« La tour Eiffel a (toujours) froid aux pieds »

Le 27 janvier, je m’étais rendu en bord de Seine pour constater l’état des lieux (mon blog du 27/1). Une semaine et demi plus tard, le 7 février, j’y suis retourné.

Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue, au bord de la Seine, entre le pont de Bir-Hakeim (à l’arrière-plan) et le pont de Grenelle, mercredi 7 février 2018 à 16 h. La voie Georges Pompidou est toujours submergée ; la neige est tombée en abondance (© J.M. Bardintzeff).

Certains changements sont à remarquer :

*L’inondation perdure mais le niveau de la Seine en crue a baissé de 5,73 m (échelle d’Austerlitz) à 4,77 m (après être passé par un maximum de 5,86 m le 28 janvier).

*15 cm de neige fraîche sont tombés en quelques heures sur la capitale (un record depuis 30 ans !), perturbant gravement la circulation et les transports.

*J’ai rendu visite à mon coiffeur !

*La tour Eiffel a toujours froid aux pieds.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *