Archives pour l'étiquette énergies renouvelables

El Hierro et les Canaries : les ENR et la formation des jeunes en sciences

La société Gorona del Viento qui gère la centrale hydro-éolienne d’El Hierro (Canaries) a fait le bilan de son année 2015 et l’a mis en ligne (en espagnol). Au-delà de l’auto-satisfaction (assez compréhensible quand on est cause et partie mais qu’il est toujours facile de recadrer par la production électrique qui est connue au temps T*), il est mis l’accent sur le tourisme scientifique avec l’attraction principale des énergies renouvelables (EnR). Le plus important est que cette forme de tourisme – du point de vue des îliens – passe par la participation de jeunes notamment  grâce à des conventions avec les Allemands de Berlin, l’Université des Antilles avec la venue de leur étudiant Axel Ibéné pour un stage et de celle de la jeune architecte Joanne Rasse de Rabat, elle aidée par une bourse liée au CNAM de Paris. La venue des lycéens, étudiants et jeunes professionnels se justifie aussi par la beauté des paysages, façonnés par l’homme et la nature qui a fait pousser un nouveau volcan sous-marin quelques kilomètres de l’île et qui a donc permis de créer un nouveau Géoparc de l’Unesco en 2014 (en espagnol).

El Hierro. Las Playas. Cliché : A. Gioda, IRD.
El Hierro. Las Playas. Cliché : A. Gioda, IRD.
L'affiche de Renisla reprend et interprète une photographie de quatre moulins du parc du l'île (qui en compte cinq), dans le brouillard qui est la signature du paysage météorologique de l'île. Affiche : Cabildo de El Hierro.
L’affiche reprend et interprète une photographie de quatre moulins du parc du l’île (qui en compte cinq), dans le brouillard qui est la signature du paysage météorologique de l’île. Affiche : Cabildo de El Hierro.
 Je continuerai ce filon de la formation en 2016.
a) Ainsi, ai-je préparé dès septembre dernier, en tant que conseiller scientifique du club JRD El Hierro, la venue du groupe comprenant dix élèves du Lycée Jean Monnet de Montpellier et un étudiant de l’Ecole d’Architecture, toujours de cette ville. Ce projet scolaire est mené entre autres avec le support du Service Educatif de l’IRD France-Sud (Mme Muriel Tapiau) et ce voyage d’études serait fin avril-début mai avec deux professeurs du Lycée Jean Monnetoui, le grand Européen – de Montpellier : Mmes Dominique Chirpaz et Christine Genuist qui développent un enseignement sur le terrain.
b) De leur part et en parallèle, les gens de l’île, grâce au directeur de l’IES Garoé (le Lycée d’El Hierro) qui est aussi professeur d’allemand, montent un projet assez proche qui serait “ labeliséErasmus+ avec des jeunes Allemands, Lituaniens et Turcs. Ce projet couvrirait les trois prochaines années. Nous étudierons la possibilité de joindre ces deux actions a) et b) avec l’idée centrale de faire sortir des jeunes lycéens d’El Hierro de leur île afin de mieux connaître le Monde et de faire partager leurs acquis en écologie appliquée.
c) Toujours en parallèle, les élèves avancés de SupAgro de Montpellier feront leur voyage final d’études sur El Hierro dès fin février-début mars, avec les Prof. Carole Sinfor de l’Inra et Gabriel Santos Garcia de l’Université publique de La Laguna (ULL, île de Tenerife, Canaries).
d) J’encadre, à distance et en partie, deux élèves pour le concours des Classes Préparatoires avec un TIPE (Travail d’Initiative Personnelle Encadré) autour d’El Hierro et les énergies renouvelables.
e) Enfin, j’aide à achever, en tant que membre pressenti du Comité scientifique, le projet Erasmus+ appelé “Afreqen” du CNAM de Paris et du Cirad de Marrakech qui aura un fort volet énergies renouvelables avec le savoir-faire des Collègues de l’ULL (Université de La Laguna) de l’île de Tenerife aux Canaries. Le projet sera déposé à Bruxelles début février.

Beaucoup de projets et donc de rêves mais basés sur les réussites de jeunes que j’avais eu le plaisir d’aider tels Marie Guyon avec son attrape-brouillard portable, Mathieu Labour maintenant ingénieur chez Urbasolar et, l’an dernier, Joanne Rasse et son voyage d’études en architecture et énergies renouvelables sur El Hierro où il a rencontré beaucoup d’échos (en espagnol).

Hybride moto-vélo 100% électrique fabriqué au Pôle électrique d'Alès (Gard) et régulièrement commercialisé. Cliché : A. Gioda, IRD.
Hybride moto-vélo 100% électrique fabriqué au Pôle Mécanique d’Alès (Gard) et régulièrement commercialisé. Stand : Mostra Verte 2015 de Perpignan. Cliché : A. Gioda, IRD. PS : je n’ai aucune relation avec la société SEV qui produit l’Etricks.
 * Chaleur et panne de vent fréquente caractérisent la fin de 2015 et le début 2016 sur El Hierro mais aussi sur toute l’Europe du Sud et l’Afrique du Nord où la situation anti-cyclonique perdure. Une part de ce phénomène est à lier au très fort phénomène El Niño en cours.

El Hierro, Madère, Samso, les Orcades et l’Islande : “îles du futur” sur Arte

El Hierro et Madère la portugaise, sans compter d’autres terres telles l’Islande, Samso au Danemark et les Orcades au Royaume-Uni font l’objet de documentaires de près d’une heure chacun sur Arte dans la série allemande “Les îles du futur”. J’ai mis allemande volontairement parce que j’avais travaillé à un autre documentaire sur El Hierro de 15 minutes diffusé pour la première fois en  février 2015  sur Arte, encore une fois, mais par la branche française.

J’ouvre une parenthèse entre nous. C’est un film qui s’est développé du côté allemand en parallèle avec celui d’Elodie Fertil, les deux toujours destinés à Arte et en profitant du caractère polycéphale de cette maison. C’est dit de façon fort alambiqué mais en fait rien n’avait été fait pour que l’information circule mieux car je visais à obtenir deux films et ainsi deux approches différentes. De plus, les films sont si compliqués à monter puis à réaliser qu’il vaut mieux se taire car c’est vraiment une mécanique de précision : ainsi le montage de celui diffusé sur la BBC, en octobre 2015 et filmé en avril, fut complexe à cause de la lourdeur du matériel embarqué et de l’équipe sans compter le problème des drones pour filmer. Le taux de mortalité des projets de films est très élevé et il vaut mieux donc tous les incuber. Refermons cette parenthèse.

Les deux films sur El Hierro et Madère (Portugal) de la série “Les îles du futur” présentent l’importance des STEP (les Stations de Transfert d’Energie par Pompage et turbinage ) hydrauliques, une technique robuste et éprouvée de stockage d’énergie depuis la fin du XIXème siècle dans les Alpes suisses et italiennes.  La STEP est une bonne et économique technique pour pallier à l’intermittence des énergies renouvelables tels le vent et le soleil.

 

Ma COP21 : du global (Pakistan) au local (Languedoc-Roussillon)

“Ma COP21 à  moi”, comme disent les jeunes, a été de la préparer un peu, avec une mission officielle au loin, et de l’animer en France particulièrement au niveau local. Ce fut fait surtout en Languedoc-Roussillon, grâce à une série de manifestations à partir de septembre 2015, mais j’ai pu participer à d’autres événements en Bretagne et à Paris. Un grand merci à tous celles et ceux qui m’ont invité et fait confiance.
La mission de préparation à la COP21 à été menée en mai dernier avec l’Ambassade de France à Islamabad au Pakistan et plus particulièrement à Faisalabad. Ce pays est très important car il compte près de 200 millions d’habitants. C’est le second, quant à sa démographie, du monde islamique après l’Indonésie. Son élite intellectuelle est bien formée et d’ailleurs la Pakistanaise Malala Yousafzai vient d’être la plus jeune Prix Nobel de tout les temps en  2014. Pour ce qui nous concerne, le Pakistan est assez fort émetteur de gaz à effet de serre du fait de son poids démographique même si, rapporté à sa population, c’est un très faible responsable du réchauffement climatique. Toutefois, le Pakistan a créé un Ministère du Changement Climatique et a remis sa feuille de route pour la COP21. Dans ce cadre, j’ai été aussi invité par des universités d’Islamabad dont le COMSATS. La réalisation emblématique dans le domaine des énergies renouvelables au Pakistan reste sa toute nouvelle centrale solaire géante dans la région du Penjab dite Quaid-e-Azam à Bahawalpur qui a été financée en partie par la coopération chinoise. La puissance en crête de la centrale devrait être à terme de 1000 mW. Continuer la lecture

Monde : Dossier Climat/COP21 de “Pour la Science”/Forum du CNRS

Une partie du Dossier Climat du magazine “Pour la Science”,  dans le cadre d’un partenariat avec le Forum du CNRS 2015, se présente en libre accès sous une forme numérique. Ce Dossier n°89 sera en vente, dans son intégralité, à partir du 7 octobre et jusqu’en décembre afin de coller à l’actualité de la COP21 soit la 21ème Conference of the Parties de Paris (Parties est à comprendre, en français, comme Etats signataires en 1997 du Protocole de Kyoto pour la réduction de l’émission des gaz à effets de serre ).

Deux exemplaires de la limousine 100% électrique de marque Tesla. Mostra Verte de Perpignan, 18-19 septembre 2015, ici photographiées dans le Conservatoire du littoral de Saint-Cyprien. Cliché : A. Gioda, IRD.
Deux exemplaires de la limousine 100% électrique Tesla (dont un taxi de ville) dans le Conservatoire du littoral de Canet-Saint Nazaire (Pyrénées-Orientales). Mostra Verte, Perpignan, 18-19 septembre 2015. Cliché : A. Gioda, IRD.

Continuer la lecture

El Hierro et Sein : sur France Inter et Europe 1 pour la COP21

Avec la proximité temporelle de la COP21, les exemples de réussite vers la transition énergétique, afin de contenir la hausse de +2°C au niveau de la Terre, sont recherchés et mis en avant.
Ainsi le magazine de grande écoute, car émis de 9 h 10 à 10 heures tous les dimanches, “Interceptionde France Inter a été consacré le 20 septembre à l’exemple d’El Hierro. Il s’est conclu par une interview du sénateur de Bretagne Joël Labbé autour du projet de l’Ile de Sein IDSE Energies qui s’en réclame.

Eoliennes citoyennes à Plélan-le-Grand, Ile et Vilaine, Bretagne. Parc éolien de Brocéliande Energies Nouvelles. Cliché : A. Gioda, IRD.
Base d’une éolienne citoyenne de Plélan-le-Grand, à 30 km à l’ouest de Rennes, en Bretagne. Parc éolien de Brocéliande Energies Nouvelles dirigé par Patrick Saultier, le  porteur du projet Ile de Sein Energies (IDSE). Cliché : A. Gioda, IRD.

Continuer la lecture

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Size_comparison_child_in_wind_turbine_rotor_hub_without_blades_%28enercon_e-70%29.jpg

El Hierro : les 100 % EnR atteints le 9 août pendant 2 heures

Une belle photographie d’Erik Streb, généreusement mise sur Wikipedia Communs, ouvre cet article festif. Elle montre, sur El Hierro, la partie centrale – pour les techniciens, le hub – d’une éolienne de la famille des 2 MW (2,3 MW en crête), avant son montage. La photographie avait été prise en janvier 2012 et cette éolienne, l’une des cinq du parc, avait été montée le mois suivant.
Le 9 août 2015 la STEP (Station de Transfert d’Energie  par Pompage et turbinage) hydro-éolienne a assuré, pendant deux heures entre 12 h 30 à et 14 h 30, 100 % de l’électricité insulaire – pour les 8 000 habitants permanents d’El Hierro et des milliers de touristes estivaux – à partir des énergies renouvelables, locales et citoyennes.
Cela s’est passé le samedi 9 août 2015 (il est toujours possible de connaître au temps T la production électrique insulaire  et aussi de revenir en arrière sur ce tableau de bord, comme sur un compte bancaire, en cliquant, en bas à gauche, sur le logo du tout petit calendrier puis sur ” Ver fecha “).
Je scrute la production de l’électricité d’El Hierro, en liaison avec le concepteur de la centrale hydro-éolienne. Ce dernier la suit également avec le technicien ayant porté le chantier jusqu’à son démarrage et il m’avait averti du passage à 100 % EnR. Je la connais finement grâce au réseau électrique espagnol (en anglais).  Deux choses sont importantes à mes yeux : apprécier la transparence offerte par le réseau ; et ne pas se focaliser sur la disparition quasi-immédiate du fioul car, d’abord, il faut un bon mix dans lequel la part des énergies fossiles va diminuant. Continuer la lecture

El Hierro : Ségolène Royal et le SER priment en 2015 son modéle d’ENR

Le 12 février à l’Unesco Ségolène Royal, la ministre française de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, a remis le Trophée 2015 des EnR (Energies Renouvelables) à Monsieur Alpidio Armas, le président de l’administration insulaire d’El Hierro et de sa novatrice centrale hydro-éolienne. Voici également une version de cet événement en espagnol.
C’est le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) et plus précisément Jean-Louis Bal et son équipe qui avaient proposé le choix de distinguer la communauté d’El Hierro, représentée par son président élu, et ils organisèrent la manifestation du 12 février. Y participèrent des personnalités tels le Prix Nobel 2007 Rajendra Pachauri, l’Académicien Erik Orsenna, la navigatrice Isabelle Autissier, le climatologue et membre du GIEC Jean Jouzel, le pilote de “Solar Impulse” Bertrand Piccard… Le Premier ministre Manuel Valls avait inauguré le Colloque du SER fort tôt tandis que l’écrivain Erik Orsenna de l’Académie Française a animé les débats.
Beaucoup de choses, d’intérêt et de gens importants pour El Hierro qui est un petit exemple d’écologie participative et de la quête des 100% EnR. Finalement, au sein des grandes et moyennes entreprises qui constituent l’ossature du SER, la remise du trophée 2015 des EnR à une île de 8 000 personnes, représentée  par son élu et aussi son gestionnaire (y compris dans le domaine électrique), est un hommage à la différence.
J’ai été heureux avoir été associé à ce Trophée, en tant que go-between entre le SER et l’administration insulaire, avec Cristina Morales de Gorona del Viento, la société électrique d’El Hierro.

Tchad et réfugiés du Darfour : la solution des cuisines solaires

L’écologie toujours et une bonne parole en ces temps festifs de fin d’année.
L’usage des énergies renouvelables est pour tous, même les pauvres parmi les pauvres, avec la plus ancienne des énergies : celle du soleil.
De nos jours, au Tchad dans les camps de refugiés du Darfour,  plus de 130 000  personnes (libérées de l’achat de bois de chauffe) peuvent compter sur les cuisines solaires (vidéo en français).
Un agrométéolorogue devenu un Ami et un modèle, dusse-t-il en rougir, Derk Rijks lutte efficacement par ce moyen contre la pauvreté, accessoirement contre la désertification (en prévenant la coupe du bois) et indirectement il contribue à limiter le réchauffement climatique.

Ensemble de cuisines solaires installées au Tchad. © ww.SolarCooking.org

Je voulais vous parler de cette avancée dans le domaine des énergies renouvelables, à toutes celles et à tous ceux qui veulent bien suivre ce blog, avant de vous adresser mes souhaits pour une Grande Année 2015.

P.S. : plus proche de nous et de manière sans doute moins satisfaisante, le faible coût à la pompe du super-éthanol (essentiellement de l’alcool issu de la betterave sucrière) en France intéresse les conducteurs à faibles revenus : véhicules hors garantie constructeur et absence de crainte de casser un moteur largement amorti et aussi fortement polluant avec le carburant traditionnel. De plus, l’usage du super-éthanol distribué par plus de 500 pompes, localisées surtout dans le Sud de la France, a créé un filière industrielle de 20 000 personnes largement exportatrice.

Mise en place d’une cocotte dans une cuisine solaire. © www.SolarCooking.org

 

Ile de Sein : un enjeu énergétique et de gouvernance

L’île de Sein au large du Finistère est minuscule (0,58 km2 et moins de 200 habitants permanents) mais elle représente un enjeu important pour la transition énergétique en France métropolitaine.
D’abord, l’île de Sein est fort connue pour l’attitude héroïque de ses hommes pendant la Seconde guerre mondiale où il représentèrent quelques jours, juste après l’Appel du 18 juin 1940, “le quart de la France” (avec un peu plus de cent soldats) des maigres bataillons de la France Libre, selon les mots attribués au général de Gaulle. Ensuite, l’île est aussi connue pour la force des éléments naturels dont la pluie, les tempêtes et donc les nombreux naufrages qui sont survenus sur la Chaussée de Sein malgré une batterie des quatre phares implantés dans sa zone maritime. Continuer la lecture

Renisla 2014 et Unesco : Les ENR et “la Déclaration d’El Hierro”

Disponible en anglais, la Déclaration d’El Hierro est datée du 26 juin 2014. Elle est un bref appel, visé par l’Unesco, afin que les îles non interconnectées soient à même de fonctionner à 100% avec les ENR (énergies renouvelables) . Peut-être et même certainement, cela n’est pas possible partout mais il était important d’exprimer cet appel sur l’île d’El Hierro et dans un archipel, celui des Canaries (blog en espagnol).

Photo de groupe des particpants sur El Hierro à la Déclaration homonyme. Cliché : Unesco.
Le groupe des participants sur El Hierro à la Déclaration homonyme. Cliché : Unesco.

Comme bien souvent dans les organisations internationales et dans l’administration, l’amour des sigles, plus ou moins obscurs, règne et cela peut gêner la diffusion d’une bonne initiative. Renisla 2014 est pour The Renewable Energy Islands Forum sur El Hierro tandis que Renforus Initiative est pour Renewable Energy Futures for UNESCO Sites.

L'affiche de Renisla reprend et interprète une photographie de quatre moulins du parc du l'île (qui en compte cinq), dans le brouillard qui est la signature du paysage météorologique de l'île. Affiche : Cabildo de El Hierro.
L’affiche de Renisla reprend et interprète une photographie de quatre moulins du parc du l’île (sur un total de cinq), dans le brouillard qui est la signature du paysage météorologique de l’île. Affiche : Cabildo de El Hierro.