Lagune de Kara-Bogaz

Dans la partie nord du Turkménistan, se développe la lagune de Kara-Bogaz (Kara-Bogaz-Gol, ce qui signifie en turkmène le « lac de la gorge noire »), la plus grande du monde. Elle mesure environ 150 x 100 km, soit une surface de 18400 km2, pour une profondeur très faible, comprise généralement entre 4 et 7 m. Elle est caractérisée par sa salinité exceptionnelle (35 % = 350 ‰, soit 350 grammes par litre !), 10 fois supérieure à celle de l’eau de mer (3,5 %= 35 ‰). Le sel y est d’ailleurs exploité industriellement. Elle communique, sur une longueur de seulement 200 mètres, avec la mer Caspienne. Celle-ci est paradoxalement relativement peu salée (12 ‰) car alimentée en eau douce par la Volga.

Le volcanologue Jacques-Marie Bardintzeff, au bord de la lagune de Kara-Bogaz, Turkménistan (© J.M. Bardintzeff, merci à Sylvain Chermette).

Dépôts de sels au bord de la lagune de Kara-Bogaz, Turkménistan (© J.M. Bardintzeff).

En 1967, en classe de quatrième, notre professeur de sciences-naturelles, Henri Vaissière (voir mon livre « Volcanologue, Ed. L’Harmattan), nous en avait parlé à propos de l’étude du gypse de Champ-sur-Drac près de Grenoble (voir mon blog du 22/8/2017). Elle était située en URSS à l’époque. 51 ans plus tard, j’ai pu vérifier sur le terrain ! Et, bien sûr, j’ai proposé de porter un toast à ce Monsieur.

Accumulation de coquillages au bord de la lagune de Kara-Bogaz, Turkménistan (© J.M. Bardintzeff).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *