Marcher sur un fond océanique à Oman

Oman est un haut lieu de la géologie car il est possible de marcher « à pieds secs » (ou presque !) sur un fond océanique… vieux d’environ 100 millions d’années.

En effet, la « Nappe de Semail », longue de 500 km et large de 50 à 100 km, est un fragment de lithosphère océanique transportée (on dit « obductée ») sur le continent lors du rapprochement de l’Iran et de l’Arabie au Crétacé supérieur.

Dans le Wadi (oued) Jizi, on trouve des roches vraiment étonnantes…

Bardintzeff.Oman.9035

Laves basaltiques en « oreillers » (« pillow lavas ») dans le Wadi Jizi, témoin d’une ancienne croûte océanique, appelée « ophiolite » (© J.M. Bardintzeff).

Bardintzeff.Oman.8981

J.M. Bardintzeff observe des basaltes en « oreillers » (« pillow lavas ») dans le Wadi Jizi (© J.M. Bardintzeff).

Non loin de là, dans le Wadi Sahali, la colline de Zuha, résulte de l’accumulation de sulfures par des fumerolles sous-marines à 400 degrés : c’est un « fumeur noir » comme on en observe aujourd’hui au niveau des dorsales médio-océaniques.

Bardintzeff.Oman.9100.Zuha

« En rouge et noir » : le « fumeur fossile » de Zuha (© J.M. Bardintzeff).

 

Bardintzeff.Oman.9084.Zuha

Un dromadaire géologue, vivement intéressé par le fumeur noir de Zoha (© J.M. Bardintzeff).

On appelle ces ensembles de roches sous-marines des « ophiolites ». On en connaît aussi à Chypre (voir mon article du 7 février 2014 dans ce blog) et dans les Alpes.

2 réflexions sur “ Marcher sur un fond océanique à Oman ”

  1. Merci pour ces photos documentées.
    Qu’elles soient lentes ou rapides, actuelles ou anciennes, les dorsales et leur cortège ophiolitique ravissent l’observateur. Le propos qui suit est un souvenir d’une sortie dans le Chenaillet avec Raymond Cirio :
    Belles émotions à Briançon,
    Une randonnée géologique qui vous « métamorphise », allons bon!
    Que de « Moho » en gravissant les pentes du Chenaillet.
    Rarement nous eûmes le « filon »,
    mais la récompense nous attendait au sommet
    lorsque, fourbus, nous vîmes dominant l’horizon,
    un amas de « pillow-lava » s’offrant à notre séant,
    témoin confortable du fond d’un ancien océan.
    Jacky Garret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *