Renaissance de la Poésie Scientifique (3/5) : De Ponge à Queneau

Suite du billet précédent : Poésie et révolutions scientifiques

De Francis Ponge à Raymond Queneau

Venons-en à la seconde partie de mon exposé, traitant plus spécifiquement de la période 1950-2010.

En 1954, Francis Ponge (1899-1988) rédige un Texte sur l’électricité, une commande de la Compagnie d’électricité destinée à ses ingénieurs. Ponge se débarrasse en quelques lignes de son sujet imposé – glorifier la fée Électricité – pour livrer un véritable Manifeste d’une poésie scientifique moderne.

Restons dans la nuit quelques instants encore, mais reprenons ici conscience de nous-mêmes et de l’instant même, cet instant de l’éternité que nous vivons. Rassemblons avec nous, dans cette espèce de songe, les connaissances les plus récentes que nous possédions. Rappelons-nous tout ce que nous avons pu lire hier soir. Et que ce ne soit plus, en ce moment, qui songe, le connaisseur des anciennes civilisations, mais celui aussi bien qui connaît quelque chose d’Einstein et de Poincaré, de Planck et de Broglie, de Bohr et de Heisenberg.[5]

ponge Ponge-lyres

Selon le poète de nouvelles déesses nommées Année-Lumière, Onde ou Énergie sont nées de l’ingéniosité humaine. Génératrices de vertige, elles indiquent au poète de nouveaux champs d’exploration :

Nous voici donc revenus à un temps tout pareil à celui des Cyclopes, bien au-delà de la Grèce classique, bien au-delà de Thalès et d’Euclide, et presque au temps du Chaos. Les grandes déesses à nouveau sont assises, suscitées par l’homme sans doute, mais il ne les conçoit qu’avec terreur. Elles s’appellent Angström, Année-Lumière, Noyau, Fréquence, Onde, Énergie, Fonction-Psi, Incertitude. Elles aussi, comme les divinités sumériennes, stagnent dans une formidable inertie mais leur approche donne le vertige. Et sur leurs tabliers sont inscrites les formules, en écriture abstraite, en hautes maths.

Mais, avec l’humour qui le caractérise, Ponge suggère que cela ne sera pas si facile :

Aucun hymne, en langage commun, ne saurait s’élever jusqu’à elles. Il n’atteindrait pas leurs genoux. Et c’est aussi pourquoi nous ne saurions en entendre aucun (c’est un fait), ni non plus songer à en composer un qui vaille. Nos formes de penser, nos figures de rhétorique, en effet datent d’Euclide: ellipses, hyperboles, paraboles sont aussi des figures de cette géométrie. Que voulez-vous que nous fassions?[6]

 Et il délivre pour conclure le programme de la nouvelle poésie scientifique :

Ainsi formerons-nous un jour peut-être les nouvelles Figures, qui nous permettront de nous confier à la Parole pour parcourir l’Espace courbe, l’Espace non-euclidien.[7]

Nombre de poètes contemporains ont répondu à l’injonction de Ponge. L’un d’eux l’a même légèrement anticipée. Il s’agit de Raymond Queneau (1903-1976). Son cas est exemplaire pour illustrer comment la poésie scientifique a su s’adapter aux changements d’esthétique littéraire

Queneau a parrainé le groupe de recherches de l’Oulipo, fondé en 1960 par le mathématicien François Le Lionnais, et que son recueil Cent mille milliards de poèmes (1961) exploite toutes les combinaisons et permutations possibles de mots pour engendrer un nombre gigantesque de trajectoires poétiques. Ce texte est considéré à juste titre  comme un avatar de la poésie scientifique.

Queneau2 queneau-centmille

On connaît moins sa Petite Cosmogonie portative, publiée chez Gallimard en 1950. Histoire du monde depuis ses origines jusqu’à nos jours, ce long poème est fondé sur les nouvelles connaissances scientifiques acquises dans la première moitié du XXe siècle. C’est, à ma connaissance, le premier écrit poétique d’importance faisant référence à la théorie de l’atome primitif que l’abbé Georges Lemaître avait proposée en 1931, et dans laquelle, en se fondant sur les équations de la relativité d’Einstein, il décrivait scientifiquement la naissance de l’univers sous forme d’une gigantesque explosion primordiale, appelée aujourd’hui big-bang.

Petite_cosmogonie_Marchand_3_Titr

La Petite Cosmogonie portative est un bijou littéraire qui peut paraître obscur en première lecture, mais qui mérite d’être décrypté mot à mot. Queneau donne d’ailleurs lui-même quelques repères ; il décrit par exemple le contenu du Premier Chant : « Apparition de la terre – Son mugissement – Sa jeunesse – Extraction de la lune – Rappel des origines : la nébuleuse, l’atome primitif ».

L’éclatement de l’atome primitif donne naissance à la variété des choses

hyper leur quatre trucs éclatement burlesque
atome insuffisant atome gigantesque
rien à rien suffisant tout au tout romanesque
le monde était moins vieux que les supputations
et la terre moins grû que quelque pute à Sion
la terre était bien vierge et bien bouillonnaveuse
quelque constellation se penche un peu baveuse
sur des destins humains et des destins d’homards[8]

On peut s’amuser à voir dans ces vers l’intuition prémonitoire d’une hypothèse scientifique apparue seulement dans les années 1980, c’est-à-dire le découplage d’une superforce originelle en quatre interactions fondamentales (gravitation, électromagnétisme, interactions nucléaires forte et faible) qui gouvernent l’ensemble des processus physiques connus…

smbrk

Plus loin, en quelques vers ramassés, Queneau décrit la mécanique précise de notre système solaire :

Le système solaire et la ronde des planètes

père très modéré d’une tribu docile
ils cyclent consciencieux toupies acrobatiques
champions sélectionnés zigzaguant dans le ciel
leurs boucles pour un autre ont gueule d’astragale
car leur sport déconfit leur mouvement spirale
mais les malins ont vu l’astuce planétaire
et leurs paris sont bons ils reviennent à l’heure
à la minute à la seconde au siècle au jour[9]

Queneau donne ensuite une description des planètes en utilisant les mythes gréco-latins – censés être familiers de tous – comme intercesseurs entre le poète et le public. Il joue par exemple sur l’ambivalence entre Mercure, le dieu romain, et mercure, l’élément chimique ; il joue surtout sur le nom des planètes et les attributs du dieu qu’elles représentent :

Mercure et Vénus, Mars, les astéroïdes, Jupiter et Saturne, Uranus, Neptune, Pluton

le commerçant peut rêver la putain dormir
le colonel fumer du tabac caporal
des gamins divaguer en un jeu machinal
le fonctionnaire bâille et le vieillard somnole
ce féroce pédé se calme le zizi
le marin tout au loin lugubre se désole
de naviguer si près du bout de l’infini
car il ne connaît pas le mineur endurci
qui fonce aveuglément dans la fosse des nuits[10]

Queneau reproduit assez bien, dans le découpage de son poème, la chronologie cosmique telle que l’astrophysique moderne l’établit. Le big-bang est daté d’il y a 14 milliards d’années ; à cette époque, l’univers était si dense et si chaud qu’il était opaque. Trois cent mille ans plus tard il a émis sa première lumière, que l’on capte aujourd’hui dans les radiotélescopes. Un milliard d’années plus tard se sont formées les premières galaxies, dont, sans doute, la nôtre. Au sein de la Voie lactée, plusieurs générations d’étoiles se sont succédé. Le Soleil s’est condensé une dizaine de milliards d’années plus tard, soit, en reprenant le chronomètre à partir du présent, il y a 5 milliards d’années dans le passé. Assez rapidement les planètes se sont agglomérées, les datations les plus précises sur l’âge de la Terre indiquant 4,56 milliards d’années. La vie aquatique est apparue il y a 3,5 milliards d’années. L’émergence de la conscience sur Terre, que l’on associe à l’Homo Sapiens, est incroyablement récente : 200 000 ans. Queneau respecte bien ce calendrier puisque toute l’histoire de l’humanité n’émerge qu’au dernier chant, résumée par deux vers saisissants: « Le singe sans effort le singe devint l’homme/lequel un peu plus tard désagrégea l’atome. »

homme-singe-atome

Le poème de Queneau se rattache à l’un des thèmes les plus prégnants de la science, celui des origines. Les poètes de toutes les époques et de tous les pays l’ont traité, d’Ovide à Laforgue en passant par Du Bartas ou Richepin. Les nouveaux récits des origines fournis par la science moderne – qu’il s’agisse de l’origine de l’espace-temps, des étoiles, de la Terre, de la vie ou de l’homme, continuent à susciter l’imaginaire des poètes. Il est vrai que les grands télescopes nous montrent des parturitions de planètes dans des disques de poussières, des accouchements d’étoiles au sein de nuages d’hydrogène interstellaire, les briques premières de galaxies naissantes voici douze milliards d’années, jusqu’aux premiers grumeaux de matière et de lumière qui tachent le visage radieux du big-bang. C’est une belle leçon pour le poète, pour qui la naissance de l’astre est le symbole d’une naissance spirituelle.

Parmi les poètes des nouvelles cosmogonies, je citerai Pierre Emmanuel (1916-1984) et Maurice Couquiaud (né en 1930).

Pierre Emmanuel a fait des études de mathématiques et de philosophie. Inspiré par Teilhard de Chardin, il a publié en 1984 Le Grand Œuvre, qui place sa cosmogonie sous le signe de l’Alpha et de l’Oméga.

A

Lequel des deux est l’origine l’Abîme ou bien la lettre A
Lequel l’écho lequel l’espace ou l’un à l’autre leur écho
Deux gouffres ronds font une sphère étanche sans dehors ni bords
A l’emplit toute d’un éclat que nulle part n’émet de voix

Est-il le râle de l’haleine dure à naître du Vide en Soi
Ou bien le souffle d’agonie d’un Âge que le Vide aspire
Ou bien les deux qui n’en font qu’un mourant naissant au même instant
Entre les deux moitiés duquel surgit un monde puis s’efface

Les yeux fermés est-il Quelqu’un qui Se perçoive dans ce A
Ou qui commence de très loin à Se rêver comme parfois
Un dormeur s’entendant gémir croit qu’un Autre augural lui parle
Et tout son rêve se déploie pour rejoindre cet Autre-là

Que d’univers se sont déjà déployés entre ici et là
Dans chacune de ses parties chacun étant aux deux extrêmes
Car ce A du commencement n’est qu’à la fin d’un Oméga
A privatif étrangement qui engloutit parce qu’il fonde.[11]

ROUMANIEMaurice Couquiaud, ancien rédacteur en chef de la revue pluridisciplinaire Phréatique, se passionne depuis toujours pour les relations entre science et poésie, et s’est fait le chantre de ce qu’il appelle « l’étonnement poétique[12] » devant les grandes découvertes de la science. Grand lecteur des ouvrages de vulgarisation, il a publié de nombreux recueils de poèmes scientifiques, comme Un plaisir d’étincelles (1985), où il rêve notamment sur les trous noirs et les météorites. Dans Un profil de buée (1980), il développe l’idée de la Petite Cosmogonie portative de Queneau (bien que dans un style beaucoup plus classique) et retrace la longue marche de la conscience, depuis le big-bang jusqu’au possible « point oméga » qui n’est autre que l’hypothétique « big-crunch » des cosmologistes. Son recueil est dédié à Darwin, Victor Hugo, Renan et Teilhard de Chardin.

J’ai mentionné les météorites. J’en profite pour rappeler que les étoiles filantes, météores, aérolithes, comètes et autres étincelles nomades sont un autre thème fécond pour l’imaginaire des poètes : Isaac Habert, Fontenelle, Le Père Souciet, Victor Hugo leur ont jadis consacré des textes. Chez les modernes, outre Maurice Couquiaud, le thème a inspiré Pierre Reverdy, René Char, Saint-Exupéry dans son roman poétique Terre des Hommes, ou Roger Caillois caillois(1913-1978). Une mention particulière pour ce dernier. Poète, critique, auteur d’essais sur les rapports entre les sciences naturelles et la création artistique, amateur de littérature fantastique, Caillois a exploré les domaines de la pensée à la frontière de la science établie et des fausses sciences. Son recueil Minéraux, publié chez Gallimard en 1970, s’inscrit dans la tradition de Rémy Belleau, poète de la Pléiade étudié par Albert-Marie Schmidt, et auteur des Nouveaux Eschanges des Pierres Précieuses (1576).

Choisissez une météorite de belle taille, de préférence sans poche pierreuse (elles sont d’ailleurs les plus rares et fort recherchées des savants); sciez-la selon son plus grand diamètre, qui va de la taille d’une noisette à celle d’une table de salle à manger; la dimension d’une petite citrouille est la plus convenable, mais elle excède déjà le format normal des pièces offertes sur le marché; polissez la surface de la coupe et la repolissez; laissez tremper plusieurs jours dans l’acide picrique ou trinitrophénol dilué; la solution n’attaquera pas avec la même rapidité le nickel et le fer; retirez le fragment, lavez et nettoyez pour retirer les traces de la corrosion; polissez à nouveau; alors apparaît et brille d’éclats différents la géométrie propre à l’échantillon: des entrelacs de triangles, des polygones imbriqués, système complexe d’obliques et de parallèles, qui se répètent comme semis de papier peint: les figures dites de Widmanstatten; ou bien des taches irrégulières, plus larges et d’éclat variable, comme moellons grossièrement assemblés ou provinces plus ternes ou plus luisantes sur une carte de métal. L’un et l’autre styles procurent les seuls dessins que l’homme connaisse, qui ne soient pas terrestres.[13]

Widmanstätten_pattern

Références

[5] Francis Ponge, Texte sur l’électricité, La Nouvelle Revue Française n°31, 1er juillet 1955, Paris, 1955.

[6] Francis Ponge, op.cit.

[7] Francis Ponge, op.cit.

[8] Raymond Queneau, Petite Cosmogonie portative, Gallimard, Paris, 1950, vers 79-86

[9] Raymond Queneau, op. cit., vers 169-176

[10] Raymond Queneau, op. cit., vers 180-188

[11] Pierre Emmanuel, « A », Le Grand Œuvre, Le Seuil, Paris, 1984.

[12] Maurice Couquiaud, L’Étonnement poétique, L’Harmatttan, Paris, 1998.

[13] Roger Caillois, « Recette » (extrait), Minéraux, Gallimard, Paris, 1970.

  suite à venir : Apocalypses et voyages cosmiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *