Les gaz, précurseurs volcaniques

Lors d’une éruption, les gaz précèdent souvent les solides et constituent donc des “signes avant-coureurs”.  Leur analyse chimique est donc importante pour une bonne prévision.

Laurent Sacco fait une intéressante mise au point pour Futura Planète :

www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcanologie-volcan-saut-chimie-fumerolles-serait-bon-indicateur-eruption-65269/

bardintzef-ita-88-2-10-etna_cratere_central-s

Des gaz s’échappent du cratère central de l’Etna. Photo de… 1988 ! (© J.M. Bardintzeff).

Voici ce que j’écris dans mon livre « Volcanologie » (Dunod, 5e édition, 2016) :

Les variations de la température et de la composition chimique des gaz volcaniques s’avèrent être des indicateurs efficaces de l’activité d’un volcan. Par exemple, avant et pendant une éruption, les teneurs en CO et H2S augmentent. Les rapports CO/CO2, H2S/SO2 et H2/H2O augmentent dans le même sens, témoignant d’apports de fluides magmatiques profonds plus réduits que les fluides superficiels. He augmente aussi, ainsi que les rapports He/C et S/C. Une augmentation du rapport F/Cl (avec la température) et inversement une diminution du rapport B/NH4, indiquent une forte croissance de la pression de vapeur en profondeur, signe d’un risque d’éruption important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *