El Hierro : 54 % d’EnR en 2019 et une Espagne à 49 % d’EnR dans son mix

Le billet sera bref par définition car l’important ce sont les faits et, durant l’ensemble de l’année 2019, Gorona del Viento, la centrale hydro-éolienne de l’île d’El Hierro aux Canaries, a bien tourné, sans incident technique, fournissant  54 % d’EnR (Energies Renouvelables) dans le mix électrique de l’île des Canaries.


Néanmoins, voici ce que j’écrivais dans mon billet du 13 août 2019 sur ce blog :

« Un bémol toutefois, de façon générale. Bien que n’ayant pas encore les chiffres officiels pour les 6 premiers mois de 2019, il y aura certainement un recul sensible de la part des EnR dans le mix de l’île, par rapport à 2018, pour ce semestre. De façon anticipée, Tomás Padrón qui est le père de la centrale hydro-éolienne m’avait confié, au printemps dernier, que les tout premiers mois de 2019 avaient été caractérisés par la faiblesse du vent, chose normale à cette époque de l’an (panne des alizés) mais bien plus sensible cette année ».

Sur l’année, ce déficit de début d’année n’a pu être rattrapé complètement en 2019. Au total le mix électrique annuel d’El Hierro se décompose ainsi depuis 2015 :

– année 2019, EnR 54 % versus énergie fossile (fioul lourd) 46 % ;
– année 2018, EnR 56,4 % versus énergie fossile (idem) 43,6 % ;
– année 2017, EnR 45,3 % versus énergie fossile (idem) 54,7 % ;
– année 2016, EnR 40 % versus énergie fossile (idem) 60 % ;
– année 2015, EnR 30 % versus énergie fossile (idem) 70 %.
Au niveau national, les techniciens espagnols ont continué leurs efforts afin de développer les EnR durant l’année 2019. L’Espagne était quasiment à 50 % d’EnR (53 000 MW) quant à la capacité de son parc électrique comptant 108 000 MW installés. L’année dernière, 5 000 MW de renouvelables ont été raccordés dans le pays, dont 3 300 MW de nouvelles capacités photovoltaïques, 1 600 MW d’éolien, et les premiers 5 MW d’éolien offshore (au large des côtes de l’île de Grande Canarie). L’éolien demeure la première technologie EnR. Ces dernières ont atteint en 2019 49 % (+9 % par rapport à 2018) du mix électrique alors que la production totale – énergies fossiles incluses – s’est élevée à 264 843 GWh (- 1,5 % toujours par rapport à 2018). La part du charbon, le combustible le plus polluant, est passée à 5 % avec la plus forte chute (- 9 % par rapport à l’année précédente).

Démarrage de la première éolienne offshore, raccordée au réseau insulaire en Espagne en mars 2019, en face de la côte sud et  au large de l’île de Grande Canarie.
Politiquement, la COP25 de Madrid, organisée au pied levé par l’Espagne en décembre 2019, a montré au monde l’engagement de son gouvernement dans le secteur des énergies renouvelables pour abattre les émissions de CO2.
———————-
La photographie mise en avant montre la batterie de six pompes de 500 KW chacune sur les huit assurant le fonctionnement de la STEP (Station de Transfert d’Energie par Pompage-turbinage) d’El Hierro. Puissance totale des huit moteurs électriques : 6 MW incluant deux pompes de 1 500 KW chacune. Salle de la station de pompage. Avril 2016. Gorona del Viento, Llanos Blancos, El Hierro, Canaries. © A. Gioda, IRD.

 

4 réflexions sur “ El Hierro : 54 % d’EnR en 2019 et une Espagne à 49 % d’EnR dans son mix ”

    1. Bonjour,
      0,24 € TTC le Kwh soit plus cher qu’en France (0,18 € TTC contre 0,22 € en moyenne en Europe, chiffres de 2019) mais, sur les îles Canaries, on ne chauffe guère et la climatisation est assurée par les alizés. Néanmoins, en Espagne continentale, le niveau de vie est plus faible qu’en France donc le prix du Kwh pèse plus dans la corbeille des ménages car ils se chauffent et se climatisent plus qu’aux Canaries.
      Il est à souligner que le prix payé sur El Hierro par les ménages est le même que dans toute l’Espagne selon le système de la péréquation que l’on retrouve en France : le même prix si on est tout près d’une centrale et en ville, dans un habitat collectif, ou si on est éloigné d’un site de production et dans une zone d’habitat dispersé rural.
      C’est le même système de l’on retrouve pour les envois postaux.
      Pour connaitre le prix de l’électricité dans chaque pays, un bon site à l’échelle européenne est par ici et il est mis à jour pour 2019
      https://selectra.info/energie/guides/tarifs/electricite/comparaison-europe

    1. Voici une réponse partielle. Diesel et fioul lourd sont différents alors que diesel et fioul domestique sont très proches. Le fioul domestique (FOD) est issu de la même coupe que le gazole, c’est un combustible à faible viscosité. Le fioul lourd (FOL) est issu des coupes lourdes de la distillation du pétrole brut, c’est un combustible à plus haute viscosité.
      Selon le site http://www.fioulmarket.fr, la principale différence vient de la teneur en soufre. En effet le fioul lourd contient plus de soufre (principalement 1 %) que le fioul domestique (moins de 0,1 %). Il est également plus visqueux que le fioul domestique ; une viscosité de 30 cSt à 100° C (2000 cSt à 20° C) alors que le FOD a une viscosité de 7,5 cSt à 20° C. Il faut donc réchauffer le fioul lourd avant de l’utiliser. Il est aussi un peu plus dense ; une densité à 940-1050 kg/m³. Contre 830-880 kg/m³ pour le FOD. Une différence notable aussi sur la teneur en eau ; une teneur jusqu’à 0,6 % pour le FOL contre 0,002 % pour le FOD. Comme ces fiouls ne proviennent pas de la même coupe de distillation, il y a aussi d’autres différences sur les caractéristiques telles que le point éclair, la teneur en insolubles par exemple. Limiter l’usage du fioul lourd est donc essentiel, tout de suite.
      Sur le fond, les énergies renouvelables participent, de plus en plus, au mix électrique dans la plupart des pays. Elles ne visent pas à effacer toutes les autres. Le but premier de l’opérateur est d’avoir à sa disposition un bouquet d’énergies afin d’assurer la sécurité du réseau et la continuité d’un service indispensable (la fourniture d’électricité) pour éviter tout black out. Les énergies se panachent ainsi l’énergie nucléaire, chez nous, devrait être connue sous le nom d’hydro-nucléaire. Certaines centrales ne fonctionnent que quelques jours par an pour passer les pics de consommation, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *