RFI en replay

Aujourd’hui, 26/6/2017, sur RFI (Radio France Internationale), les volcans ont été à l’honneur de 16 h à 17 h (voir mon blog du 21/6/2017) : les différents types d’éruptions, les supervolcans, les plus beaux volcans de chacun des continents, un clin d’œil à Haroun Tazieff, un bonjour à mes amis africains en général et camerounais en particulier…

Réécouter l’émission sur :

http://www.rfi.fr/emission/20170626-pourquoi-volcans-grondent

Simon Rozé, animateur de l’émission, à gauche et Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue, à droite (© J.M. Bardintzeff, merci à Apolline Verlon-Raizon, réalisatrice de l’émission).

Mes choix musicaux :

Mark Knopfler, Punish the Monkey

Deep Purple, Child in time

2 réflexions sur “ RFI en replay ”

  1. Bonjour Jacques Marie,
    Merci de ce condensé de volcanologie bien réussi et très passionnant.
    Outre les grands évènements volcaniques anciens que vous citez, Yellowstone, Toba, Santorin, et qui auront considérablement modifié les équilibres planétaires naturels et humains, les plus récents, ceux qui encore aujourd’hui ont un impact sur notre vie actuelle : Tombora, Krakatoa et Laki, auront été si ce n’est d’égale importance volcanologique, tout aussi meurtriers que leurs ancêtres.
    Il manquait cependant à ce panel des éruptions récentes deux « éruptions mystère » dont celle du Samala (Mont Rinjani Lombok) qui a bien été mise en évidence récemment et aura comblé le « trou » de 1257. Par contre il en demeure encore une, datable de 1810 et légèrement antérieure à celle du Tombora et qui semble bien avoir également été cataclysmale. La recherche actuelle a-t-elle quelques pistes a indiquer ?
    Dans un autre ordre d’idées et, en question annexe, je ne parviens pas à comprendre ce que sont devenues les émissions volcaniques de ponce et de soufre, qui représentent parfois des volumes colossaux. Bien que faiblement assimilables par les acides aminés de la biosphère, le soufre doit bien se transformé en un autre élément, puisque l’on ne le retrouve pas vraiment, mais lequel ? Pour la ponce, comment peut-elle « couler » dans l’eau de mer aussi rapidement après avoir formé, comme récemment aux Kermadec un immense radeau ?
    Merci beaucoup
    Bien amicalement
    Pierre Chabat

    1. Cher Pierre,
      Le soufre peut se déposer à l’état natif (formule chimique S) jaune comme à Vulcano par exemple mais il se retrouve aussi dans les gaz (SO2 = dioxyde de soufre, H2S = hydrogène sulfuré) et dans les acides (H2SO4 = acide sulfurique).
      Les ponces, poreuses, finissent par s’imbiber d’eau et par couler.
      Oui, la mise en évidence de l’éruption du Samalas à Lombok en 1257 (Lavigne et al., 2013) a permis de résoudre une énigme.
      Grandes amitiés. Jacques-Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *