El Hierro : un mix énergétique de 45 % d’EnR en 2017 et de 61 % au premier semestre 2018

Voici le mix ou le bouquet énergétique de l’île d’El Hierro, aux Canaries, selon les informations de Tomás Padrón (le père de la centrale EnR Gorona del Viento). Par conséquent, ce ne sont pas des données officielles que je vous transmets. Toutefois, je pense que nous soyons fort près de la vérité car il est possible de suivre, quasiment en direct, la production électrique instantanée sur El Hierro ou plus exactement la demande et donc d’en faire l’intégrale, jour après jour. Une version pour téléphone portable est même disponible.
– année 2017 complète sur El Hierro : EnR 45,3 % versus énergie fossile (fuel) 54,6 % ;
– premier semestre 2018 : EnR 61,4 % versus énergie fossile (fuel) 38,5 %.
Dans le détail et toujours à l’échelle insulaire, le nombre d’heures à 100 % EnR croît régulièrement sur El Hierro, au fil des années.
En effet, les ingénieurs et les techniciens d’Endesa et ceux locaux, maîtrisent mieux le fonctionnement de la centrale hydro-éolienne de Gorona del Viento. Ainsi, la société privée REE (Red Electrica Española qui joue le rôle de la RTE, qui est publique chez nous), en tant que gestionnaire du réseau de transport électrique, leur fait, de plus en plus, confiance en planifiant une part croissante des énergies renouvelables dans le mix.
– En 2014, soit à partir de juin quand fut inaugurée la centrale hydro-éolienne, les EnR ne fournirent jamais 100 % du mix.
– En 2015, pendant 2 heures et 1 minute, les EnR assurèrent 100 % de la production insulaire.
– En 2016,  durant 521 heures et 19 minutes, il en fut de même.
– En 2017, pendant 808 heures et 20 minutes, idem.

– Enfin au premier semestre de 2018, lors de 1 349 heures et 20 minutes, la production EnR  fournit 100 % de l’énergie insulaire.

Deux moulins à vent du parc éolien. Hauteurs de Valverde, El Hierro, avril 2016. © A. Pavageau, ENSAM/Club Jeunes IRD.

Est-ce que tout est parfait comme dans un monde réel qui ne l’est point ? Ici, parfait devrait être entendu au sens d’une île à 100 % EnR durant 100 % du temps. Non car, sur El Hierro comme ailleurs au-delà des effets d’annonces, c’est la recherche d’un meilleur mix ou bouquet énergétique qui domine, même si l’éloignement du monde des énergies fossiles est recherché tenacement. En espagnol, vous liriez l’analyse de Juan Pedro Sánchez, le vice-président de l’administration insulaire et membre du conseil d’administration de Gorona del Viento,  qui a accompagné, depuis 2006, toute la  gestation et les premières années de la centrale hydro-éolienne d’El Hierro.

Le réservoir inférieur de la centrale électrique hydro-éolienne avant sa mise en eau. Au second plan, le bâtiment abritant les quatre turbines hydrauliques. Mai 2015, El Hierro, Canaries. © A. Gioda, IRD.

En voici le suc, toujours en espagnol, mais il est aisé de le comprendre.

« Cualquier parque eólico que tenga más de 2 000 horas de viento al año es bueno. Hay parques de 4 000 y hasta de 7 000 al año (en Argentina), pero el nuestro [le parc éolien d’El Hierro] está entre los 2 000 et 3 000 horas de viento al año ».
« Con la actual infraestructura el 100% [con las energías renovables todo el año o sin interrupción] es un objetivo inalcanzable, se están haciendo estudios para ver por dónde se puede crecer más, se piensa en hacer mayor el depósito de abajo, porque se quedó pequeño, o hacer otro en paralelo al mismo nivel para aumentar su capacidad« .
Juan Pedro Sánchez deja claro que el objetivo sigue siendo el autoabastecimiento con energías renovables: « La forma en que vamos a llegar está por decidir. Pero el primer año la producción [de las energías renovables] fue del 30% [2015], el segundo un 40% [2016], el tercero [2017] el 47% [dato non oficial] y este año [2018] las previsiones son que pasamos del 70% ».

Dans tout monde insulaire, le mot d’autonomie (y compris énergétique) a une forte résonance, cela d’autant plus que cette indépendance économique est quasi impossible à atteindre. Sur El Hierro, le modèle économique choisi fait toutefois que 66 % des bénéfices (plus de 14 millions d’euros pour l’exercice 2016) de la société mixte d’électricité Gorona del Viento retombent sur l’administration insulaire, le Cabildo. Localement, cet argent représente plus de 9 millions d’euros (toujours pour l’exercice 2016).  Sa circulation, à l’échelle d’El Hierro, formera à court terme  un cercle vertueux, une fois les crédits, pris afin de bâtir la centrale hydro-éolienne, remboursés.
Bon vent à toutes et à tous !

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Size_comparison_child_in_wind_turbine_rotor_hub_without_blades_%28enercon_e-70%29.jpg
La carrosserie, abritant le moteur (Enercon de 2mW), d’une des cinq éoliennes du parc d’El Hierro, avant son montage sur le mât. © Eric Streb, 2012, Wiki Communs.

La photographie mise en avant a été prise lors du tournage, pour la chaîne Arte, du magazine Future Mag en décembre 2014. Belvédère du bassin supérieur de la centrale hydro-éolienne de Gorona del Viento, avec les éoliennes en contrebas. El Hierro, Canaries. © A. Gioda, IRD.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *