Vocation volcanologue

Je vous présente mon livre « Volcanologue. De la passion à la vocation » aux Editions Vuibert (2009) avec une préface de Michel Siffre. J’y raconte ma vie de volcanologue, sans détour.

Mon Avant-propos :

Régulièrement, des jeunes, garçons ou filles, m’écrivent des lettres et des e-mails touchants, déjà passionnés, car ils rêvent de devenir plus tard volcanologues. Ils m’avouent cependant ne connaître que le côté médiatique, spectaculaire et fascinant d’une profession qui semble riche en voyages et en aventures. Ils veulent en savoir plus : en quoi consiste donc exactement ce métier ?

C’est pour eux que j’ai décidé d’écrire ce livre. J’y raconte comment j’ai été moi aussi enfant puis adolescent, avec mes passions de jeunesse et, surtout, ma vocation précoce de volcanologue. J’y retrace mes études, longues et ardues, qui m’ont permis d’exercer plus tard le métier original que j’ai choisi. J’y dépeins mes joies, sans masquer pour autant les difficultés. À ces jeunes, je propose de m’accompagner pour un tour du monde magmatique, de cônes fumants en cratères béants.

Je leur souhaite à tous de réaliser leurs rêves et de vivre leur vocation. Puisse ce livre les y aider.

Feuilleter le livre -> www.calameo.com/read/0000158562c0450259be3

couv-finale:Couverture

Quelques extraits

Mon grand-père… organisait le dimanche des promenades pour nous faire découvrir notre région. Rapidement, ces randonnées prirent l’allure de véritables « expéditions ». Le déroulement en était parfaitement orchestré. Un point de rendez-vous était fixé, quelque part à la sortie de Grenoble. Toujours en avance, mon grand-père nous y attendait, béret sur la tête et piolet à la main, pronostiquant déjà un avis météo. Le cortège s’ébranlait. Papy et Mamy, dans leur 2 CV bleue, ouvraient la route. Parfois, mon parrain et ma tante y montaient également pour compléter l’équipée. La 2 CV grise suivait, avec mes parents, ma petite sœur et moi…

Rapidement, je fus promu, lors de ces promenades, au rang d’assistant-récolteur de mon grand-père. Je m’intéressais de plus en plus aux roches, minéraux et fossiles. Lui restait fidèle à ces plantes. Aussi on peut dire que nous nous étions en quelque sorte partagé le monde naturel : à lui le règne végétal, à moi le règne minéral.

 

Bardintzeff.1981.07.20 Brié chemin plat

En ballade, le 20 juillet 1981, avec mon grand-père, entre Brié-et-Angonnes et Vizille. Je rapporte dans mon sac à dos une dalle de schiste pour son jardin ; lui, a récolté quelques plantes (photo Denis Rey, © J.M. Bardintzeff)

Un matin, le professeur Brousse arrive tout excité. Il tient le dernier rapport mensuel de l’activité volcanique mondiale, édité à Washington par le Global Volcanism Network. Trois volcans en activité au Guatemala y sont décrits, certains ayant déjà fait des nuées ardentes. Pas d’hésitation, il faut y aller ! Sur l’atlas du monde, on découvre les contours de ce petit pays, situé dans l’isthme de l’Amérique centrale, au sud du Mexique, qui couvre une superficie égale au cinquième de celle de la France.

Bardintzeff.GUA 09.14 Fuego

Le Fuego en éruption (© J.M. Bardintzeff).

Le 3 janvier 1989, lorsque dans un hurlement de sirène, le Marion Dufresne quitte le port de Saint-Denis de la Réunion, m’emmenant à son bord vers les Terres australes, je suis bien conscient de vivre l’une des grandes aventures du XXe siècle.

Bardintzeff.KER 13.21 manchots+JM

À Kerguelen, les manchots royaux sont d’une charmante compagnie (© J.M. Bardintzeff).

Je découvre la grande caldeira de Rabaul, large structure volcano-tectonique. Envahie par la mer, elle mesure 12 km de long et 9 km de large, pour une profondeur atteignant 300 m… Le Tavurvur, qui s’est réveillé en février 1995, est toujours très actif (en août 1996). Il libère toutes les deux minutes un panache, tantôt blanc car riche en vapeur d’eau, tantôt noir car contenant des cendres en abondance. Nous traversons la caldeira dans un petit bateau à moteur et débarquons au pied du volcan.

Bardintzeff.PNG 2.21 Tavurvur

Explosion au Tavurvur, volcan situé au bord de la caldeira de Rabaul, en Papouasie – Nouvelle-Guinée (© J.M. Bardintzeff).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *