Archives pour l'étiquette Gorona del Viento

El Hierro : 97 % d’EnR en juillet 2019 et 100 % d’EnR du 13 juillet au 7 août

L’article sera bref car l’important ce sont les faits et, cet été, Gorona del Viento, la centrale hydro-éolienne de l’île d’El Hierro aux Canaries, tourne très rond avec 97 % d’EnR (Energies Renouvelables) lors de l’ensemble du mois de juillet 2019, comme en 2018. S’y est ajoutés plus de 24 jours consécutifs de fonctionnement avec seulement des EnR. Cette période 100 % EnR sans interruption à l’échelle insulaire (avec une population qui, en été, dépasse les 10 000 habitants) a duré du 13 juillet 2019  jusqu’au 7 août et précisément pendant 24 jours, 20 heures et 21 minutes soit pendant 596 heures et 21 minutes. Le record précédent, daté de l’été de l’année 2018, était d’un peu plus de 18 jours consécutifs avec 100 % EnR pour l’île d’El Hierro dans sa globalité (du 15 juillet au 2 août pendant 18 jours, 9 heures et 3 minutes).

Rejet des eaux turbinées par la centrale hydraulique dans le réservoir inférieur de Gorona del Viento avant qu’elles ne soient pompées à nouveau afin de remonter à plus de 700 m d’altitude dans le réservoir supérieur, lors d’un excédent d’énergie éolienne. Ce circuit fermé d’eau fonctionne comme une pile ou une batterie hydro-électrique. C’est une STEP (Station de Transfert d’Energie par Pompage-turbinage) qui peut pallier aux pannes de vent pendant deux jours. El Hierro, Canaries. © A. Gioda, IRD.

Continuer la lecture

El Hierro : 56 % d’EnR en 2018 dans le mix énergétique de l’île

Sur l’île d’El Hierro aux Canaries la montée en puissance des énergies renouvelables (EnR) dans le mix ou encore le bouquet énergétique, limité à l’électricité,  se voit aisément dans les pourcentages suivants :

– année 2018, EnR 56,4 % versus énergie fossile (fioul) 43,6 % ;
– année 2017, EnR 45,3 % versus énergie fossile 54,7 % ;
– année 2016, EnR 40 % versus énergie fossile 60 % ;
– année 2015, EnR 30 % versus énergie fossile 70 %.

En chiffres, cela donne en 2018, pour les EnR (produites uniquement par la centrale hydro-éolienne locale), 23 656 MWh soit 17 % de plus qu’en 2017 et, pour les énergies fossiles (ici, le fioul lourd qui est visqueux, chargé en soufre et connu pour dégager, lors de sa combustion, beaucoup de CO2 et des gaz toxiques), 18 268 MWh soit une baisse de 21,9  %, toujours par rapport à 2017.

La photographie a été prise lors de la fin de la construction de la centrale hydraulique en 2013. On voit bien, au dessus de celle-ci et à gauche, les deux longs tubes verts : l’un celui de la conduite forcée, issu du bassin supérieur (invisible car situé 650 m plus haut), et l’autre utilisé pour le pompage de l’eau du bassin inférieur, ici encore vide. Gorona del Viento, El Hierro, Canaries. © A. Gioda, IRD.

Continuer la lecture

Tenerife et El Hierro : succès de la mission jeunes et voiliers de 2018

Quelques mots sont seulement nécessaires pour vous dire que la mission Tenerife et El Hierro 2018, avec sept jeunes et deux voiliers, s’est bien déroulée et qu’elle s’est  achevée le 3 novembre aux Canaries. Quelque vingt jours après ce retour à Montpellier, déjà de nombreux textes d’étape – une bonne dizaine – ont été rédigés, grâce à l’aide des deux professeures du Lycée Jean Monnet m’accompagnant : Dominique Chirpaz et Christine Genuist, et dont je donne volontiers les titres :  énergie photovoltaïque ITER sur Tenerife ; village bioclimatique ITER ; volcan El Teide toujours sur Tenerife ; astronomie El Teide ; journée en mer sur le Luna Blu en vue d’El Hierro ; protocole pour l’observation des oiseaux marins ; pêche durable dans les eaux d’El Hierro ; dessalement de l’eau de mer sur El Hierro ; l’autosuffisance de l’île d’El Hierro ; rencontre avec le créateur de la centrale hydro-éolienne d’El Hierro ; puffin de Scopoli dont notre groupe a recueilli un gros poussin le 31 octobre sur El Hierro ; oiseaux des Canaries ; Jardin Botanique de La Orotava sur Tenerife ; Tela Botanica et herborisation sur El Hierro ; et mots croisés  au sujet de la mission. Une cartographie des lieux à visiter avait été faite avant le départ et le programme d’études fut presque respecté, malgré deux coups de tabac subis par les équipages des voiliers entre Tanger et El Hierro dont la traîne de l’ouragan Leslie. Toutefois, place maintenant à quelques images du groupe lors de différentes visites sur l’île d’El Hierro.

Mission El Hierro 2018. Notre groupe photographié face au réservoir inférieur de Gorona del Viento. @ S. Locci pour Planète en commun sur Facebook.

Continuer la lecture

El Hierro : un mix énergétique de 45 % d’EnR en 2017 et de 61 % au premier semestre 2018

Voici le mix ou le bouquet énergétique de l’île d’El Hierro, aux Canaries, selon les informations de Tomás Padrón (le père de la centrale EnR Gorona del Viento). Par conséquent, ce ne sont pas des données officielles que je vous transmets. Toutefois, je pense que nous soyons fort près de la vérité car il est possible de suivre, quasiment en direct, la production électrique instantanée sur El Hierro ou plus exactement la demande et donc d’en faire l’intégrale, jour après jour. Une version pour téléphone portable est même disponible.
– année 2017 complète sur El Hierro : EnR 45,3 % versus énergie fossile (fuel) 54,6 % ;
– premier semestre 2018 : EnR 61,4 % versus énergie fossile (fuel) 38,5 %.
Dans le détail et toujours à l’échelle insulaire, le nombre d’heures à 100 % EnR croît régulièrement sur El Hierro, au fil des années.

El Hierro et îles durables : les EnR et les étudiants français et francophones

Le mouvement s’est accéléré et ainsi de nombreux jeunes français et francophones sont et vont allés étudier et travailler autour des énergies renouvelables (EnR) aux Canaries et en particulier sur El Hierro.
Ainsi la géographe martiniquaise Jessy Rosillette part ces jours-ci en voyage d’études sur l’île d’El Hierro pour sa thèse qui est encadrée par un centre de recherches de l’Université de La Réunion. Elle sera accompagnée de ses anciens Collègues de l’Université de Gran Canaria (ULPGC). Elle avait été précédée par un stagiaire guadeloupéen de l’Université des Antilles Axel Ibéné qui travailla plusieurs mois en 2015 chez Gorona del Viento, toujours sur El Hierro. Ce dernier vient d’achever ses études d’ingénieur en énergies renouvelables. Plus exactement à 24 ans,  Axel Ibéné a été major 2016 de la promotion des ingénieurs de systèmes énergétiques de l’Université des Antilles. Il avait intégré l’école d’ingénieur de Guadeloupe après sa licence de physique, obtenue à l’Université de Fouillole à Pointe-à-Pitre.

« Ce qui m’a plu, ce sont les enseignements divers et variés qu’on a pu avoir mais aussi l’intervention de professionnels du monde de l’entreprise. Au départ, je n’étais pas forcément le meilleur. Mais j’ai été épaulé par des camarades qui m’ont encouragé car je manquais de confiance en moi, et ça m’a boosté pour arriver à ce stade. » A.I.

Station de dessalement d’eau de mer de La Restinga, le plus souvent alimentée en grande partie par les énergies renouvelables et insulaires de la société d’économie mixte (SEM) Gorona del Viento. C’est l’une des trois unités de l’île. Port de La Restinga, El Hierro, Canaries. ©A. Gioda, IRD.

Continuer la lecture