument », créé aux États-Unis, en 1906.

Elle est constituée d’une roche volcanique appelée phonolite, débitée en prismes (orgues volcaniques) quasi parfaits. S’agit-il d’une ancienne cheminée volcanique ? Ou d’un ancien réservoir magmatique ? qui se serait solidifié en profondeur il y a 40 à 50 millions d’années, avant d’être dégagé par l’érosion.

Bardintzeff.USA2014.15903.signe

Devils Tower (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture