L’éruption cataclysmale du Changbaishan

Le volcan Changbaishan (nom chinois) ou Paektu (nom coréen, signifiant « montagne toujours blanche ») se situe à la frontière sino-coréenne et culmine à 2744 m. Ses alentours sont protégés par une réserve naturelle. Il entre régulièrement en éruption, la dernière fois en 1903. Mais il a présenté un regain d’activité plus récemment, en 2002-2005. Il est donc surveillé.

Il a été le siège d’une formidable éruption, datée entre les années 942 et 946. Celle-ci expulsa 96 km3 de cendres et autres téphras. La colonne éruptive monta jusqu’à 35 km de hauteur.

Nous avons pu le visiter récemment avec “80 jours voyages“ (Guide : Sylvain Chermette, Conseiller scientifique : Jacques-Marie Bardintzeff).

Il reste d’impressionnants dépôts d’ignimbrite soudés, érodés en piliers et traversés par des canyons.

Bardintzeff.SAM_5007

Les dépôts d’ignimbrites de l’éruption du 10e siècle du Changbaishan, sculptés en piliers dans le canyon de la « Forêt de roches volcaniques » (© J.M. Bardintzeff).

Les cendres ont été emportées vers l’Est (sud de la Russie, Japon) jusqu’à une distance de 1200 km et jusqu’à 120 km vers l’Ouest. Il en est résulté une caldeira sommitale de 4,5 km de diamètre et de 850 m de profondeur, occupée par le lac Tianchi (ce qui signifie « le lac céleste »), profond de 384 m. Cette éruption a eu un impact climatique. Elle apparaît du même ordre de grandeur que celle du Tambora en Indonésie, qui libéra 150 km3 en 1815.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *