Archives pour l'étiquette tephra

Les tephra du Chaparrastique

Voici ce que j’écris dans mon livre « Volcanologie » (5e édition, Dunod, 2016), à propos des tephra :

D’autres fois, le magma, constitué d’un mélange de phases solide, liquide et/ou gazeuse, arrive violemment en surface lors d’une éruption explosive. Les matériaux (roches) pyroclastiques (appelés également pyroclastites c’est-à-dire « cassés par le feu » ou aussi tephra) projetés à grande vitesse, à des altitudes et des distances importantes, recouvrent de grandes surfaces. Le terme général de tephra englobe l’ensemble des produits d’origine volcanique à l’exception des laves, c’est-à-dire une grande variété de matériaux : cendres, bombes, blocs, ponces, etc.

Impressionnante accumulation de tephra sur les flancs du volcan Chaparrastique au Salvador (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

L’éruption cataclysmale de l’Ilopango

Deux grandes caldeiras témoignent d’éruptions majeures au Salvador : la caldeira Coatepeque (voir mon blog du 12/1/2019) et la caldeira Ilopango plus impressionnante encore. Cette dernière, de 11 kilomètres de long pour 8 de large, est également occupée par un grand lac. Quatre éruptions explosives majeures se sont succédé pendant quelques dizaines de milliers d’années. Le dernier effondrement résulte d’une éruption cataclysmale datée du Ve siècle (an 450 ?). Son intensité à été évaluée à un VEI (Volcanic Explosivity Index) de 6 sur une échelle de 8 échelons, soit l’équivalent du Krakatoa, en Indonésie, en 1883. On retrouve d’ailleurs le niveau repère de l’éruption sous forme d’une couche de téphra clair dans l’ensemble du pays. Des citées mayas furent dévastées.

Jacques-Marie Bardintzetf, volcanologue, montre le niveau repère (environ 50 cm d’épaisseur) de retombées blanches de l’éruption de l’Ilopango, datée du Ve siècle, au Salvador. Nous sommes à Los Pinos, à 65 km à l’ouest du centre émissif ! (© J.M. Bardintzeff, merci à Sylvain Chermette).

Continuer la lecture

Joya de Ceren, la Pompéi du Salvador

Non loin de la capitale San Salvador, le site archéologique Joya de Ceren, révèle des habitats (des fermes préhispaniques) recouverts de téphras (= roches pyroclastiques, les cendres par exemple) vers l’an 600, d’où le surnom de « Pompéi d’Amérique centrale ». Ce site a été classé à l’UNESCO en 1993.

Les fouilles archéologiques de Joya de Ceren au Salvador : on remarque les nombreuses couches de téphras (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

Troglodytes à Khndzoresk

À Khndzoresk, dans la partie sud de l’Arménie, non loin de Goris, des falaises entières, formant des cheminées de fées, ont été creusées en troglodytes. Les roches sont des tufs (cendres et blocs volcaniques soudés = tephra = roches pyroclastiques) datées de 2,5 à 2 millions d’années.

Habitats troglodytiques et cheminée de fée à Khndzoresk en Arménie (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

Les tephra

On appelle « tephra », l’ensemble des dépôts volcaniques à l’exception des laves. Ce terme signifie « cendre » en grec mais il est élargi aux lapilli, aux bombes… On l’écrit souvent sans accent et sans « s » car c’est déjà un pluriel.

Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue, repère un niveau de tephra (des retombées ponceuses) au Komagatake, Hokkaido, Japon (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture

Le Cerro Negro au Nicaragua

Comme son nom l’indique, le Cerro Negro (“Colline noire”) est constitué de l’accumulation de tephra volcaniques de tailles variées (bombes, lapillis, cendres).

Ce volcan, tout jeune, est né en… 1850 (du 13 avril au 27 mai) ! De nombreuses éruptions plus tard (la dernière les 5-7 août 1999), le cône basaltique mesure aujourd’hui environ 250 mètres de haut, soit une altitude de 728 mètres. Il a émis des coulées de lave.

bardintzeff-sam_9394-cerro_negro-sLe Cerro Negro au Nicaragua (© J.M. Bardintzeff).

Continuer la lecture