Archives pour l'étiquette caldeira

L’éruption cataclysmale de l’Ilopango

Deux grandes caldeiras témoignent d’éruptions majeures au Salvador : la caldeira Coatepeque (voir mon blog du 12/1/2019) et la caldeira Ilopango plus impressionnante encore. Cette dernière, de 11 kilomètres de long pour 8 de large, est également occupée par un grand lac. Quatre éruptions explosives majeures se sont succédé pendant quelques dizaines de milliers d’années. Le dernier effondrement résulte d’une éruption cataclysmale datée du Ve siècle (an 450 ?). Son intensité à été évaluée à un VEI (Volcanic Explosivity Index) de 6 sur une échelle de 8 échelons, soit l’équivalent du Krakatoa, en Indonésie, en 1883. On retrouve d’ailleurs le niveau repère de l’éruption sous forme d’une couche de téphra clair dans l’ensemble du pays. Des citées mayas furent dévastées.

Jacques-Marie Bardintzetf, volcanologue, montre le niveau repère (environ 50 cm d’épaisseur) de retombées blanches de l’éruption de l’Ilopango, datée du Ve siècle, au Salvador. Nous sommes à Los Pinos, à 65 km à l’ouest du centre émissif ! (© J.M. Bardintzeff, merci à Sylvain Chermette).

Continuer la lecture

Laguna de Alegria

Le volcan Tecapa (1593 mètres) se situe dans l’est du Salvador et voisine avec le San Miguel et le Cochague. On ne lui connaît pas d’éruptions historiques avec certitude mais il semble pourtant jeune. Il s’est effondré jadis en une caldeira dans laquelle plusieurs cônes ont grandi. L’un d’eux renferme la « Laguna de Alegria », lac peu profond (25 mètres mais le niveau varie avec les saisons) d’un beau vert céladon, qui libère quelques fumerolles sur ses rives.

La Laguna de Alegria, vue d’avion, au Salvador (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

Boquerón et Boqueroncito

L’édifice du volcan San Salvador (1893 mètres d’altitude) présente une structure complexe, un peu en « poupées russes », témoin de plusieurs phases successives d’édification et d’effondrement. De l’édifice primitif, effondré en une caldeira de 6 kilomètres de diamètre, il ne reste que deux sommets (Picacho et Jabalí), situés de part et d’autre de l’ensemble. Au centre, trône l’imposant Boquerón. Et, surprise de découvrir dans son cratère large de 1,5 kilomètre et profond de 500 mètres, le petit Boqueroncito, cratère miniature lié à la dernière éruption de 1917 !

Boqueroncito, un bébé volcan (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

Caldeira Coatepeque, Salvador

La caldeira Coatepeque, au Salvador, mesure 10 kilomètres de long pour 6 de large. Un lac en occupe une grande partie. Elle résulte d’éruptions explosives rhyolitiques majeures datées de plusieurs dizaines de milliers d’années (50 000 – 70 000 ans ?). Des dômes post caldeira (moins de 10 000 ans) forment quelques petites îles.

Le lac (« lagune ») Coatepeque dans la caldeira du même non au Salvador (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

Izalco, Salvador

Le volcan Izalco est né en 1770 sur le flanc sud du Santa Ana (voir mon blog du 5/1/2019). Il revendique donc le titre de plus jeune volcan du Salvador. Son cône parfait, haut de 650 mètres, culmine à 1950 mètres. Quelques fumerolles sortent de son sommet occupé par un cratère de 250 mètres de diamètre en grande partie obstrué. Longtemps actif, il fut surnommé « le phare du Pacifique ». Sa dernière éruption date de 1966.

Le cône volcanique parfait de l’Izalco, le Cerro Verde ancien et boisé, et le lac de la caldeira Coatepeque en arrière-plan (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

Anna, Jacques-Marie et Ghazar

Un grand merci à Anna et Ghazar, qui nous ont accompagnés lors de notre périple en Arménie, organisé par « 80 Jours Voyages », du 14 au 27 juillet 2018 (Guide : Sylvain Chermette, Conseiller scientifique : Jacques-Marie Bardintzeff).

Au bord de la caldeira du volcan Aragats, en Arménie, à 3860 mètres d’altitude, de droite à gauche : Anna Khalafyan, guide arménienne francophone, spécialisée en histoire, Jacques-Marie Bardintzeff volcanologue français, Ghazar Galoyan, géologue arménien, National Academy of Sciences, Institute of Geological Sciences, Yerevan (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

40 ans de volcanologie à Orsay !

Le 1er octobre 1977, j’étais recruté comme Assistant-agrégé à l’Université Paris-Sud Orsay, au Laboratoire de pétrographie-volcanologie dirigé par le Pr. Robert Brousse.

Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue, à côté de son « patron » et « père géologique », Robert Brousse, pétrographe, en mai 1978, à La Bourboule, ville natale de ce dernier, devant le fameux « miroir de faille » en bordure de la caldeira du Mont-Dore (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

La caldeira de Toya, Japon

Le grand ensemble volcanique Toya s’est effondré il y a 110 000 ans en une caldeira de 10 km de diamètre, remplie en grande partie par le lac Toya aux eaux pervenche.

Le lac Toya et son île centrale Nakajima, à Hokkaido, Japon. À l’arrière-plan, à gauche, le cône parfait du mont Yotei surnommé le « Fuji du Nord » (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

La caldeira des Sept Cités

L’archipel des Açores, au milieu de l’océan Atlantique, est constitué de plusieurs îles, toutes d’origine volcanique. De nombreux volcans présentent une « caldeira », large cratère d’effondrement à fond plat. « Caldeira » est d’ailleurs un mot portugais signifiant « chaudron », précisément décrit aux Açores.

La caldeira de Sete Cidades (caldeira des Sept Cités, d’un diamètre de quatre kilomètres) dans l’île de São Miguel, aux Açores, vue depuis la « Vista do Rei » (la Vue du Roi). Elle est aujourd’hui occupée par deux lacs : le « lagoa Verde » (le lac Vert) au premier plan et le « lagoa Azul » (le lac Azur) derrière. Et aussi une bordure fournie d’hortensias bleus, typiques des terroirs volcaniques (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture