La centrale géothermique de Wairakei, Nouvelle-Zélande

La géothermie est l’exploitation de la chaleur du sous-sol. On parle aussi d’énergie géothermique (voir mon blog des 1/12/2016, 9/2/2019, 6/5/2019, 11/5/2019).

La centrale géothermique de Wairakei en Nouvelle-Zélande, fonctionnelle depuis 1958, a été l’une des plus importantes du monde. Elle se situe à 8 km au nord de la ville de Taupo, bordant le lac du même nom (voir mon blog du 19/6/2020). Près de 300 forages y ont été réalisés sur un champ de 20-25 km2, pour capter la vapeur d’eau à 230-260 degrés vers 2 km de profondeur. Cette vapeur fait tourner des turbines pour fabriquer de l’électricité. Elle fournissait une puissance de 175 MW.

En 2014, le relais a été pris par la centrale géothermique de Te Mihi, de puissance équivalente, située à 4 km au nord-ouest.

La centrale géothermique de Wairakei en Nouvelle-Zélande, fonctionnelle, en 2009 (© J.M. Bardintzeff).

La centrale géothermique de Wairakei en Nouvelle-Zélande, en 2009 (© J.M. Bardintzeff).

Une autre centrale importante existe dans cette même région : Ohaaki-Braadlands. La Nouvelle-Zélande est ainsi le quatrième pays producteur de géothermie dans le monde, après les États-Unis, l’Indonésie, les Philippines. En 2018, la Nouvelle-Zélande a produit 1005 MW par géothermie (source : Wikipédia).

La centrale géothermique de Wairakei en Nouvelle-Zélande, en 2009 (© J.M. Bardintzeff).

La centrale géothermique de Wairakei en Nouvelle-Zélande, en 2009 : une « tuyauterie » complexe ! (© J.M. Bardintzeff).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *