Archives pour la catégorie Mes projets

Seul sur Mars : la critique

Seul sur MarsLe film Seul sur Mars (The Martian), d’après le roman d’Andy Weir, fait une jolie carrière sur les écrans du monde entier. Réalisé par Ridley Scott avec Matt Damon dans le rôle principal, il traite du périple d’un astronaute laissé pour mort sur la planète rouge lors de l’une des premières missions habitées dans les années 2030, à la suite d’une tempête de poussière, le reste de l’équipage ayant précipitamment redécollé et repris la route de la Terre. En voici ma critique.

Tout d’abord, il s’agit à mes yeux du film le plus intéressant et le plus réussi traitant d’une mission pilotée à destination de la planète rouge. Les deux précédents films hollywoodiens, Mission to Mars (Brian de Palma, 2000) et Red Planet (Antony Hoffman, 2000) manquaient singulièrement de réalisme, avec des scénarios tirés par les cheveux. Seul sur Mars décrit l’aventure d’un vol martien avec un bon degré d’exactitude, et malgré le côté MacGyver et les larmoyants leitmotivs des grandes productions américaines (famille, patrie, il faut sauver le soldat Damon), le scénario rend intéressantes et divertissantes la technologie et la science, ce qui est assez rare pour être souligné. On en ressort ayant compris le scénario d’une mission martienne pilotée (les modules arrivés en avance, les trajectoires de rendez-vous, les habitats et le rover, et ainsi de suite).

L'habitat martien du film m'a furieusement rappelé les infrastructures de mes propres simulations de séjour sur Mars dans l'Arctique...
L’habitat martien du film m’a furieusement rappelé les infrastructures de mes propres simulations de séjour sur Mars dans l’Arctique…

Quelques petits détails m’ont gêné, toutefois, dictés par l’obligation de créer du suspens et de l’action pour les uns, et pour faciliter le tournage et en réduire les frais pour les autres. Premier compromis : ne pas représenter la faible pesanteur martienne qui ne vaut que 38 % de la gravité terrestre. Que ce soit en scaphandre et plus encore en bras de chemise dans son habitat, Matt Damon aurait dû se mouvoir avec grâce et légèreté (avec l’aide d’un léger ralenti et quelques effets spéciaux), renforçant l’impression d’être sur une autre planète.

Les tempêtes martiennes n'ont pas la force suffisante pour renverser astronautes et fusées
Les tempêtes martiennes n’ont pas la force suffisante pour renverser astronautes et fusées

Second détail : la faible pression atmosphérique (7 millibars) se traduit par des vents rapides mais non-violents, incapables de culbuter un vaisseau spatial et de projeter l’astronaute et les débris comme des fétus de paille. Mais si on respecte cette réalité, pas de catastrophe possible au début du film. De même, le flottement des bâches qui contiennent l’air de l’habitat, rendus étanches par quelques sparadraps, est loin de la vérité : dans le quasi vide de Mars, un tel tissu serait constamment tendu par la pression interne de l’air de l’habitat jusqu’au bord de la rupture.
Que le sol martien soit un substrat adapté pour la culture des plantes est un autre raccourci : le sol de la planète rouge est superoxydant, chimiquement agressif, et aurait besoin d’un traitement complexe pour devenir neutre et se prêter à l’agriculture.

Le sol martien est chimiquement agressif et impropre à l'agriculture en l'état
Le sol martien est chimiquement agressif et impropre à l’agriculture en l’état

Techniquement, le scaphandre de sortie sur Mars paraît simpliste au niveau de son tissu qui semble bien mince, et le déplacement de l’astronaute bien facile. Si seulement un scaphandre pouvait être aussi confortable : les prototypes à l’étude pour Mars ont une rigidité, une masse et un encombrement importants que l’on n’est pas prêts de contourner d’ici les années 2030.
Quant au vaisseau spatial Terre-Mars Hermès, il est surdimensionné et exagérément spacieux : plus un hôtel de luxe qu’un vaisseau spatial devant faire la chasse aux kilogrammes superflus. Mais pour la fiction et le plaisir des spectateurs, c’est compréhensible.

Le vaisseau martien Hermes est surdimensionné pour un équipage de cinq personnes
Le vaisseau martien Hermes est surdimensionné pour un équipage de cinq personnes

Un coup de chapeau au décor : le choix de Wadi Rum en Jordanie n’est pas une surprise, car le site fut déjà utilisé pour les films martiens précédents (Mission to Mars et Red Planet), bien que je soupçonne qu’un volcan-table islandais (un tuya) ait été ajouté par effets spéciaux dans plusieurs panoramas. Petit clin d’œil : l’équipe de tournage n’a pas pris la peine de dissimuler quelques buissons et plantes émergeant du sol, et il est vrai que cela m’a complètement échappé lors de la projection, tellement la beauté du panorama et l’action accaparent notre œil. Seul sur les photos fixes du film s’amuse-t-on à repérer les plantes. Bravo donc à Ridley Scott et à son équipe pour nous avoir envoûtés au point de rendre ces détails invisibles. On est heureux d’être sur Mars et d’admirer ses paysages. Il ne nous reste désormais que le plus dur : y débarquer pour de bon…

Cherchez le buisson...
Cherchez le buisson…

Elon Musk prône le bombardement de Mars

Interrogé par Stephen Colbert (à droite), l'entrepreneur Elon Musk (à gauche) prône comme boutade le bombardement thermonucléaire des pôles de Mars.
Interrogé par Stephen Colbert (à droite), l’entrepreneur Elon Musk (à gauche) prône comme boutade le bombardement thermonucléaire des pôles de Mars.

L’entrepreneur Canadien/Sud-Africain Elon Musk a créé le buzz sur le très regardé Late Show de la chaîne américaine CBS, en suggérant que Mars pourrait devenir habitable à coups de bombes atomiques. Ardent supporteur des missions pilotées vers la planète rouge et président de la société Space-X, qui fabrique des fusées et des vaisseaux spatiaux, Elon Musk a évoqué cette solution comme une boutade, mais elle a fait jaser.
Je commenterai cette actualité ce mercredi 16 septembre, dans l’émission de Sylvain Kahn “Planète Terre” sur France Culture, de 14h à 15h. Continuer la lecture

En attendant un vignoble sur Mars…

Couv Vins de Feu

Les récentes analyses du sol martien dans Gale Crater (nitrates, neutralité chimique, soupçons de matière organique) rendent beaucoup plus encourageantes les prospectives d’un jour pouvoir le cultiver en serre, puis pourquoi pas dans un avenir lointain, même à ciel ouvert…
Voilà qui me redonne espoir pour au moins phantasmer sur un vignoble accroché au flanc d’un volcan martien. Entre temps, j’arpente les versants des volcans terrestres en goûtant aux magnifiques produits agricoles que le microclimat des édifices et les caractéristiques particulières du terroir volcanique font prospérer : vignes bien sûr, mais aussi agrumes, abricots et cerises, pistaches et tomates, sans oublier les oliviers.
Ce sont ces terroirs et surtout les vignobles de l’Etna, du Vésuve, de Vulcano et du Stromboli, de Santorin, des Canaries, et même de nos propres Côtes d’Auvergne que je passe en revue dans VINS DE FEU, publié chez Dunod en octobre dernier. Amateurs de bons vins et d’objectifs originaux pour pimenter vos voyages, ce livre est pour vous !

Embarquement pour Mars

Couv Embarquement-pour-Mars

Voici LE livre de référence pour comprendre les enjeux, les étapes à franchir et les difficultés à surmonter pour poser des hommes et des femmes sur Mars.

EMBARQUEMENT POUR MARS: 20 DÉFIS À RELEVER (aux éditions A2C Médias, 2013) est un ouvrage collectif écrit sous la direction de Jean-François Pellerin, Richard Heidmann et Alain Souchier, avec la collaboration d’autres membres de l’Association Planète Mars. Soit une douzaine de spécialistes au total qui traitent d’une trentaine de sujets allant des enjeux économiques et stratégiques des missions pilotées martiennes aux différents scénarios proposés pour le vol, y compris les aspects techniques de la propulsion et de la descente sur Mars, la sélection des astronautes, leur alimentation et leur sécurité, leur exploration sur place de la planète rouge et l’aménagement de la base martienne. Sélection des astronautes et exploration sont les deux chapitres que j’ai moi-même contribués.

Il s’agit de la véritable « bible » du vol piloté martien qui explique au grand public, tout comme aux décideurs des agences spatiales, les questions soulevées par ce grand défi du 21ème siècle et les solutions proposées. Comme l’écrit l’astronaute de l’ESA Thomas Pesquet dans la préface :
« Comme cet ouvrage le montre, tout semble aujourd’hui converger, et des technologies clés paraissent en mesure de solutionner tous les problèmes. […] Une chose dont je suis fermement convaincu, c’est que la vision d’un homme qui foulera pacifiquement, pour la première fois, la surface de Mars causera une vague d’enthousiasme et d’espoir comme le monde n’en a pas connu depuis un certain 21 juillet 1969 […] »

Embarquement immédiat, chez votre libraire !

Eau sur Mars : l’expo

Une exposition gratuite pour tous publics
Une exposition gratuite pour tous publics

Tout ce que vous avez voulu savoir sur l’eau sur Mars, mais que nous n’avez jamais osé demander!
Le Pavillon de l’eau, à Paris, a relevé le défi.
Aménagé dans une ancienne et élégante station de pompage en briques sur les bords de la Seine, Le Pavillon de l’eau est un espace d’exposition, avec médiathèque et auditorium, consacré au thème de l’eau. J’y participe à une conférence sur le problème de l’eau dans les missions pilotées vers Mars, en compagnie de Violaine Sautter (Muséum National d’Histoire Naturelle) et de Marie-Odile Monchicourt (journaliste scientifique à Radio-France) le jeudi 10 avril à 19h.

Continuer la lecture

L’Homme sur Mars

Parmi la douzaine d’ouvrages de vulgarisation que j’ai écrits, L’Homme sur Mars (éditions Dunod, 2007) tient une place à part, parce qu’il pose les bases d’une aventure spatiale que j’appelle de mes vœux depuis bien longtemps, et qu’il m’a permis d’intégrer mes expériences personnelles de simulation sur Terre avec les données plus formelles des agences spatiales.

L’Homme sur Mars

Cela lui donne un peu de légèreté, d’autant que j’embarque le lecteur dans un véritable voyage virtuel vers la planète rouge, détaillant chaque étape comme la sélection des astronautes, l’architecture du vaisseau spatial, le vol, la vie et la survie à bord, et le type d’exploration que l’on conduira une fois arrivé sur Mars. Petit extrait : Continuer la lecture