Monde : une histoire accélérée du changement climatique

Les sites miroirs, je ne les aime guère. Toutefois, dans ce cas, celui-ci pourrait être utile à quelques lectrices et lecteurs et je m’explique. Le portail Retronews est le site de presse de la BnF (Bibliothèque nationale de France) et j’ai eu la chance d’être interviewé par Marina Bellot. l’une de ses journalistes, lors de la canicule mondiale de cet été.

Grappe calcinée après le passage de la canicule de fin juin 2019 et, plus précisément, par le coup de chaud du 28 juin avec la température de 46 °C, le record absolu de France métropolitaine. Vérargues, commune d’Entre-Vignes, Hérault. © A. Gioda, IRD.

Toutefois, Retronews est un site partiellement payant. Aussi, si vous souhaitiez lire mon entretien, dans son intégralité, avec Marina Bellot l’ayant illustré de coupures de presse anciennes, il suffirait d’en faire la demande à ce courriel <gioda_ird(at)yahoo.com>. Je vous l’adresserai en message privé, sous réserve qu’il ne vous serve qu’à cette fin.

La source vauclusienne de la rivière de l’Ain, complètement à sec, lors de la sécheresse estivale de 2020. Nozeroy et Conte, Jura (dans les calcaires ou encore dans le karst). 09/08/2020. La France a connu son troisième mois d’août le plus chaud (après 2003 et 1997) depuis 1900. © S. Gioda.

La photographie mise en avant représente les éoliennes implantées, en 2009, sur l’ancienne mine de charbon à ciel ouvert du Camp Nègre, exploitée durant la seconde moitié du XXe siècle : un exemple de reconversion réussie. Etage du Stéfanien, bassin carbonifère de Graissessac, anciennes Houillères des bassins du centre et du midi, commune de Camplong, Hérault. Vue de la chapelle de Saint-Sauveur-du-Puy. © S. Gioda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *