Les volcans de France métropolitaine

Un volcanisme important s’est manifesté en France métropolitaine, dans le quart sud-est du pays, au cours des ères Tertiaire et Quaternaire. Il s’agit des fameux « Volcans d’Auvergne » (bien que ceux-ci débordent en fait de l’Auvergne et atteignent la Méditerranée !) Dans le détail, on distingue 17 provinces volcaniques. Les premières activités se sont manifestées dans le Charolais (Bourgogne) dès le tout début de l’ère Tertiaire, il y a 65 millions d’années.

Le Cantal, de forme elliptique, se situe au centre de l’Auvergne. Il mesure 70 km de l’ouest à l’est et 50 km du nord au sud : c’est le plus grand volcan d’Europe, à égalité avec l’Etna. Il a du mesurer jadis plus de 3500 m de haut. Le massif culmine aujourd’hui à 1854 m au Plomb du Cantal. Son activité s’est terminée il y a 3 millions d’années. Il est donc éteint.

Bardintzeff.17 puy Mary

La silhouette pyramidale du Puy Mary (1785 m) dans le massif du Cantal (© J.M.Bardintzeff).

Géographiquement, on peut distinguer trois domaines volcaniques :

– vers le Nord, on rencontre trois massifs :

* Le Cézallier, dont l’activité a débuté il y a 8 millions d’années, éteint lui aussi, culmine au signal du Luguet (1551 m).

* Le Mont-Dore ressemble à un petit frère du Cantal : son activité s’est manifestée entre 5,5 millions d’années et 230000 ans. Il est donc considéré lui aussi comme éteint.

* La chaîne des Puys, située près de Clermont-Ferrand, est un alignement volcanique de 40 km de long et de 3 à 4 km de large, constitué de plus d’une centaine de petits édifices volcaniques. Il s’agit essentiellement de cônes, tel le puy de Côme. On dénombre aussi une dizaine de dômes tel le puy de Dôme, point culminant de la chaîne avec 1465 m. On connaît aussi quelques cratères d’explosions, appelés maars, parfois occupé par un lac (Gour de Tazenat). La chaîne des Puys est candidate (2014) au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Son activité a débuté il y a 95000 ans. Le paroxysme s’est situé il y a 10000 à 8000 ans. D’autres volcans, encore plus récents, se situent à 20 km au sud de la chaîne des Puys (lac Pavin) : les dernières éruptions de 6000 ans seulement.

Bardintzeff.AUV 2007.08.18-20 Come

Vue aérienne de la chaîne des Puys avec le cône du puy de Côme (1252 m) au premier plan (© J.M.Bardintzeff).

– vers le Sud, se succèdent l’Aubrac, le volcanisme dispersé des Causses, l’Escandorgue et le cap d’Agde.

– vers le Sud-Est, s’étendent :

* Le Devès, a commencé à se mettre en place il y a plusieurs millions d’années et a terminé il y a quelques centaines de milliers d’années. Il consiste en de vastes coulées de lave (superbe coulée prismée de Chilhac) et environ 150 petits cônes. On dénombre aussi une trentaine de maars, tels ceux occupés par les lacs du Bouchet et d’Issarlès.

Bardintzeff.AUV.28.Chilhac

Les orgues volcaniques de Chilhac (Haute-Loire) (© J.M.Bardintzeff).

* Le Velay, dont l’activité a débuté il y a 14 Ma et s’est poursuivi jusqu’à moins de 2 Ma. La ville du Puy-en-Velay est célèbre pour ses pitons rocheux volcaniques : le rocher Saint-Michel d’Aiguilhe et le rocher Corneille.

* Le Vivarais en Ardèche correspond à un volcanisme très récent (dernière activité datée de moins de 30 000 ans). On y retrouve donc des morphologies volcaniques très fraîches, telles le maar de la Vestide du Pal et le suc de Bauzon.

* Les Coirons sont situés dans le département de l’Ardèche, sur le bord ouest de la vallée du Rhône. Il s’agit d’un plateau basaltique résultant d’un volcanisme assez ancien (6-7 millions d’années).

La plupart des « volcans d’Auvergne », âgés de plus de 100 000 ans sont considérés comme éteints. Par contre, la chaîne des Puys et, dans une moindre mesure, le Vivarais, ont manifesté une activité relativement récente à l’échelle géologique. Sans recul suffisant, il est impossible de savoir s’ils sont « éteints » ou simplement « endormis ». Un « réveil » futur n’est pas exclu mais n’est pas d’actualité (aucun signal anormal enregistré).

Pour en savoir plus : la rubrique « Quid » de la Société Géologique de France

www.geosoc.fr/risques-naturels-volcanisme-seismicite/725-quel-est-l-age-des-dernieres-manifestations-volcaniques-en-france-metropolitaine.html

2 réflexions sur “ Les volcans de France métropolitaine ”

  1. Bonjour Jacques-Marie,
    Une première concernant ma participation sur ton blog !!!
    Etant originaire de la région Auvergne, j’entends différentes versions au sujet du volcanisme de la chaîne des puys depuis quelque temps. J’aimerais avoir ton point de vue.
    1- « Ce volcanisme serait à l’origine d’un point chaud ». Personnellement étant allée à Hawaï, il me semble que nous ne sommes pas du tout dans la configuration d’un point chaud d’après ce que j’ai pu observer sur place là-bas.
    En résumé, j’ai toujours appris que le volcanisme de la chaîne des puys est né suite à la formation des Alpes. Celle-ci aurait engendré la formation de fractures par lesquelles le magma aurait pu s’injecter et ainsi mettre en place l’ensemble de la chaîne des puys.
    2- « La chaîne des puys ne serait pas constituée de volcans monogéniques »
    Il se dit que la chaîne des puys serait en fait un stratovolcan. J’ai été fort étonnée mais la volcanologie étant une science récente, on en apprend tous les jours sur les volcans… Si je compare le stratovolcan du massif du Sancy à la chaîne des puys, il est vrai que cela porte à douter sur cette hypothèse. Mais il est vrai que le massif du Sancy (plus ancien) a connu une érosion « glaciaire » entre autre tandis que la chaîne des puys n’est pas du tout dans la même configuration et sa formation est beaucoup plus récente, donc elle n’a pas connu le même type d’érosion. Je ne sais pas si mon raisonnement « tient » la route mais ce sont les premières observations qui me sont venues en tête.
    Saurais-tu nous éclairer là-dessus ?
    Amitiés.
    Nathalie

    1. Chère Nathalie, Merci pour ton intérêt et bienvenue sur mon blog !
      1. Effectivement, l’origine des volcans d’Auvergne dans leur ensemble est discutée. On y retrouve à la fois des affinités de rift et de point chaud.
      La première activité remonte à 65 Ma, au début de l’Éocène (en Bourgogne). Le plongement de la plaque eurasienne sous la plaque africaine, au niveau des Alpes, se traduit par une extension à l’arrière, un début de déchirure et un volcanisme dispersé au niveau de la Limagne, du Forez mais pas au niveau de la Bresse. La tectonique (subduction) entraîne la distension et la formation de rifts. On parle de rifting « passif ».
      Du Miocène supérieur au Présent, une remontée (convection) asthénosphérique provoque un volcanisme significatif associé à un bombement lithosphérique, qui accentue le phénomène de rifting, qualifié alors de rifting « actif » (le bombement lithosphérique induit la tectonique d’ouverture).
      Actuellement, on note aussi un flux thermique de 105 mW.m-2, supérieur de 25-30 mW.m-2 à la moyenne, et une anomalie gravimétrique de Bouguer négative. Un point chaud serait alors également mis en évidence et sa géométrie précisée par tomographie sismique : il s’agit d’une anomalie thermique positive de 200 °C, d’un diamètre relativement faible de 200 km.
      (J’en parle davantage avec les références scientifques dans mon livre « Volcanologie », 4e édition, Dunod, 2011).

      2. Oui les volcans de la chaîne des Puys sont typiquement monogéniques. Chacun d’eux n’a fonctionné qu’un temps très cours (semaines, mois, années).
      Par contre, le Cantal et le Mont-Dore sont de véritables strato-volcans.
      Bien amicalement. Jacques-Marie 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *