Télescope Gaia J+3 : impressions personnelles

Le lancement du télescope Gaia, qui s’est déroulé le 19 décembre depuis le Centre Spatial Guyanais de Kourou, a été une totale réussite. Je ne reviendrai pas dessus, l’événement ayant été amplement décrit et commenté dans la presse, voir par exemple les billets de Futura-Sciences ici et ici. Je me contenterai de livrer quelques impressions personnelles. Voir aussi mon post précédent sur le sujet.

Bien que n’étant aucunement impliqué dans le programme scientifique de Gaia, j’ai eu la chance d’être l’invité « VIP » de la direction d’Arianespace, et j’ai donc assisté pour la première fois à un lancement  de fusée (une Soyuz en l’occurrence ;  le télescope Gaia pesant à peine plus de 2 tonnes ne nécessitait pas une mise en orbite par une puissante Ariane 5).

Une centaine de passagers  dans l'avion spécialement affrété par Arianespace : personnel des agences spatiales, ingénieurs,  scientifiques, politiques, journalistes.
Une centaine de passagers dans l’avion spécialement affrété par Arianespace : personnel des agences spatiales, ingénieurs, scientifiques, politiques, journalistes.

Le programme n’était cependant pas de tout repos. Départ le 18 décembre matin de l’aéroport Charles de Gaulle à bord d’un Boeing spécialement affrété par Arianespace, en compagnie  d’une cinquantaine d’invités.

Après 10 heures de vol, nous arrivons au-dessus de la Guyane. Depuis le hublot, au lueurs du soleil couchant, les plus beaux paysages nuageux que j’aie jamais vu, voir ma galerie d’images formations nuageuses.

Arrivée à l’aéroport de Cayenne à 18 h heure locale (22h à Paris).

maquette grandeur nature au Centre Spatial de Kourou
Maquette grandeur nature d’Ariane5 à l’entrée du Centre Spatial Guyanais

Température agréable, autour de 28°C. Le Centre Spatial Guyanais (CSG) se trouve à Kourou, à une soixantaine de km de l’aéroport. Une petite heure de bus nous y amène.

Nous sommes  conviés en « salle Jupiter », pour une présentation générale.

Présentation en salle de contrôle Jupiter1

Nous sommes bardés de badges car tous les accès aux sites stratégiques sont minutieusement contrôlés.

Pattes blanches
Pattes blanches

Là, trois discours nous sont délivrés : l’un par le président du CNES, l’autre par le président d’Arianespace, le dernier par le scientifique principal de la mission, qui en expose les objectifs. Nous commençons à tomber de fatigue, de sommeil et de faim.  Un cocktail soulage cette dernière, et ce n’est qu’à 22h (2h du matin heure française) que nous rejoignons le bel hôtel des Roches, à une dizaine de kilomètres.

Tout le monde est fin prêt en salle de contrôle
Tout le monde est fin prêt en salle de contrôle

Le lendemain,  jour J, réveil à 2h50 du matin, arrivée en salle de contrôle Jupiter à 5h, le décompte commence, tous les feux sont au vert.

A 6h12mn00s, commande de lancement. Allumage à 6h12mn03s, décollage à 6h12mn19s. Sortie en terrasse pour assister aux premières minutes de l’envol. Grâce à une météo exceptionnelle (nous sommes en saison des pluies), le ciel est parfaitement dégagé, et nous pouvons suivre la trajectoire accompagnée de sa traînée blanche sur fond bleu, jusqu’à la séparation du premier étage.

Allumage du lanceur Soyuz
Allumage du lanceur Soyuz
Soyuz- Gaia
Séparation du premier étage

Après pareil succès, joie et fierté règnent dans les cœurs. On me demande de faire quelques commentaires radiophoniques lors de la retransmission de l’événement sur le web. Je fais ensuite quelques interviews pour le journal télévisé de Guyane et un magazine local.

Media-CSG La journée est loin d’être finie : nous enchaînons avec une visite des installations  de lancement : le bâtiment d’assemblage du prochain lanceur Ariane5, puis celui de l’ATV Georges Lemaître, qui sera lancé en direction de la Station Spatiale Internationale en juin 2014, sujet sur lequel je reviendrai dans un post futur.

La journée se termine par un dîner dans un restaurant typique, au bord du fleuve Kourou. Forêt magnifique, de petits singes sautent de branche en branche, tandis que nous, humains, commençons à sauter de lune en lune…  Nous avons en commun  99% de patrimoine génétique en commun…

J+1, lever à 7h, décollage du vol de retour à 10h, arrivée à Roissy à minuit trente. Fin de l’escapade. Trois jours intenses, épuisants mais inoubliables. Avec une forte  envie : y retourner!

Une réflexion sur “ Télescope Gaia J+3 : impressions personnelles ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *