Hommage à Yves Bonnefoy, poète inquiet du cosmos

yves-bonnefoyAvant de se consacrer à la poésie, Yves Bonnefoy avait fait des études de mathématiques, d’histoire des sciences et de philosophie. J’aime souligner les relations privilégiées du mathématicien avec le poète. La question du langage y est déterminante, notamment la recherche d’une économie maximale au service de l’expression la plus forte. Il s’agit toujours de condenser une formulation, de trouver « l’équation », l’algorithme en quelque sorte. Gilbert Lély a défini la poésie de la façon suivante : « A chaque interrogation du monde extérieur, la réponse la plus rapide, la plus nettement articulée, la plus libre, la plus dévorante. » On ne saurait mieux définir la quête du mathématicien. En mathématiques comme en poésie, la forme et le fond sont indissociables. C’est par là sans doute que le poème se différencie de la prose. La vérité du poème se joue là, même si elle renferme, comme en mathématiques, sa part d’inconnu. Dans Entretiens sur la poésie 1972-1990 (Mercure de France), Yves Bonnefoy parlait de cet effort de limpidité qui l’animait lorsqu’il écrivait, et qu’il comparait à une équation qu’on réduirait à sa « forme canonique », laquelle contient toujours l’inconnu(e).

Une excellente introduction à la lecture de l’œuvre poétique d’Yves Bonnefoy est due à Jean-Michel Maulpois et se lit ici.

Pour ma part je me contenterai d’une brève remarque prises dans l’anthologie « Les poètes et l’univers » que j’ai publiée en 1996 et dans laquelle Yves Bonnefoy figurait en bonne place.

Dans le chapitre liminaire consacré au thème de la nuit, je notais que le premier lieu de rencontre entre l’astronome et le poète était la nuit. Unis dans ces heures mystérieuses où s’ouvrent simultanément les yeux d’or des étoiles et ceux de la rêverie intérieure, savants et poètes cherchent à déchiffrer, chacun à leur façon, le double univers du cosmos et des profondeurs de l’âme humaine.
Nombre de poètes ont chanté  la nuit sereine et consolatrice, à l’instar de  Sappho, Young ou Chénier. Chez d’autres comme Novalis et Rilke, le questionnement est moins serein, plus philosophique. Ce qui m’avait particulièrement frappé dans la poésie d’Yves Bonnefoy était son inquiétude face au silence de la nuit.  Le ciel ne nous dit rien. Aucune connivence entre sa giration et  l’agitation humaine.  La Terre est un vaisseau aveugle en marche dans l’espace, tandis que là-haut, les étoiles sont indifférentes:

Longtemps ce fut l’été. Une étoile immobile
Dominait les soleils tournants. L’été de nuit
Portait l’été de jour dans ses mains de lumière
Et nous nous parlions bas, en feuillage de nuit.

L’étoile indifférente ; et l’étrave ; et le clair
Chemin de l’une à l’autre en eaux et ciels tranquilles.
Tout ce qui est bougeait comme un vaisseau qui tourne
Et glisse, et ne sait plus son âme dans la nuit.

Extrait de L’été de nuit (dans Pierre Ecrite, Gallimard 1965)

I
Je sors,

Il y a des milliers de pierres dans le ciel,
J’entends
De toute part le bruit de la nuit en crue.
Est-il vrai, mes amis,
Qu’aucune étoile ne bouge?

Est-il vrai
Qu’aucune de ces barques pourtant chargées
D’on dirait plus que la simple matière
Et qui semblent tournées vers un même pôle
Ne frémisse soudain, ne se détache
De la masse des autres laissée obscure?

Est-il vrai
Qu’aucune de ces figures aux yeux clos
Qui sourient à la proue du monde dans la joie
Du corps qui vaque à rien que sa lumière
Ne s’éveille, n’écoute? N’entende au loin
Un cri qui soit d’amour, non de désir?

VII
Ô galaxies

Poudroyantes au loin
De la robe rouge.

Rêves,
Troupeau plus noir, plus serré sur soi que les pierres.

Je vais,
Je passe près des amandiers sur la terrasse.
Le fruit est mûr.
J’ouvre l’amande
Et son cœur étincelle.

Je vais.
Il y a cet éclair immense devant moi,
Le ciel,
L’agneau sanglant dans la paille.

Extrait de  Le Haut du Monde (dans Ce qui fut sans lumière)

Et pour finir, cette extrait d’une émission de 1966 consacrée à Rimbaud, où Bonnefoy relève le voyant des idolâtries incultes dont il est si souvent l’objet.

 

6 réflexions sur “ Hommage à Yves Bonnefoy, poète inquiet du cosmos ”

  1. « C’est évidemment la grande question. Craignons-nous une apocalypse ? Mais c’est bien pis qu’une crainte. Tous les signes sont là pour montrer que si on ne prend pas très rapidement les décisions qui s’imposent, et c’est peut-être déjà trop tard, la ruine du climat, la dégradation des sols, le surcroît des populations sur les ressources, en eau par exemple, et la prolifération anarchique des images irresponsables, qui décontenancent l’esprit, étouffent le surmoi, désorganisent l’action, vont faire qu’avant la fin de ce siècle l’humanité perdra son lieu sur terre et s’abîmera dans des guerres. Tout le contraire de l’espérance qu’il y a dans la poésie, cette perception de l’accord qui pourrait unir notre finitude à son lieu. Et donc cette question, oui, en effet, cette angoisse. Que faire ? Continuer de montrer le bien qu’il y aurait dans cet accord, dans ce simple. Continuer d’espérer, vaille que vaille. Continuer de penser que l’arbre et le chemin sont si beaux dans la lumière du soir que ce ne peut être pour rien, et que nous avons toujours la tâche de les montrer, dans leur évidence. »
    L’inquiétude ici, ressemble fort ici à une sagesse mystique et dans la finitude, l’ici et maintenant, Bonnefoy ne sort pas encore du pressentiment de l’infini : …  » la poésie constate, en ce même point, que cette plongée est solitude, la présence grandissante de l’Un efface, avec le langage, le souvenir des autres êtres. Et sa décision, c’est alors de se souvenir du langage ; de considérer que le réel, ce n’est pas l’abîme cosmique mais la terre humaine ; et de revenir vers la société pour partager avec les hommes et les femmes du temps présent, historique, cette mémoire de l’infini de la chose dont je disais tout à l’heure que le conceptuel le fait méconnaître. L’infini du pain et du vin, ce qui permet le partage. « .

  2. L’homme de cette Terre est l’espoir de Dieu. Ses poètes ne l’ont jamais déçu. Juste pour cela, Sa pleine Miséricorde ne nous est-elle point accordée? De par Sa sagesse, ne savait-Il pas que Sa Création Lui rendrait Sa Gloire. Lorsque le Verbe a donné l’intelligence à l’homme, Il l’a voulue semblable à la Sienne, lui soumettant même Ses Oeuvres. Aucun ange de Lumière n’a un droit sur cette Terre. Merci de nous rappeler, au travers la pensée d’un si grand esprit, ce qui nous rend digne d’un tel AMOUR!!!

    1. Madame, votre réflexion me semble exprimer en mystique chrétienne ce qui est aussi admirablement exprimé dans les Upanishads. Car qu’importe la pensée, pourvu qu’on ait la vision ? Et la vision est partie prenante de notre existence avec tout le reste. Il arrive qu’on voit beaucoup et que l’on se taise, ou qu’on ne voit rien et que l’on parle beaucoup, et tous les intermédiaires, et vous pouvez rajouter des gammes d’équations ou d’inéquation plus grande encore en pensant aux moyens d’expression qui ne sont pas la parole, en pensant aux accords de tous nos actes avec le reste du monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *