La Montagne de feu en Azerbaïdjan

L’Azerbaïdjan renferme de nombreuses curiosités géologiques et archéologiques. Un voyage exceptionnel y a été organisé par « 80 jours voyages » du 24 au 31 octobre 2015 (Guide : Sylvain Chermette, Conseillers scientifiques : Jacques-Marie Bardintzeff, volcanologue et Michèle Chermette, archéologue).
Le sous-sol de l’Azerbaïdjan regorge d’hydrocarbures. Le pétrole y est connu et utilisé depuis la plus haute Antiquité. Aujourd’hui, ce pays est le vingt-deuxième producteur de pétrole du monde, avec 1,1 % (terrestre ou marin « offshore » dans la mer Caspienne) de la production mondiale. Les gisements se situent dans le bassin sédimentaire du centre du pays où s’écoule la rivière Koura (Kür), entre le Grand Caucase au nord-est et le Petit Caucase au sud-ouest.
Une partie du gaz (méthane) s’échappe en surface et, parfois, s’enflamme. À une trentaine de kilomètres au nord de la capitale Bakou, dans la péninsule Absheron, se trouve Yanardag, la « Montagne de feu ».

Bardintzeff.SAM_3634.Yanardag

Yanardag, la « Montagne de feu » (© J.M. Bardintzeff).

Sur le flanc de celle-ci, des flammes, d’un mètre de haut, sortent d’une fracture longue de 5 à 6 mètres. Ce phénomène perdure depuis plusieurs siècles, voire millénaires.
Non loin, Ateshgah, le « Temple du feu » a été édifié autour d’une torchère naturelle. Deux autres monuments de ce type ont existé dans les environs par le passé mais ont été détruits au XIXe siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *