Qui suis-je ?

Né dans le midi de la France, j’ai passé une enfance contemplative, pratiquant la musique, les arts graphiques et l’écriture. Féru également de mathématiques et d’astronomie, j’ai choisi de suivre une filière scientifique tout en poursuivant mes activités artistiques et littéraires.

image003

Après des études universitaires à Marseille et Montpellier, j’ai passé ma thèse de doctorat en astrophysique à l’Université de Paris en 1977, puis mon doctorat d’état en 1985. Entré au C.N.R.S. en 1979, je suis depuis lors astrophysicien à l’Observatoire de Paris-Meudon. Aujourd’hui directeur de recherches au sein du Laboratoire Univers et Théories, mes travaux scientifiques sur les trous noirs et la cosmologie m’ont conféré une certaine renommée internationale. En 2003 j’ai notamment fait la une des revues scientifiques du monde entier pour ma théorie d’un univers fini et « chiffonné » à forme dodécaédrique. La petite planète n°5523, découverte au Mont Palomar en 1991, porte d’ailleurs mon nom en hommage à mes travaux.

A mes activités de scientifique et de conférencier j’ajoute celles d’un auteur tour à tour essayiste, romancier, poète et scénariste, dans une œuvre protéiforme où science, histoire, musique, art et philosophie sont liés. J’ai à ce jour publié une douzaine d’essais, six romans et sept recueils de poèmes, traduits en une douzaine de langues, ainsi que des CD, des DVD et de nombreux documentaires pour la télévision.

Très investi dans les relations entre science et art, j’ai maintes fois collaboré avec divers artistes pour la conception d’œuvres inspirées par les découvertes scientifiques, et j’ai moi-même présenté mes œuvres graphiques dans plusieurs expositions internationales.

Plus d’informations bio- et bibliographiques se trouvent sur mon site web http://luth.obspm.fr/~luminet/ et sur Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Luminet

87 réflexions sur “ Qui suis-je ? ”

  1. Je double ici le message que j’ ai déposé il y a quelques minutes sur votre page Facebook.
    Très heureux de vous avoir « découvert ».
    Votre blog, je crois donne la réponse à ma question. Je viendrai le consulter.
    ………………….

    Monsieur Luminet, bonjour.
    Un passage récent à Pleumeur Bodou, m’a conduit jusqu’à vous …à travers les étoiles.
    Je viens de dévorer votre remarquable ouvrage « Bonnes nouvelles des étoiles ».
    Je tiens à vous dire mon émerveillement et à vous dire toute mon admiration.
    J’aimerais bien être tenu au courant de vos conférences si vous en donnez. Mais où trouver les bonnes infos ?
    Claude Matillon. (astronome tout à fait débutant)
    Aix en Provence.
    claude.matillon@wanadoo.fr

    1. Bonjour. Merci pour votre intérêt, et désolé pour ma réponse tardive. Je donne en effet des conférences publiques, que j’annonce sur ma page Facebook.

      1. je viens de decouvrir votreblog je ne suis qun petit amateur d astrophysique et j aimerai trouver vos informations courament

      2. Bonjour: je suis assez d’accord avec vous sur le fait que la GQB est plus naturelle que la théorie des supercordes. Je suis amateur mais quand même la logique prévaut. Par contre, je suis un peu sceptique sur votre conclusion que l’Univers est issue de la contraction d’un univers antécédent au travers d’un ‘atome primlitif, insécable’, petit mais pas infiniment petit. Il demeure touours la question de l’origine…QUELLE EST L’ORIGINE DES UNIVERS ANTECEDANTS? Vous semblez éluder cette question. Un être vivant qui se pose des question….

        1. Il me semble difficile de répondre scientifiquement à la question de l’origine des univers précédents, pour au moins deux raisons :

          1) On ne peut émettre d’hypothèse que par rapport à des observations, mais on ne peut pas faire, en tout cas pour le moment, d’observations sur un hypothétique univers précédent.

          Au pire on pourrait imaginer que selon l’origine des univers précédents, une caractéristique observable dans notre univers en découlerait de telle sorte que cela constituerait une preuve indirecte, mais cela me semble difficile d’imaginer cela.

          2) Si même on indentifiait une cause à l’existence du/des univers, se poserait alors la question de l’origine de cette cause.

      3. Bonjour Monsieur Jean Pierre, j’ai trouvé une vidéo dans Youtube , le titre est constellation 1996 . Voici le lien: https://www.youtube.com/watch?v=h2i_iKfcBwU
        Je suis une étudiante en éducation et je souhaiterais obtenir votre autorisation pour utiliser les images des constellations qui se trouvent dans la vidéo de votre reportage, ceci, pour des fins d’un travail pédagogique concernant un travail (classe inversée) que je doit présenter à des élèves de 4e année du primaire. C’est dans le cadre de mon cours de TIC2. Les seuls outils que je peux utiliser doivent être libre de droit, ou obtenir l’autorisation du propriétaire.

        Je dois déposer mon travail au plus tard ce jeudi 5 octobre.

        Merci d’avance de votre réponse

  2. bonjour mr luminet,
    je me permets de vous envoyer de nouveau mes questions car à la suite d’1 problème technique celles ci n’ont pas du vous parvenir et vos réponses se sont surement égarées en raison de mon adresse mail incorrecte.
    voici mes 2 interrogations:

    1ere question:
    la mort de l’univers cela signifie t il bien la disparition totale de la matière, de l’espace et du temps?

    2eme question:
    selon certaines théories ( peu importe qu’elles soient encore hypothétiques ) les trous noirs (ou les trous de ver ) seraient des portes spatio temporelles débouchant sur d’autres univers. mais lorsqu’on parle de mort de l’univers (quelque soit le scénario :big rip,big freeze, big crunch ) cela signifie t il que ces univers parallèles disparaitraient avec notre univers ou bien survivraient ils alors que notre univers disparaitrait?

    je vous remercie de votre attention.
    je continue toujours à suivre vos interventions lumineuses sur le net et je débute la lecture de votre destin de l’univers qui me permettra , je l’espère, de satisfaire toute la curiosité d’un tout jeune passionné de cosmologie et d’astrophysque.
    cordialement
    brosset arnaud

    1. Merci pour votre intérêt, et excusez ma réponse tardive.
      1/ la « mort de l’univers » est à prendre au sens métaphorique, sauf dans le cas d’un « Big Crunch » où en effet matière, espace et temps disparaîtraient dans une singularité. Mais le modèle du Big Crunch est aujourd’hui éliminé.
      2/ Dans l’hypothèse du multivers, les « autres » univers obéiraient à des lois complètement différentes du nôtre, et ne seraient donc en aucun cas influencés par la « mort » du nôtre…

  3. Bonjour Monsieur Luminet,
    Je suis un simple élève de première scientifique, mais je suis surtout un passionné de physique et d’astronomie.
    Je me pose souvent une question ou expérience imaginaire et j’aimerais vous en faire part si cela vous intéresse. J’imagine parfois que je suis dans l’univers, puis d’un seul coups le temps disparaitrai et de manière très rapide l’espace à son tour. Que devient la matière ? Est telle indépendante de l’espace-temps ? Peut telle subsister sans lui et surtout l’information qu’elle contient ? En espérant avoir une réponse de votre part. Cordialement

    1. Seln les conceptions modernes (relativité générale, mécanique quantique), la matière ne peut exister sans l’epace-temps. C’est l’une des raisons pour lesquelles on appelle parfois l’univers un « espace-temps-matière ».

  4. Bonjour monsieur Luminet, tout d’abord je souhaite vous dire que j’ai été très heureux d’avoir une réponse de votre part et je vous en remercie. Vous savez hier je regardais une conférence d’Etienne Klein, il parlait du temps et il m’a laissé sur ma faim car il a parlé du temps en relativité, sa conception mais n’a dit qu’une phrase sur le temps quantique et j’aimerais savoir comment est représenté le temps de manière quantique ? Quelle est la différence entre le temps décrit par la relativité et celui de la mécanique quantique ?
    Enfin, j’ai regardé une de vos conférences à vous, et je me suis intéressé à vos travaux sur la géométrie de l’univers qui serait chiffonné, je trouve ça fantastique. J’ai jubilé quand vous avez dit que les vibrations à l’intérieur d’un espace dodécaedrique de Poincaré correspondent aux vibrations de l’univers ! Mais si l’univers est un espace chiffonné cela veut dire que l’espace-temps aussi non ? Donc la géométrie bien plane décrit par la relativité général ne serait pas totalement correct ? Et si il y a des connections géométriques (par exemples les faces) nous pourrions nous déplacer entre deux points de l’univers plus rapide car ils sont reliés par une symétrie ? Si l’espace est chiffonné le temps l’est aussi ( où du moins cela aurait un impact sur le temps) ?
    Je vous remercie encore avec la plus grande admiration que j’ai pour vous. Cordialement
    P.S : J’ai trouvé la démonstration de la relativité avec un bas résille originale et ça ma fait sourire aussi.

    1. Merci pour votre commentaire. Pour des raisons un peu techniques qui n’auraient pas place dans mon blog, la coordonnée temporelle de l’espace-temps ne peut pas être « chiffonnée » (essentiellement pour sauvegarder la causalité). Par ailleurs on peut très bien avoir un espace type dodécaèdre de Poincaré, mais à très grand rayon de courbure, de sorte qu’on aurait l’illusion de vivre dans un espace « plat » (tout comme nous à la surface de la Terre).

  5. Bonjour,
    Je vous remercie encore d’avoir répondu une fois de plus, cela me rend très heureux. C’est tellement dommage que je ne puisse pas vous poser toutes les questions qui me tracassent en vous détaillant plus car je comprends que sur un blog vous ne pouvez pas tous détailler vous non plus. Mais si j’ai bien compris la causalité dont vous m’avez parlé précédemment, c’est que tous évènements à une cause et cette cause implique un effet, ce principe n’est-il pas déterministe (physique classique )? Et la mécanique quantique elle est basée sur l’indéterminisme non ? Et si au niveau macroscopique l’univers ne serait pas si déterministe que l’on croit, si le déterminisme étais une forme d’illusion? (si on peut dire ça comme ça)
    Voilà, je ne veux pas trop vous embêter avec mes questions.
    Merci beaucoup encore. Cordialement

  6. Bonjour Monsieur Luminet,

    Je tiens d’abord à vous souhaiter une Joyeuse et Cosmique Nouvelle Année 2015 !

    Le 21 Janvier 2015 , je me prépare à lancer ma toute première souscription pour mon (peut-être) futur livre de Poésie sous le pseudonyme Frédéric Thorium et intitulé : « Les Violations Quantiques » sur le site de http://www.bibliocratie.com

    Je tenais à vous remercier sur ce Blog car c’est Ici que j’ai découvert que l’on pouvait écrire de la Poésie Cosmique et Joyeuse !

    Sans le savoir, votre aide m’aura été bien précieuse !

    Merci.

    Les Salutations Cosmiques.

    Frédéric Thorium

  7. Bonjour chère Monsieur Luminet, je tiens tout d’abord à vous témoigner mon admiration que j’éprouve à l’égard de vos travaux, tant sur le plan scientifique que littéraire. Mon frère et moi-même avons eu une petite réflexion sur l’avenir de l’univers. étant donné que certaines étoiles en mourant se transforment en trous noirs, sachant que toutes les étoiles meurent, le nombre de trous noirs augmentent irrémédiablement. Les trous noirs s’engloutissent entre eux à force d’être de plus en plus nombreux.
    Par conséquent, est il possible que l’univers redevienne une singularité, comme au Big Bang. de ce fait l’univers ne pourrait il pas être périodique ? Cependant beaucoup d’éléments viennent contredirent cette « théorie », comme : la théorie de l’inflation ( les trous noirs, ne pourraient rattraper la fuite de l’espace ), le rayonnement de Hawking ( si il peut s’appliquer au trous noir macroscopiques ). Cependant la théorie du code cosmologique viendrait soutenir cette idée, mais elle est aujourd’hui très controversée. Qu’en pensez vous ?
    Cordialement
    Quentin et Nicolas Pillot, étudiants.

    1. Le futur de l’univers ne dépend pas des trous noirs mais de la répartition de l’énergie entre matière attractive et énergie noire répulsive. Si cette dernière continue à prédominer comme aujourd’hui, alors l’expansion s’accélère et l’univers ne peut s’effondrer en une singularité. L’idée de code cosmologique ne mérite pas le nom de théorie, c’est un fatras idéologique. Bonne continuation et merci d’apprécier mes écrits.

  8. Bonjour Monsieur Luminet,
    Tout d’abord je tiens à vous féliciter pour vos recherches et votre travail de vulgarisation ma foi extraordinaire. J’ai eu le bonheur de lire le Rendez-vous de Vénus qui m’a passionnée.
    Ancienne élève de Mme Gory, cette dernière m’a longuement parlé de vous et de vos recherches. Passionnée de cosmologie et de physique, j’ai pu trouver mon bonheur dans vos écrits. Je n’ai malheureusement pas eu la chance d’assister à l’une de vos conférences. Mais bon, passons.
    Je voulais simplement vous remercier et vous féliciter.
    Merci encore.

  9. Bonjour Monsieur Luminet,
    Merci mille fois pour votre travail de vulgarisation scientifique et de prendre encore le temps de tenir ce blog pluridisciplinaire ! Je me permets de vous poser une question bien vous soyez certainement très pris. Je ne trouve pas de littérature concernant le temps aux abords du big-bang. J’ai compris que le temps ralentissait en remontant vers la limite de Planck, cela veut-il dire que l’inflation censée s’être déroulée en 10-32s (de notre temps) s’est en fait étalée sur une période beaucoup plus longue ? A contrario je comprends que le temps s’accélère alors depuis le big-bang, ce phénomène est-il pris en compte pour calculer les distances et vitesses des objets éloignés ou est-ce négligeable ?
    Je renouvelle mes félicitations en espérant vous voir à des heures de grandes écoutes !

    1. A partir du moment où l’on traite les questions dans le cadre de la relativité einsteinienne, comme c’est le cas avec le big bang, tous les phénomènes de relativité du temps que vous évoquez sont évidemment pris en compte !

  10. A monsieur Jean-Pierre Luminet pour son livre ILLUMINATIONS
    Je pense qu’il est assez rare de trouver un livre traitant de questions scientifiques aussi ardues qui peuvent rester abordables pour le profane dont je fais partie, à tel point que j’en ai rédigé un recueil d’extraits que je destine à mes arrières petits enfants. Je le résume en 16 pages, mais
    Selon les caractères de votre livre cela ne devrait en représenter qu’une petite moitié.
    Dans la dernière phrase, vous évoquez la quête d’une double mesure; celle du cosmos et celle de la profondeur de l’âme humaine, dont Voltaire se posait la question de l’existence!
    Il est probable que l’homme ne découvre cette profondeur que progressivement, et, à 90 ans, j’ai rédigé un petit opuscule qui fait état de cette découverte et des sentiments que me procure la quête de cette deuxième mesure à la fin de la vie, lorsque les regrets et les remords vous envahissent alors que la flèche du temps ne peut revenir en arrière.
    J’ai lu avec beaucoup d’émotion le récit de la vie de Georges Lemaître car mon oncle Albert était également né en 1894, c’était un brillant polytechnicien, affecté aussi dans l’artillerie. Mort en Belgique en 1915.Il a reçu les plus hautes distinctions, mais à titre posthume.
    S’il avait vécu il aurait peut-être fait partie des savants aussi célèbres.
    LAIGLE Albert Lucien Eugène Sous-Lieutenant Origine :.. 52 Vignory (Né le 15/2/1894) … 2° batterie, Blessé – Mort le 22/1/1915 à l’hôpital de Poperinghe (Belgique) .
    avec tous mes remerciements et mes félicitations.

  11. Monsieur,

    Je viens d’écouter votre tribune Osons la France. Je tenais simplement à vous exprimer toute mon admiration. Vous avez une faculté incroyable à décloisonner les sciences, les arts, les matières : la philosophie, la mathématique, l’optique, la physique quantique, la musique, la peinture, l’histoire, la médecine…il semblerait que tout cela ne fasse qu’un lorsque vous parlez. C’est tour à tour troublant, excitant, fascinant, dérangeant pour nos esprits formés par la catégorisation et la segmentation. Je suis ravie (et confiante) de savoir que de grands esprits comme le vôtre essayent de changer nos paradigmes.

    Merci pour ce que vous apportez à vos lecteurs, votre audience et vos pairs.

  12. Conseil de la Nuit.

    Bonjour,

    Architecte Paysagiste dans l’équipe du Parc naturel régional des Baronnies provençales, j’ai lu avec ravissement votre livre sur les poètes et l’univers et vous apparaissez comme un des rares scientifiques également ouvert, non seulement compétent, mais – allez disons-le- percutant même, sur les entrées littéraires, artistiques, les sciences humaines et le thème de la nuit « vécue » en général.

    Nous allons engager un programme d’action sur les paysages nocturnes, que nous voulons original et différent des approches existantes, poétique avant d’être technique, et nous réunissons à cet effet un groupe de travail composé d’astronomes, d’artistes, d’historiens, de bergers… avec la nuit et ses paysages comme champ de réflexion transversal pour mettre en place outils de médiation, manifestations ou aménagements originaux.

    Nous sollicitons votre regard, éventuellement votre participation. Nous avons des idées folles, et nous en cherchons d’autres. C’est si rare !

    Je vous ai envoyé un mail plus étoffé, explicitant davantage notre approche, nos projets, nos besoins, à votre adresse de l’observatoire de Paris-Meudon. Loin de vouloir insister, peut-être cette boîte est-elle caduque, ou peu consultée ? Dans ce cas, à quelle adresse mail est-il possible de vous joindre ?

    Merci infiniment de votre réponse,

    Charles Ronzani, Chgé de mission Paysages au Parc naturel Régional des Baronnies provençales.

    1. Merci pour votre message. Ma boîte mail de l’Observatoire n’est pas caduque, mais je n’ai rien reçu de vous. Ou alors il s’est agi d’un courrier physique? Auquel cas j’irai le mois prochain chercher mon courrier…

  13. Bonjour Monsieur Luminet,

    Vive la technologie, qui permet aujourd’hui de rapprocher des gens comme vous et moi, nous qui vivons à des années lumières. Internet serait-il une sorte de trou de vers?

    A l’échelle humaine, on constate déjà l’existence de plusieurs « univers », ils sont souvent en confrontation, c’est le fil de mon dernier roman, je ne suis donc pas étonnée du résultat de vos recherches mais plutôt admirative, tant par la masse de votre travail que par sa qualité! Que votre souhait se réalise! Merci d’exister! A très bientôt!
    Bien sincèrement,
    Céline Maroy

  14. Bonjour, je trouve passionant votre blog mais j’ai une question qui me taraude l’esprit,pourquoi malgre la gravitation les planetes ne finissent-elles pas etre attirees par la masse du soleil pour s’y ecraser ?
    MERCI

  15. Bonjour Monsieur Luminet,

    Je me permet de vous contacter pour d’abord vous féliciter de la beauté de votre travail et de votre pédagogie. Mais aussi dans l’espoir de vous poser une question dont Google ne connait pas la réponse. Mais peut-être que vous, vous aurez une piste !

    Je souhaiterais savoir, en admettant que la matière sombre existe dans l’univers, comment différents corps (humain, objet physique, planète tellurique et gazeuse) se comporteraient, si ils pouvaient quitter la galaxie alors qu’elle se retrouve, elle-même, maintenu par cette matière noire ? En résumé, es-ce que la sensation dans l’espace est différente (ou toute chamboulée) lorsque nous quittons cet espace où il n’y a plus de matière noire autour de nous ?

    Sur cette simulation de l’univers (https://www.youtube.com/watch?v=UxuPZyqF9qM) ont aperçoit aisément les 25% de matière noire. Que nous arrive t’il lorsque nous somme plus qu’en présence des 70% d’énergie sombre ?

    Cordialement. Merci.

    1. Bonjour. Admettons que la matière sombre soit liée aux galaxies et qu’entre les galaxies il n’y ait plus que de l’énergie sombre (cela est loin d’être prouvé). La matière sombre engendre de la gravité, qui diminue avec la distance, donc loin de toute configuation de matière (sombre ou pas), dans un pur bain d’énergie noire (situation, je répète, improbable, mais vous posez la question), un corps ne ressentirait aucune accélération (équivalente à un champ de gravité).

  16. Bonjour,

    Je viens de regarder une conférence que vous avez donné il y a quelques années et dans laquelle vous conjecturiez que l’univers était un hyper-dodécaèdre.
    Les données collectées par Planck confirment-elles ou infirment-elles votre idée? 🙂
    Et si l’univers est beaucoup plus plat, beaucoup plus euclidien, cela veut-il dire qu’il enflera jusqu’à la nuit des temps?

  17. Bonjour M. LUMINET

    Superbe illustration d’une topologie d’univers chiffoné que vous décrivez dans votre ouvrage, l’oeuvre de Yayoi KUSAMA exposée au Musée des beaux-arts de Nancy pourrait vous intéresser (rechercher « Pièce avec une infinité de miroirs et de lucioles sur l’eau »).

    Avec tous mes respects.

    1. Merci pour le lien. En effet, belle réalisation. Serge Salat et Françoise Labbé avaient réalisé des installations semblables il y a une vingtaine d’années (cf leurs livres La relève du réel, Le livre infini). Cordialement

  18. Bonjour,
    Pourriez-vous me conseiller un ouvrage accessible permettant d’acquérir les connaissances de base en physique nécessaires à la compréhension de la cosmologie? Je n’ai pas de formation scientifique mais j’aimerais peut-être un jour faire un DU avec l’Observatoire de Paris.
    Merci d’avance, et merci pour votre blog !

    1. LACHIÈZE-REY Marc, Initiation à la cosmologie, Paris, Masson, 1992.
      MAZURE Alain, MATHEZ Guy et MELLIER Yannick, Chronique de l’espace-temps, Paris, Masson, 1994.
      Il faut quand même un petit bagage mathématique.

  19. Bonjour,

    Tout d’abord je souhaite vous dire que j’ai été passionnée par votre site et vos vidéos sur youtube !

    Je suis en école d’art et j’ai décidé de diriger un projet personnel autour de la représentation de l’univers, des planètes et de la voie lactée que peut en avoir un artiste. J’aurai aimé, si vous le pouvez, que vous me conseillez sur des représentations d’artistes, des reportages ou je ne sait quels réalisations intéressantes qui pourrait me guider afin que je puisse creuser encore plus cette question qui me passionne.

    Aussi, j’ai essayé d’en savoir un peu plus sur la découvertes de 55 Cancri-e mais je n’ai pas réussi à comprendre où ni comment cette découverte a-t-elle été faite ?

    Avec tout mon respect, je vous remercie de votre réponse.

    Inès Silbermann

  20. Bonjour,
    Je vous laisse un message car je ne peux répondre à la question de mon fils: que se passera t il concrètement quand le soleil va mourrir?
    Ma réponse est trop vaste pour lui, à savoir la terre va disparaître,
    Que dois je lui répondre merci à vous
    Cdt

    1. J’ai publié l’an dernier un livre, « 100 Questions sur l’univers », qui répond précisément à ce genre de questions (il ressort en poche le mois prochain). Voicice que j’y vais écrit :
      « Le Soleil est une boule de gaz chaud actuellement stable, car il libère de l’énergie au centre et cette énergie, qui aurait tendance à le faire grossir ou même exploser, est compensée exactement par le poids des couches atmosphériques qui le compriment. Cette phase d’équilibre dure depuis 4,5 milliards d’années et durera à peu près encore autant. Mais le Soleil produit de l’énergie en consommant du carburant, qui est son propre hydrogène, le gaz qui le constitue à 90%. Quand cette phase s’achèvera par épuisement de son combustible au centre, l’équilibre entre la pression de radiation expansive et la gravité compressive sera brisée, et le Soleil se mettra à enfler.
      Dans une première phase, il se dilatera pour atteindre peut-être 200 fois sa taille actuelle, dévorant les planètes Mercure et Vénus. Il s’arrêtera de gonfler au niveau de l’orbite terrestre, mais notre planète, dépouillée de ses océans et de toute trace de vie, sera réduite à une boule de roches en fusion circulant dans l’atmosphère ténue mais brûlante du Soleil, à 2000°C.
      Dans une seconde phase, le cœur du Soleil s’échauffera à cent millions de degrés, une température suffisante pour libérer une énergie nouvelle issue de la fusion de l’hélium en carbone. Notre étoile, devenue géante rouge, s’étendra alors jusqu’à l’orbite de Mars. La phase finale se produira lorsque l’hélium sera à son tour épuisé. Les réactions nucléaires s’arrêteront, l’enveloppe externe du Soleil sera éjectée sous forme d’une nébuleuse se diluant peu à peu dans l’espace interstellaire, tandis que son cœur mis à nu, qui fonctionnait comme une centrale nucléaire, s’éteindra progressivement et se contractera sous l’effet de la gravitation qui ne sera plus compensée. Il formera un résidu stellaire appelé « naine blanche », rétréci aux dimensions d’une planète mais ayant la masse d’une étoile. Puis la naine blanche se refroidira lentement au cours de dizaines de milliards d’années et se transformera en naine noire.
      Comme le Soleil est une étoile banale, c’est le sort qui attend 90% de toutes les étoiles de l’Univers. »

  21. Bonjour Mr Luminet,

    Maintenant que la frénésie médiatique sur « l’étoile mystérieuse » est un peu retombée, j’aimerais beaucoup vous lire sur la fameuse KIC 8462852 – si le sujet vous intéresse, bien sûr.
    Et discuter avec vous des diverses hypothèses en cours et à venir pouvant expliquer ces mesures inédites.

    A ce titre j’espère que l’année 2016 sera intéressante avec une chance de voir un nouvel évènement et de faire des observations plus poussées. (Oh, accessoirement on pointera aussi des radio-télescopes nouveaux et très puissants, mais j’y crois moyen).

    Encore merci pour tout,

    David.

      1. Merci pour le lien !
        Effectivement l’explication des essaims de comètes est la moins improbable pour le moment (mais elle reste peu probable pour plusieurs raisons).
        Je trouve la conclusion de l’article un peu trop définitive, ils nous manque encore pas mal de données pour conclure quoique ce soit, il y a encore la possibilité d’un autre évènement naturel encore jamais observé (il y a aussi l’hypothèse tout aussi peu probable d’un champ massif d’astéroïdes capturé récemment).
        Il est encore possible qu’on apprenne quelque chose d’intéressant avec cette étoile (même s’il n’est nullement question de p’tits gris).

        Cordialement.

  22. bonjour M Luminet
    suite a votre conférence récente à propos des trous noirs au collège de France
    j’ai mis en page votre citation de G De Nerval (mais comment a t’il su??..),et je souhaitais naturellement vous la transmettre .

    trés cordialement
    J EXMELIN

  23. Rezé le 01 12 2015

    Bonjour Monsieur Jean-Pierre Luminet,

    Beaucoup de spécialistes en astrophysique et physique se penchent actuellement sur la mystérieuse énergie et matière noire et pour l’instant personne ne peut dire de quoi il s’agit. Je me suis fait une petite idée sans aucune base scientifique, mathématique, cosmologique où astrophysique.
    Les astrophysiciens ont constaté que notre Univers va quelque « part », en expansion et de plus en plus vite. Dans la théorie de fractale « tout est un tout » en partant du micro cosmos vers macro cosmos et à l’envers.

    Je me suis dit que si tout cela n’est qu’une histoire de gravité à une échelle inimaginable où la matière cosmique visible déferle d’un sommet sur une « pente » vers un centre (comme le centre de la terre) où la force gravitationnelle est peut-être infinie. En descendant, la matière prend de plus en plus de vitesse ce qu’aujourd’hui les astrophysiciens ont pu constaté. Et si, ce « quelque chose » où va la matière visible, ne serait que la concentration vers un autre Bing Bang. Pourquoi la matière et l’énergie connues se trouvent-t-elles sur une « pente » ? Je n’en ai aucune idée.
    Monsieur Luminet, je ne suis pas fou, je n’ai aucune prétention à vouloir révolutionner la cosmologie, loin de ça ! J’ai eu cette petite idée. Peut-être d’autres personnes l’ont pensé et bien sûr ça se résume à mes minces connaissances. Je vous remercie de m’accorde quelques minutes de votre temps pour me lire.
    Bien cordialement,
    Georgiu Cornel

  24. Il faut toujours faire précéder un avis sur un semblable sujet d’une formule du style : « je pense plutôt que », « à mon humble avis », « il me semble que… » ; une erreur est toujours possible, voire probable.

    Cette précaution prise, voici ma remarque : il me semble, donc, que la description du raisonnement de l’ami Isaac comporte une petite erreur : 400 pouces (2,54 cm X 400), correspondent à environ 10 mètres. Or, une seconde, c’est environ le temps que met un objet pour parcourir 5 mètres ; ½ x γ x t2 ≈ 5 x 1 ≈ 5. J’ai bon ?

    1. Désolé pour ma réponse si tardive. Vous avez raison : la pomme tombe de 200 pouces la première seconde, soit 5 mètres. Les chiffres du roman sont à revoir, une étourderie de ma part… Merci de l’avoir remarqué.

  25. Bonjour monsieur Luminet,

    Je vous ai laissé un message mais je ne sais pas si vous l’avez reçu.
    Nous sommes très intéressé par votre réflexion autour du film interstellar.
    Nous organisons en
    Partenariat avec des laboratoires de recherche toulousains un festival de Cinema scientifique à Aurignac dans un cadre d’éducation populaire et nous prévoyons une projection du film en plein air: nous serions heureux de vous inviter pour évoquer avec vous cette aventure de la représentation des trous noirs.
    Je suis responsable d’un réseau
    Associatif de diffusion cinématographique au sein de la ligue de l’enseignement: je suis assez novice scientifiquement parlant, mais je dois dire que je suis très enthousiaste à la lecture de votre blog et me dis que votre présence parmi nous à Aurignac serait une façon très intéressante de mettre en lien la science et le Cinema.
    J’aimerai pouvoir vous raconter tout cela de vive voix;
    Je vous laisse mon contact:
    0686813130
    En espérant que nous pourrons nous parler,
    Bien à vous
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    CINÉFOL31 / Cinéma le Cratère
    SERVICE CINÉMA DE LA LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT 31

    Pierre-Alexandre Nicaise
    Responsable Délégué
    panicaise@laligue.org

    31 rue des Amidonniers
    31009 Toulouse CEDEX 6
    05 62 27 91 10
    http://www.ligue31.org
    http://www.cineligue31.com
    http://www.cinemalecratere.com

  26. Bonjour M.Jean-Pierre LUMINET,
    C’est à 70 ans que j’ai commencé à étudier l’astronomie a l’observatoire de Paris -en étudiant à distance-.(A.M.C, E.C.U. comment peser l’univers…)
    J’en ai aujourd’hui 75 etj’anime depuis 2 ans (bénévolement bien sûr) des modules de découverte de l’astronomie à l’Université Populaire de la Vallée de la Drome.
    Je souhaiterais, dès septembre 2016, me servir de votre livre
    « L’univers en 100 questions » comme support à mes prochaines interventions sous la forme suivante:
    Les auditeurs, après lecture de votre livre (qu’il se seront procuré), son invités à mettre en commun les questions qu’il souhaitent voir développer au cours de la séance que j’anime.
    Cette formule me permettrait de mieux répondre aux centres d’intérêts de chacun, et votre livre est parfait car, je trouve, il donne envie d’en savoir plus.
    Je vous remercie pour tout ce que mes lectures et auditions de conférences, dont vous etes l’auteur, m’ont apporté et aidé dans la satisfaction de mon appétit de compréhension …astronomique.
    Merci encore.
    Très cordialement.
    Jean-Louis FAYARD

  27. Bonsoir Monsieur Luminet,
    Je regarde vos travaux (notamment via les vidéos de conférences) depuis un bout de temps et ils me passionnent. Cependant je n’ai lu l’un de vos livres pour la première que cette semaine (le secret de Copernic), et je vous laisse ce mot pour vous mentionner tout le plaisir que j’ai eu à le lire, et aussi je vous tire mon chapeau pour le travail historique fouillé que vous avez réalisé ! Pour les amateurs de sciences, c’est un régal de découvrir ces grands scientifiques dans le contexte historique de leur époque et au travers d’une biographie-roman particulièrement captivante, et non plus seulement par les résultats de leurs travaux. Je vais m’empresser de dévorer la série Les Bâtisseurs du Ciel ! Bonne continuation dans vos travaux,

  28. Bonjour je m’appelle Alex par ce courrier je vous demande si vous pouvez recalculer la trajectoire de la météorite qui doit aller la terre le 5 mars à 17000 km. j’ai un certain doute. je vous remercie d’avance.

    1. Les calculs déjà faits par les astronomes sont parfaitement fiables, nul besoin de les refaire. Si ça peut vous rassurer…

  29. Bonjour Monsieur, j’ai une question (sans doute stupide) sur les ondes gravitationnelles au sujet d’une de vos interventions récentes où vous dites qu’elles découlent de la théorie de la relativité. En supposant qu’on ne dispose pas encore aujourd’hui de cette théorie mais uniquement de celle de Newton, il me semble que les ondes gravitationnelles pourraient aussi être déduites de la rotation rapide de 2 corps massifs comme les pulsars ? Merci

    1. Aucune question relevant de la saine interrogation n’est stupide. Les OG sont bel etbien une caractéristique de la RG. Dans le cadre newtonien Laplace avait déjà envisagé que la force de gravitation pouvait se propager à vitesse finie, mais pas sous forme d’onde… Merci de me lire.

    1. Cela dépend peut-être de la version de votre navigateur… De mon côté j’ai vérifié que cela fonctionnait… Dites-moi si vous rencontrez encore des difficultés.

  30. Bonjour Jean-Pierre

    Un ami me conseille de t’envoyer ce poème.
    C’est cadeau!

    Variations sur un dodécaèdre

    « On peut donc imaginer
    des modèles cosmologiques
    Finis ou infinis
    Quelle que soit leur courbure
    Et qui sont décrits par des formes
    D’une grande subtilité »
    Mais pourquoi diable
    Cet article érudit
    De Jean-Pierre Luminet
    Fait-il donc tant penser
    A vos jambes?

  31. Bonjour Jean -Pierre,
    vous auriez pu vous appeler lumineux , tellement vous êtes surdoué ( scientifique et artiste , faut le faire ! ) .Avec votre accent, il est facile de déceler votre origine , la même que la mienne, la Provence .
    Je m’intéresse aux sciences , dont l’astronomie est la première, de nos jours transformée en astrophysique . La science avance en se posant de nouvelles questions , étoiles noires, relativité, Big Bang, composition de l’Univers, physique quantique, nouvelles hypothèses … la relativité de l’espace -temps m’intrigue beaucoup : 3.10¨^8 m/s c’est très faible p ar rapport aux milliers A.L . D’après la Rel. plus la vitesse +, plus la durée se réduit comme si l’espace se réduisait sans aug. la vitesse . je ne sais pas si je me fais bien comprendre .
    Autre bizarrerie, la Rel. interdit la vitesse C, mais pas une supérieure je crois: retour vers… le passé, avec les paradoxes
    En fait il n’existe pas de symétrie du facteur G , au-delà de C, il me semble.par exemple que dans les médias, on explique pas pourquoi seuls les voyageurs subissent le ralentissement
    alors que c’est la Terre qui se déplace si la fusée est immobile.
    La vitesse et la gravitation ont le même effet, c’est donc que le facteur commun est l’énergie capable de déformer l’espace temps, mais toujours dans le même sens . La gravitation est une énergie qui attire, donc avec une énergie répulsive ( à découvrir) on pourrait peut-être franchir le mur de la lumière ? et retourner dans le passé ? Pour éviter les paradoxes, il serait impossible de le modifier , se faisant de manière virtuelle comme le reflet dans le miroir: On voit le reflet mais le reflet ne nous voit pas, bien sûr . Ainsi les gens du Passé seraient dans le reflet de leur époque, alors que les voyageurs seraient encore dans leur dimension spatio-temporelle du futur . Nous sommes en pleine science -fiction . Pouvez vous me donner votre avis sur ces questions ? Merci de votre attention .

    1. Bonjour,
      En relativité la vitesse c n’est pas interdite aux particules de masse au repos nulle, comme les photons! Pour des raisons de symétrie des équations, on a imaginé le monde supraluminique des « tachyons », des particules qui iraient toujours plus vite que c, et qui pourraient donc remonter le temps, mais le prix à payer c’est que ces particules ne peuvent qu’avoir une masse mesurée par un nombre imaginaire (au sens mathématique du terme), et donc ne sont probablement pas réelles (au sens physique du terme). Par ailleurs « l’énergie noire » qui domine actuellement la densité d’énergie cosmique et qui est antigravitante obéit aux lois de la relativité et ne permet en aucun cas de franchir le mur de la lumière.

  32. Cher Monsieur Luminet JP,
    Récemment vous avez présenté une conférence à l’université Nice-Valrose. Bien m’en a pris. A la suite de ce premier contact visuel où vous expliquiez l’univers, les récentes ondes gravitationnelles qui s’étaient invités en septembre 2015, enregistrées en février 2016, je crois… Par ailleurs j’ai lu avec intérêt votre livre « 100 questions »…. et suis devenu adhérent d’un club d’astronomie… On ne rattrape pas le temps perdu, mais la maturité limite les gaps, dit-on ! Car on peut prendre le train suivant vers la destination Cosmo-spirituelle, pas moins… Les interrogations sont si présentes… L’homme je crois n’est pas suffisamment universel pour accepter l’étrange du commencement… L’autruche !
    Je me suis esclaffé lorsque vous suggériez que vous en étiez peut-être un … un extra-terrestre WHY NOT… à la fin de votre bouquin des 100 questions. Dans la mesure ou chaque homme est aussi un extra de quelque chose ou de quelqu’un, et forcément plus pour des civilisations qui pourraient existé, là-bas à l’autre bout ou dans d’autres enveloppes natales. Nous nous ne le savons pas ENCORE ! Serions-nous capables d’accueillir et d’apprendre…
    A condition que l’Univers ne se refroidisse pas, ni ne se contracte, trop vite.
    Je vous dis grand merci pour cet apport, qui débouche sur une d’aventure cosmologique au sens noble du terme.
    « En fait une aventure qui encourage à se dépasser….. »
    Reginald.

  33. Bonsoir Mr Luminet,

    Je suis fan de toutes vos conférences et j’aime les réécouter aussi 🙂
    J’ai une question qui me tracasse ( je vous l’ai posé sur Facebook mais je n’ai pas eu de retour, peut-être ne vous est-elle jamais parvenue ).
    L’Univers est en expansion dû à l’énergie sombre qui dilate l’univers, les galaxies restent statiques certes mais s’éloignent les unes des autres dû fait de cette expansion.
    Comment ce fait-il que la galaxie d’Andromède se rapproche de nous ?
    Cette galaxie ne peut pas être l’unique galaxie qui arrive à  » remonter à contre courant  » le flot de l’énergie sombre ?

    Merci pour votre retour Jean-Pierre.

    1. Merci pour votre intérêt. J’ai expliqué cela dans plusieurs de mes écrits. La vitesse de séparation des galaxies due à l’expansion de l’univers dépend de leur distance mutuelle. A la distance d’Andromède – 2 millions d’années-lumière – elle n’est que de 60 km/s, donc très inférieure la vitesse due à l’attraction gravitationnelle entre elle et notre Voie lactée. Donc elle se rapproche au lieu de s’éloigner. Il en va ainsi jusqu’à environ cent millions d’années-lumière, distance à partir de laquelle la vitesse d’expansion, 7000 km/s, dépasse enfin toutes les vitesses d’agitation gravitationnelle.

  34. Je ne crois pas au BIG BANG
    La sonde de Plank a fourni des indications précieuses sur le rayonnement fossile
    issu de l’origine de la formation de notre univers
    La date de cette formation a été fixée à 13,8 milliards d’années avec la formation d’un big bang qui serait à l’origine de cette formation , mais nous n’avons qu’une perception de l’horizon de 380000 années après le dit big bang.
    On a en particulier établi que
    * la concentration de galaxies focalise le rayonnement fossile ( effet de masse )
    * les vides dispersent ce rayonnement
    et sur un niveau moyen de galaxies il n’y a pas de mouvement de ce rayonnement
    Il y a donc deux sens au mouvement du rayonnement fossile
    La carte de ce rayonnement donne des indications sur une limite à 380000 années
    après le big bang ainsi qu’une distribution de masse comparative entre 2 milliards d’années et aujourd’hui =
    énergie noire matière noire matière baryonique
    A 2 milliards d’années = 3 % 81 % 16%
    aujourd’hui 69% 26% 5%

    Alors que la matière baryonique ( matière visible ) se dégrade naturellement avec l’expansion , on voit qu’il y a transfert quantitatif de matière noire vers l’énergie noire dans le temps cosmique autrement dit avec l’expansion de l’univers la réduction relative de la matière visible et de la matière invisible s’accompagne d’une recharge d’énergie noire formidable potentiel de transformation à venir à nouveau ….Et on pourrait imaginer un processus inverse qui à partir de l’énergie noire qui se dégrade , cela formerait des masses de matières invisibles et visibles …

    On peut rechercher un vecteur de ces transformations , qui serait une forme de déformation de l’espace temps par la masse ( visible ou invisible ) On rappellera que la formule de Einstein reliant l’énergie à la masse E= m c²
    Les ondes gravitationnelles ( OG ) qui ont été récemment mises à jour pourraient être ce vecteur
    Le 14 septembre 2015, les deux détecteurs LIGO ont observé un signal non ambigu provenant de la collision puis fusion de deux trous noirs, situés à 1,3 milliard d’années-lumière de la Terre. Lors de la collision, l’équivalent de trois masses solaires est alors converti en ondes gravitationnelles.
    Les OG peuvent ainsi être interprétées comme le vecteur de mutation de l’énergie diffuse à partir d’une concentration massique énorme , telles une onde déformante qui pénètre un espace cosmique en expansion
    On trouverait ainsi un univers formé de cellules cosmiques juxtaposées
    * certaines en expansion
    * d’autres en contraction
    ces dernières en contraction émettent des OG vers les cellules en expansion
    Les OG transforment la matière noire en énergie noire dans les cellules en expansion et
    les OG transforment l’énergie noire en matière noire dans les cellules en contraction
    Les trous noirs peuvent être interprétés comme les points de contacts entre les cellules en expansion et celles en contraction .
    Cette hypothèse annihile la notion de big bang et milite pour un cosmos sans fin composé de cellules cosmiques ( certaines en expansion d’autres en contraction ) secouées par des transferts énergétiques et massiques orchestrés par les déformations de l’espace temps
    Car enfin si nous percevons le temps qui s’écoule , c’est parce que nous percevons des séquences successives mémorisées , mais en nous mettant dans un processus de transformation permanent renouvelé cet écoulement temporel n’existe plus – et le big bang non plus .
    Si nous percevons l’écoulement du temps c’est bien parce que nous mémorisons et sans mémoire il n’y a pas de notion de temps écoulé . L’univers serait ainsi un peu comme une unité centrale dont le processeur mouline et c’est parce qu’on est dans l’unité de mémoire qu’on voit le temps s’écouler – le processeur univers vit lui au rythme des transferts énergétiques et massiques.

  35. Bonjour,
    Les philosophes grecs étaient plus proches de la connaissance cosmogonique que les « chercheurs » d’aujourd’hui. Dommage que l’empire Romain et ses affidés aient rompu le cours de la recherche intellectuelle. Haeckel a tourné autour du pot d’Anaxagore mais n’avait pas l’esprit de logique comme il l’a reconnu lui-même. Et ce n’est pas Du Bois Reymond qui nous contredira
    La métrique RW est une entourloupe qui trouve, comme toute religion, ses zélés commentateurs.

    Pierre & Joëlle HEMMERLE
    astrophysichien@hotmail.com

    1. Je ne vois pas du tout le rapport entre le philosophe biologiste Ernst Haeckel (s’il s’agit de lui dont vous parlez) et encore moins le physiologiste Dubois Reymond et la connaissance cosmogonique, qu’elle soit grecque ou contemporaine.
      La métrique RW n’est une entourloupe que parce qu’elle devrait être appelée FL, du nom de leurs premiers découvreurs, Friedmann et Lemaître, et non pas des américains Robertson et Walker, qui se l’ont appropriée.
      Pour le reste, vos opinions énigmatiquement formulées au point d’en être parfaitement obscures n’engagent que vous… Bien à vous.

  36. Monsieur Luminet.
    Votre talent de créateur scientifique et littéraire éclaire ma lanterne depuis quelques années. Merci pour cette luminescence intellectuelle.
    Je vous ai déjà laissé un précédent commentaire à propos des aspects planétaires en astrologie et les éléments développé par Kepler, commentaire resté lettre morte, probablement avalé par le trou noir de votre corbeille.
    Ma question d’ordre astrologique: si les quatre interactions fondamentales structurent la matière dans l’univers, ne doivent-elles pas structurer également tout organisme vivant sur terre? Ces interactions interviendraient-elles sur notre santé?

    1. Si la biologie se réduit aux interactions fondamentales (ce que je crois en l’état actuel de nos connaissances), alors oui elles interviennent d’une manière ou d’une autre (non élucidée, même si c’est essentiellement l’interaction électromagnétique qui régit la chimie du vivant) ) dans la structure de l’être vivant. Mais je n’appelle pas cela « astrologie » au sens traditionnel du terme.

      1. Comment l’univers est-il organisé? Quelle est ma place en son sein? Existe-t-il un Dieu qui a créé cela? (Jean Pierre Luminet -Sciences et avenir n°186) Mais surtout pas Sommes-nous seuls dans l’univers qui mènerait Dieu sait où un probable disciple d’Evry Schatzmann, n’est-ce pas?
        Sachant que la NASA a maquillé les photos rendues publiques des missions Apollo, la vérité officielle dite scientifique ne peut que donner la nausée.

        1. Vous déraillez mon cher Monsieur avec le maquillage de photos par la NASA : vous semblez gober les hoax les plus grossiers. Par ailleurs, Evry Schatzman n’a pas été mon mentor et je n’ai jamais été son élève (ce qui ne m’a pas empêché d’écrire sa notice biographique à la demande d’un dictionnaire anglo-saxon). Il était certes excessivement « rationaliste », mais il avait quand même la tête bien mieux posée sur les épaules que la plupart de ceux que vous révérez…

  37. Monsieur LUMINET,
    Merci pour votre attention à mes interrogations et pour votre réponse encourageante qui réchauffe mes neurones.
    En effet, l’interaction électromagnétique intervient à l’échelle moléculaire. Pourquoi en exclure l’interaction gravitationnelle? N’intervient-elle pas sur notre organisme en nous rappelant que nous avons bien les pieds sur terre.
    Encore deux questions: N’estimez-vous pas nécessaire l’avènement d’une nouvelle révolution scientifique donnant une nouvelle « vision » du Monde selon une géométrie non euclidienne? D’un point de vue « astro-cosmologique  » (pour ne pas dire astrologique), peut-on envisager dans cette optique une « cristallisation cosmique » en douze subdivisions spatio-temporelles (analogue à la domification de Placidus)?

  38. Bonjour Monsieur.

    Entrant en classe de terminale scientifique, je suis amenée, comme tout adolescent de mon âge, à me préparer à choisir mon orientation finale.
    J’ai beau avoir d’ores et déjà passé un temps notable à effectuer des recherches relativement exhaustives sur la profession d’astrophysicien et avoir été confrontée à l’ensemble des difficultés que ce parcours professionnel induit, ma passion pour l’astronomie est telle que je ne puis me dérober à cette science qui permet à l’homme, à défaut de connaître la « Vérité Ultime », de contribuer à son échelle infinitésimale mais conséquente dans notre communauté de nous en approcher toujours davantage, dans une magnifique progression asymptotique.
    Je ne puis ignorer les frissons que je ressens en parcourant les archives de la Nasa, en lisant vos livres comme ceux de Hubert Reeves, de Thuan Trinh Xuan, de Stephen Hawkins, en préparant des travaux de recherche (notamment pour mon TPE au baccalauréat) qui me font perdre la notion du temps, en admirant la beauté de l’intelligence humaine atteignant son paroxysme notamment avec la théorie de la relativité restreinte.
    Comme je le mentionnais précédemment, je suis parfaitement consciente de la difficulté d’un tel parcours professionnel; que ce soit au niveau de la compétition, de la longueur et du coût des études, de l’extrême sélection à l’embauche, sans parler du niveau d’étude en question. Je suis donc assez désemparée quand il est question de choisir un université, et de me préparer à entamer ces longues années d’études, n’ayant pour l’instant que le vide le plus total devant moi.
    Je sais à quel point les majestueuses universités de Caltech, Princeton ou du MIT sont sélectives, cependant je ne sais pas si tenter ma chance et y postuler pourrait éventuellement s’avérer fructueux (je dois ainsi passer dès à présent les examens SAT et TOEFL) pour avoir une équivalence valable du baccalauréat aux Etats-Unis) ou si je dois davantage me concentrer sur des universités de très bonne notoriété en Europe telles que celles de Toulouse, Grenoble, Paris, Genève,…
    En ayant consulté votre biographie, j’ai ainsi constaté que vous avez effectué vos études aux universités de Marseille et de Montpellier; or, habitant actuellement par intermittence à Toulon et à Paris, je ne saurais dire quel établissement me serait le plus profitable, en terme d’intégration comme en terme de débouché.
    Je ne sais pas si vous serez par hasard amené à lire mon commentaire, au milieu de votre emploi du temps que j’imagine on ne peut plus chargé, mais si c’est le cas, je vous en remercie sincèrement et je vous serais fortement reconnaissante si vous pouviez m’apporter votre lumière sur la chose.

    Mes plus respectueuses salutations.

    1. Bonjour,
      Le parcours pour devenir chercheur en astrophyique est certes long et difficile, mais n’exige pas de passer par les grandes universités américaines : il y a, et c’est la moindre des choses, d’excellentes formations en France et ailleurs. Voici deux sites riches d’informations pour les jeunes s’interrogeant comme vous sur le parcours à suivre :
      https://www.imcce.fr/langues/fr/grandpublic/systeme/promenade/pages2/244.html
      http://ufe.obspm.fr/
      Bonne continuation!

  39. Bonjour Monsieur Luminet,
    Je m’appelle Safina, et suis un sujet psy -non officiellement déclaré- et je me suis régalée à écouter une de vos conférences de Mathenville: j’ai tout compris…alors que je ne suis pas scientifique. Cela est du à votre façon pédagogique d’expliquer. Tout ce que vous disiez éclairait et expliquait mon expérience de la vie (remote viewing..etc) . Vous êtes la première personne à venir compléter ma vision du temps de l’espace et du fonctionnement de tout cela: moi je l’ai fait d’une façon empirique et vous, d’une façon scientifique. J’aurais besoin de vous écrire ou de vous téléphoner, si vous êtes d’accord. Auriez-vous svp des coordonnées autres que ce blog à me communiquer? Je vous en remercie par avance. Safina

  40. Bonjour Mr Luminet,

    Auriez – vous une proposition ( ou plusieurs ) à me faire en réponse à cette question :
    « Qu’est-ce qui est blanc , tellement blanc que ça en devient noir ?
    Qu’est-ce qui est noir , tellement noir que ça en devient blanc ? »
    Ma demande peut vous paraître étrange mais ça n’est pas une blague!
    Merci

  41. l’unification des forces fondamentales ( la gravitation d’une part , la force électromagnétique , la force nucléaire faible : force électrofaible , et la force nucléaire forte ) a vu apparaître deux théories qui ont « le vent en poupe » : la gravitation quantique boucles et la théorie des cordes .
    Je propose de réunir les chercheurs qui travaillent sur ces sujets , puis de prendre les cordes , de faire les boucles … et de tous les pendre . Qu’en pensez vous ?

  42. M. Luminet bonjour,
    Tout d’abord merci pour votre contribution au monde, qu’elle soit scientifique ou poétique.

    J’ai une question assez précise à vous poser:

    1 Si l’on accepte l’interprétation de la physique quantique de Hugg Everett (interprétation dite des « mondes multiples ») , ce qui revient à postuler une nature quantique des objets à toute échelle.

    2 Si l’on postule que le phénomène de gravitation est un phénomène qui est en partie permeable d’une réalité à l’autre.

    Alors, ne serait-il pas possible de re-définir à la hausse la masse des objets, définir une métrique de « masse quantique », supérieure à la masse observée, et résoudre ainsi le paradoxe de la « matière noire ». Peut être avec un facteur de pondération inversement proportionnel à la densité locale où se trouve l’objet…

    Comprenez-vous où je veux en venir?
    Savez-vous si cette piste a déjà fait l’objet de recherches?

    Très cordialement

    1. Merci pour votre intérêt. L’idée que la gravité soit « diluée » dans d’autres univers (pour expliquer son insigne faiblesse par rapport aux trois autres interactions, dit problème de hiérarchie) est très étudiée, pas toutefois dans le cadre du multivers lié à l’interprétation d’Everett de la méca Q, mais dans les dimensions supplémentaires prédites par la théorie des cordes, soit de façon à peu près équivalente dans le multivers qui en découle (modèle du landscape).

      1. Bonjour Monsieur Luminet,
        Avant tout merci! Merci de vulgariser… et de partager tant de choses si essentielles pour qu’un grand nombre de cerveaux comprennent et s’intéressent à leur habitat tout simplement, – l’univers n’ayant pas de frontière désagréable et néfaste – au lieu de se faire la guerre. Grande réussite : « Bonnes nouvelles des étoiles »! (par exemple!)

        Vous devez avoir un grand nombre de messages admiratifs, je voudrais illustrer le mieux comme suit.

        Concernant les conséquences de cet espace-temps découvert il y a déjà si longtemps, j’ai une expérience de pensée à vous soumettre. Le temps, la vitesse de son écoulement, si j’ai bien compris est chose tout à fait locale et relative. J’imagine, une tour bien ancrée dans la Terre, construite avec une résistance des matériaux telle qu’elle puisse accumuler un très grand nombres d’étages, pourquoi pas 100 000, elle dépasserait donc la stratosphère aisément… Le temps au Rdch se décalera par rapport au temps au dernier étage? Peut-être de quelques fractions de secondes (je ne saurais calculer), la rotation de la Terre impliquant une vitesse de déplacement (par rapport au centre de la Terre) du Rdch différente de cet étage (spatial et très haut!) où le temps s’écoulerait donc plus lentement… La montre du concierge se décalerait par rapport à l’habitant du haut de la tour. Pouvez-vous me confirmer que si il prenait l’ascenseur pour redescendre, il aurait vraiment voyagé dans le futur?
        Veuillez m’excuser si ce n’est que des bétises! Merci de m’avoir lu…

        Très cordialement,
        Benoît Trimborn (peintre et pianiste)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’eus le vertige et je pleurai car mes yeux avaient vu cet objet secret et conjectural dont les hommes usurpent le nom, mais qu’aucun homme n’a regardé : l’inconcevable univers. Jorge Luis Borges, L’Aleph (1949)